2022-10-03T11:06:59Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/actualites/logement-urbanisme/mobilier%20urbain%20viarme/viarmemobilierurbain800.jpg

Actualités Publié le 03 octobre 2022

Quand des lycéens conçoivent du mobilier urbain

Inauguration, ce vendredi 30 septembre, place Viarme, d’un des huit bancs publics conçus par des élèves de bac pro du lycée Arago en partenariat avec Nantes Métropole.

Le nouveau mobilier urbain de la place Viarme a été conçu par des élèves du lycée d’enseignement professionnel Arago © Rodolphe Delaroque / Nantes Métropole.
Le nouveau mobilier urbain de la place Viarme a été conçu par des élèves du lycée d’enseignement professionnel Arago © Rodolphe Delaroque / Nantes Métropole.

Il n’a pas attendu son inauguration pour s’y asseoir. L’homme lit et grignote tandis que se forme autour de lui la foule invitée à célébrer l’installation, place Viarme, d’un banc public conçu par des élèves de bac pro du lycée Arago en partenariat avec Nantes Métropole et après concertation avec des habitants du quartier dans le cadre de la démarche « Viarme pour tous ». « J’ai mis un peu de temps à convaincre ma direction de confier la réalisation de ce mobilier urbain à des élèves », indique Emmanuelle Dussart, cheffe de projet à Nantes Métropole. À la rentrée scolaire 2019, une quarantaine de jeunes en bac pro des trois filières études, recherches et agencements, métallerie et bois s’attelaient à la conception de huit bancs publics destinés à remplacer ceux posés, en d’autres temps, dans le cadre du Voyage à Nantes, en divers endroits de la place.

Expérience constructive

« C’était un projet ambitieux pour des élèves en début de formation. Mais ils s’en sont pleinement emparés », se réjouit Mathieu Dupas, enseignant de la filière bois, l’un des trois professeurs du lycée encadrant le projet. « Certaines des propositions qui nous ont été soumises étaient assez excentriques », indique Tristan Riom, adjoint de quartier Hauts-Pavés - Saint-Félix. « Il nous a notamment fallu concilier approche esthétique et contraintes techniques du cahier des charges. Ça a été une expérience constructive, professionnellement et personnellement », indique Laureen Noblet, aujourd’hui en BTS études, recherches et agencements à la prestigieuse école supérieure d’arts appliqués et de métiers d’art Boulle, à Paris. Les sept prochains bancs prendront place, ici et là, les uns après les autres, au fil du temps.