2022-04-07T15:17:53Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/egalite-discriminations/TheBeitProjetc_Nantes_2021_675_380.png

Article d'info Publié le 07 avril 2022

Quand l'espace urbain questionne des ados sur le vivre ensemble

The Beit Project s'appuie sur le patrimoine historique de la ville pour faire réfléchir des élèves aux enjeux de société. L’association prépare sa saison nantaise 2022.

@The Beit Project
@The Beit Project

Le mot « beit » signifie « maison » en hébreu. C'est aussi la deuxième lettre de l'alphabet hébraïque. Car il faut être deux pour ouvrir le dialogue. C’est l’objectif visé par l’association The Beit Project en proposant aux ados de toute l’Europe d’interroger les traces du passé dans leur ville pour aborder des questions de société.
Né en 2011, le projet a débuté sur des lieux liés à l’histoire des communautés juives en Europe (d’où son nom hébreu), avant d’élargir son approche aux spécificités de chaque histoire locale et les discriminations au sens large. Nantes offre un terrain de réflexion riche, en particulier aux abords de la Loire à la fois marqués par l’histoire industrielle et sociale mais aussi celle de l’esclavage et de son abolition.

Cabanes et balades urbaines

En 2020 et 2021, The Beit Project a posé ses valises au Studio 11/15, près du Parc des Chantiers. Au sens propre puisque l’association a déployé une école éphémère en montant des cabanes, les beits. De là, pendant deux jours, des élèves de collèges et lycées sont partis s’intéresser au patrimoine urbain. « Ce n’est pas comme au collège où on reste sur nos tables. Là, on travaille dehors, on marche et on apprend en visitant », explique un collégien. En questionnant les traces du passé, ces jeunes en sont venus à aborder des enjeux plus contemporains : la discrimination, le racisme, le vivre ensemble… Pour aller plus loin, les élèves ont ensuite réalisé des interviews filmées avec des habitantes et des habitants du quartier. Au final, toute cette matière a fait l’objet de montages vidéos.

« On peut rencontrer plein de gens, c’était super » retient une élève. L’association veille à mobiliser des établissements de profils variés, publics comme privés, pour faire dialoguer des jeunes qui ne se rencontreraient pas autrement et vivre la différence comme une richesse. Les équipes enseignantes en sortent aussi ravies : « Nos élèves ont trouvé un peu de difficulté à aller vers les autres mais ça leur a énormément plu, ils ont franchi un pas, raconte une professeure. Ça m’a permis de les voir autrement ».

The Beit Project recrute pour la saison 2022 !

A l’automne 2022, The Beit Project installera son école éphémère à proximité du Quai de la Fosse, près du Mémorial de l’abolition de l’esclavage. Les sessions urbaines sont prévues du 7 au 25 novembre, le montage vidéo fin novembre et la restitution finale mi-décembre. Dès aujourd’hui, l’association recherche 6 classes d’élèves entre 11 et 17 ans issues d’établissements nantais pour préparer cette nouvelle saison. Vous êtes une enseignante ou un enseignant et ce projet vous intéresse ? Contactez Isaline Bernard, coordinatrice locale : isalinebernard@thebeitproject.org  / 06 28 68 03 24

Ça peut vous intéresser