2019-06-14T15:12:20Z https://metropole.nantes.fr/files/live/sites/metropolenantesfr/files/images/actualites/economie-emploi/flux/0%20johanna675.jpg

Actualités Publié le 14 juin 2019

FLUX : ces lauréats qui s’attaquent au « dernier kilomètre »

13 projets de logistique urbaine durable ont été récompensés et seront accompagnés dans leur déploiement et leur communication par la Métropole. 4 autres projets innovants ont été retenus comme « Graines de FLUX ».

Johanna Rolland a rappelé l’enjeu de l’appel à projets FLUX « Fabriquons la logistique urbaine ensemble » : faire émerger des solutions permettant d’améliorer la livraison du dernier kilomètre sur la métropole nantaise.
Johanna Rolland a rappelé l’enjeu de l’appel à projets FLUX « Fabriquons la logistique urbaine ensemble » : faire émerger des solutions permettant d’améliorer la livraison du dernier kilomètre sur la métropole nantaise.

Comment livrer les marchandises en ville – le fameux « dernier kilomètre », le plus compliqué – avec le minimum d’impact écologique ? C’est la question au cœur de l’appel à projets FLUX, lancé en 2018 par Nantes Métropole et 14 partenaires à destination des professionnels de l’agglomération nantaise. Avec une trentaine de candidatures, les idées innovantes ne manquent pas : livraison par barge électro-solaire ou par vélo, mise en place d’une plate-forme logistique mutualisée, développement du GNV (gaz naturel pour les véhicules)…

La démarche a abouti mercredi 12 juin, avec une remise des prix par les élus, organisée au Solilab. « Depuis 2014, j’ai choisi de faire de la transition énergétique une des priorités du mandat, en donnant plus de nouvelles solutions écologiques », a souligné Johanna Rolland. La présidente de Nantes Métropole et maire de Nantes a précisé aux lauréats l’aide concrète dont ils allaient bénéficier : « C’est pour certains d’entre vous la mise à disposition de foncier, voire de locaux pour permettre le développement du projet, c’est un soutien en termes de communication, d’ouverture de réseaux. Et vous serez les premiers à bénéficier de la nouvelle réglementation qui a été adoptée en matière de logistique urbaine ».

Celle-ci entre en vigueur dans le centre-ville de Nantes dès ce mois de juin 2019 : les véhicules propres bénéficient d’un élargissement de la plage horaire autorisée pour les livraisons dans les zones piétonnes et réglementées en centre-ville, de 4h à 23h (au lieu de 7h30 à 11h30). Pour tous les autres véhicules, les règles de livraison restent inchangées.

