2022-04-07T15:20:37Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/egalite-discriminations/MozaikRH_JeuDiscris_675_380.jpg

Article d'info Publié le 07 avril 2022

Lancers de dés et coups de buzzer pour recruter sans discriminer

Mozaïk RH a développé un outil, mêlant le sérieux au ludique, pour sensibiliser les entreprises aux discriminations dans l’emploi et favoriser un recrutement inclusif.

MozaikRH_JeuDiscris_800_530.jpg

Un vendredi matin, une dizaine de personnes s'installent autour d'un table d'un espace de coworking de la rue Paul Bellamy. Devant elles, quelques boissons chaudes, des mignardises et un plateau de jeu avec cartes, pions et dés. Ce petit déjeuner ludique est proposé par Mozaïk RH, cabinet engagé en faveur de la diversité, pour aborder la question des discrimination dans l'emploi.

Pauline Noël-Racine, chargée de projets pour Mozaïk RH et conceptrice du jeu, accueille les participantes et les participants puis explique les règles. Les joueurs et les joueuses sont répartis en deux catégories : d'un côté, les candidats, de l'autre, les recruteurs. Le but est de parvenir à créer la rencontre entre ces deux profils. Mais le chemin est semé d'embûches : des cartes tirées au fil de la partie décrivent des préjugés et des mauvaises pratiques. Heureusement, d'autres cartes apportent des solutions.

Tout le monde se prend vite au jeu. Chaque carte tirée suscite la discussion : on évoque son expérience, bonne ou mauvaise, l'action de son entreprise. De temps en temps, des défis permettent de tester ses connaissances sur les discriminations à coup de buzzer. Effet garanti.

Une vigilance permanente pour combattre les stéréotypes

Ce matin-là, les participantes et les participants sont des personnes déjà en postes, certaines sur des fonctions de recrutement. “Sur d’autres sessions de jeu, on a à la fois des personnes en recherche d’emploi et des recruteurs” précise Pauline Noël-Racine. Pour organiser ces rendez-vous, Mozaïk RH mobilise son réseau d’entreprises et les jeunes qu’elle accompagne”.

Côté recruteurs, un joueur prend la tête de la course après un bon score aux dés. Il tire alors une carte évoquant une situation de discrimination. Aussitôt, il se retrouve en prison, c'est-à-dire à la case départ. Après quelques éclats de rire face à ce coup de malchance, l’animatrice rappelle la gravité des faits : "La discrimination est un délit, passible de 3 ans de prison et de 45 0000 € d'amende." Elle appuie : "Les situations décrites dans le jeu ne sont pas imaginaires, elles ont été vécues par des candidats ou des recruteurs".

En fin de partie, plusieurs participants appuient sur la nécessité d’une formation continue pour prévenir les discriminations et combattre les stéréotypes. Et de saluer le jeu comme un bel outil pour y contribuer !