Zooms sur les projets

URBY NANTES / LU 360°. L’idée : regrouper les flux via un centre de mutualisation situé en entrée de ville, au départ duquel une flotte de véhicules à faibles émissions optimise ensuite les circuits de livraison. « Avec les acteurs désireux d’offrir une logistique urbaine plus vertueuse, nous allons démontrer que la logistique crée plutôt qu’elle ne détruit de la valeur. », explique Florent Yann Lardic, directeur d'Urby Nantes.
URBY NANTES / LU 360°. L’idée : regrouper les flux via un centre de mutualisation situé en entrée de ville, au départ duquel une flotte de véhicules à faibles émissions optimise ensuite les circuits de livraison. « Avec les acteurs désireux d’offrir une logistique urbaine plus vertueuse, nous allons démontrer que la logistique crée plutôt qu’elle ne détruit de la valeur. », explique Florent Yann Lardic, directeur d'Urby Nantes.
EUD DE BERGERON. L’idée : développer un Espace urbain de distribution (EUD de 1 500 à 2 000 m²) au rez-de-chaussée d’un programme immobilier dans l’île de Nantes. « Le projet cherche à diminuer l’impact environnemental négatif de la logistique, améliorer l’attractivité économique et sociale de la ville », rappelle Christophe Ripert, directeur général délégué à la logistique urbaine de Quartus logistique.
EUD DE BERGERON. L’idée : développer un Espace urbain de distribution (EUD de 1 500 à 2 000 m²) au rez-de-chaussée d’un programme immobilier dans l’île de Nantes. « Le projet cherche à diminuer l’impact environnemental négatif de la logistique, améliorer l’attractivité économique et sociale de la ville », rappelle Christophe Ripert, directeur général délégué à la logistique urbaine de Quartus logistique.
SUPERFLUX.  L’idée : une plateforme d’innovations associant un espace logistique de proximité dédié aux modes décarbonés (micro-fret) à des activités commerciales ou artisanales (micro-shop). « Le projet est déjà lancé au sein du Wattignies social club. On a une vision politique : pour pouvoir garantir des métropoles qui respirent, il faut une réflexion exigeante sur notre capacité à orchestrer les flux », souligne Stéphane Juguet, directeur de What Time is I.T.
SUPERFLUX. L’idée : une plateforme d’innovations associant un espace logistique de proximité dédié aux modes décarbonés (micro-fret) à des activités commerciales ou artisanales (micro-shop). « Le projet est déjà lancé au sein du Wattignies social club. On a une vision politique : pour pouvoir garantir des métropoles qui respirent, il faut une réflexion exigeante sur notre capacité à orchestrer les flux », souligne Stéphane Juguet, directeur de What Time is I.T.
ICI NANTES. L’idée : un tiers lieu artisanal implanté dans le futur quartier Mellinet, évitant aux professionnels de multiplier les allers-retours entre leurs ateliers installés à l’extérieur des villes et leurs chantiers. « Le projet est en phase de lancement, rappelle Gatien Sepulchre, responsable ICI Nantes à Make ICI. Pour des artisans comme moi, il ne faut plus qu’on soit obligés d’aller travailler à l’extérieur de la ville alors que notre clientèle est à l’intérieur. »
ICI NANTES. L’idée : un tiers lieu artisanal implanté dans le futur quartier Mellinet, évitant aux professionnels de multiplier les allers-retours entre leurs ateliers installés à l’extérieur des villes et leurs chantiers. « Le projet est en phase de lancement, rappelle Gatien Sepulchre, responsable ICI Nantes à Make ICI. Pour des artisans comme moi, il ne faut plus qu’on soit obligés d’aller travailler à l’extérieur de la ville alors que notre clientèle est à l’intérieur. »
FLUO. L’idée : grâce à une cellule dédiée au transport des déchets, les véhicules de livraison collectent les emballages consignés et/ou recyclables tout en livrant les colis de produits frais. « Notre métier est de remplir des distributeurs automatiques. Le but est de rentrer pleins et de sortir pleins pour optimiser nos déplacements », explique Betty Vergnaud, dirigeante d'Ekibé.
FLUO. L’idée : grâce à une cellule dédiée au transport des déchets, les véhicules de livraison collectent les emballages consignés et/ou recyclables tout en livrant les colis de produits frais. « Notre métier est de remplir des distributeurs automatiques. Le but est de rentrer pleins et de sortir pleins pour optimiser nos déplacements », explique Betty Vergnaud, dirigeante d'Ekibé.
LE KIOSQUE PAYSAN.  L’idée : une plate-forme logistique pilotée par un collectif de producteurs et distributeurs, pour faciliter le transport de produits bio et/ou locaux. « On a associé plusieurs acteurs, du monde paysan, de la transformation et de la distribution. On veut tous rendre ces circuits courts plus simples à gérer, pour limiter au maximum l’impact environnemental », souligne François Poisbeau, cofondateur.
LE KIOSQUE PAYSAN. L’idée : une plate-forme logistique pilotée par un collectif de producteurs et distributeurs, pour faciliter le transport de produits bio et/ou locaux. « On a associé plusieurs acteurs, du monde paysan, de la transformation et de la distribution. On veut tous rendre ces circuits courts plus simples à gérer, pour limiter au maximum l’impact environnemental », souligne François Poisbeau, cofondateur.
PROMUS BOX. L’idée : créer un réseau de containers réfrigérés et sécurisés en ville, pour faciliter les livraisons du dernier kilomètre. « Ces hubs sont mobiles et déplaçables et permettent de concentrer les flux, ce qui permet de réduire l’empreinte carbone et de répondre aux contraintes des professionnels sur la réception de marchandises et produits locaux », explique Charles Raymond, cofondateur de Promus.
PROMUS BOX. L’idée : créer un réseau de containers réfrigérés et sécurisés en ville, pour faciliter les livraisons du dernier kilomètre. « Ces hubs sont mobiles et déplaçables et permettent de concentrer les flux, ce qui permet de réduire l’empreinte carbone et de répondre aux contraintes des professionnels sur la réception de marchandises et produits locaux », explique Charles Raymond, cofondateur de Promus.
STATION GNV : DEUX DE PLUS DANS LA METROPOLE.  L’idée : implanter deux stations publiques de distribution GNV/BioGNV à Tougas et sur le secteur de la Prairie-de-Mauves. « Nous apportons une solution d’avitaillement alternatif, indique Alison Chedotal, pour SEM Sydela Enregie 44. Si tout le monde joue le jeu, peut-être demain pourrons-nous mettre fin aux énergies fossiles. »
STATION GNV : DEUX DE PLUS DANS LA METROPOLE. L’idée : implanter deux stations publiques de distribution GNV/BioGNV à Tougas et sur le secteur de la Prairie-de-Mauves. « Nous apportons une solution d’avitaillement alternatif, indique Alison Chedotal, pour SEM Sydela Enregie 44. Si tout le monde joue le jeu, peut-être demain pourrons-nous mettre fin aux énergies fossiles. »
GRAND NANTES VERT. L’idée : optimiser la plateforme logistique des Transports Jouve pour la distribution urbaine sur la métropole nantaise. « Nous venons de lancer une flotte de véhicules GNV, notre objectif étant de remplacer à terme tous nos véhicules », explique le gérant, Mickaël Jouve.
GRAND NANTES VERT. L’idée : optimiser la plateforme logistique des Transports Jouve pour la distribution urbaine sur la métropole nantaise. « Nous venons de lancer une flotte de véhicules GNV, notre objectif étant de remplacer à terme tous nos véhicules », explique le gérant, Mickaël Jouve.
LCN, LOGISTIQUE URBAINE A VELO. L’idée : développer la vélo-logistique. « Nous allons créer une SCOP à la fin de l’année, et offrir aux coursiers la possibilité de devenir associé », annonce François Lemoine, coordinateur stratégique pour Les Coursiers nantais
LCN, LOGISTIQUE URBAINE A VELO. L’idée : développer la vélo-logistique. « Nous allons créer une SCOP à la fin de l’année, et offrir aux coursiers la possibilité de devenir associé », annonce François Lemoine, coordinateur stratégique pour Les Coursiers nantais
LA BARGE ZERO. L’idée : livrer avec une barge électro-solaire, équipée de moteurs électriques et d’un toit solaire. « Au départ de Carquefou ou de Sainte-Luce-sur-Loire, la barge pourra embarquer environ 15 tonnes de marchandises vers le centre-ville de Nantes, où des véhicules utilitaires électriques se chargeront du dernier kilomètre », indique Fabrice Chiffoleau, président d'Atlantique Boissons Nantes.
LA BARGE ZERO. L’idée : livrer avec une barge électro-solaire, équipée de moteurs électriques et d’un toit solaire. « Au départ de Carquefou ou de Sainte-Luce-sur-Loire, la barge pourra embarquer environ 15 tonnes de marchandises vers le centre-ville de Nantes, où des véhicules utilitaires électriques se chargeront du dernier kilomètre », indique Fabrice Chiffoleau, président d'Atlantique Boissons Nantes.
LOGISTIQUE SOLIDAIRE POUR UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. L’idée : une logistique multi-flux, réalisée par des salariés en insertion, pour des activités économiques tournées vers l’environnement et l’économie circulaire. « On veut offrir une logistique mutualisée pour toutes les entreprises qui ont une volonté de réduire leurs déchets. Le but pour nous est de développer de l’emploi, en particulier féminin, en centre-ville », soulignent Arnaud de Kersauson, directeur d'exploitation d'Envie 2E 44, et Célie Couché, fondatrice de Bout' à Bout'.
LOGISTIQUE SOLIDAIRE POUR UNE ECONOMIE CIRCULAIRE. L’idée : une logistique multi-flux, réalisée par des salariés en insertion, pour des activités économiques tournées vers l’environnement et l’économie circulaire. « On veut offrir une logistique mutualisée pour toutes les entreprises qui ont une volonté de réduire leurs déchets. Le but pour nous est de développer de l’emploi, en particulier féminin, en centre-ville », soulignent Arnaud de Kersauson, directeur d'exploitation d'Envie 2E 44, et Célie Couché, fondatrice de Bout' à Bout'.
TITI EXPRESS, LE LIVREUR COOPÉRATIF.  L’idée : livrer en journée dans le centre-ville, en complément des transports scolaires. « Nos 30 véhicules électriques pourront tourner sur l’agglomération en dehors des heures de service assurées pour le transport de personnes », explique Marie Letourneux, responsable facturation à Titi Floris.
TITI EXPRESS, LE LIVREUR COOPÉRATIF. L’idée : livrer en journée dans le centre-ville, en complément des transports scolaires. « Nos 30 véhicules électriques pourront tourner sur l’agglomération en dehors des heures de service assurées pour le transport de personnes », explique Marie Letourneux, responsable facturation à Titi Floris.
LES
LES "GRAINES DE FLUX". Si ces projets n’ont pas été désignés lauréats en raison d’un manque de maturité ne permettant pas d’être opérationnel à court terme, ils ont retenu l’attention pour leur l’ambition et leur pertinence. Il s’agit de 1 2 3 Courses, City Progress, Smartmoov et MTX.