Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



ACTU

Nantes-Sarrebruck : rencontre avec Raphael Brüne

A l'heure de la passation avec son successeur, Raphael Brüne, jeune ambassadeur de Sarrebruck à Nantes en 2015, revient sur une année rythmée par les événements du 50ème anniversaire du jumelage et, surtout, des projets, des liens créés, toujours sous le signe de la jeunesse et de l'engagement citoyen !

Originaire de Paderbon, Raphael Brüne a découvert la France à l'adolescence, à la faveur d'un échange scolaire au lycée : « cet échange m'a tiré vers le haut, à tous points de vues. Avant cela, je n'étais pas forcément parmi les plus motivés des élèves…Je me suis mis à fond dans l’apprentissage du français. Et très vite, les autres matières ont suivi ». Son baccalauréat obtenu brillamment, Raphael décide de prendre une année de césure, à Paris, en service civique. Pendant 13 mois, il travaille au sein d'une association auprès de personnes en situation de handicap mental. Après une licence franco-allemande pluridisciplinaire, il aspire à des expériences pratiques et réalise un stage pendant lequel il organise des séminaires d'échanges entre jeunes, étudiants ou en formation professionnelle, sur la citoyenneté.

Créer du lien, faire émerger les projets
Cette expérience le motive à poursuivre dans le domaine des échanges internationaux : Raphael présente sa candidature pour le poste de jeune ambassadeur à Nantes : « A la base, je dois admettre que j'avais une vision un peu vieillotte des jumelages. Les échanges avec la jeune ambassadrice à laquelle j'ai succédé, et les attentes nantaises, m'ont convaincu de postuler. Le jumelage repose sur les projets, les initiatives de la jeunesse, la citoyenneté. C'était cohérent avec mon parcours et mes aspirations ».
A la fin de son « mandat » de jeune ambassadeur, il confirme la richesse de cette expérience « J'en ai beaucoup appris. J'ai eu une grande liberté : c'était parfois stressant, mais surtout très formateur. Ce que je retiens aujourd'hui, c'est que les meilleurs projets ne se réalisent pas sans les autres. La clé pour réussir, c'est de monter des partenariats : une grande partie de mon travail a consisté, dès les premiers jours, à me faire connaître, à explorer le vivier nantais d'associations, à communiquer, à rencontrer les gens pour imaginer avec eux des projets qui répondent réellement aux besoins de la vie associative nantaise ». Contrat largement rempli pour cette année de célébration des 50 ans du jumelage !

Un citoyen dans la ville
« Cette expérience m'a transformé, confie Raphael. Une des grandes leçons de cette année nantaise restera sûrement l'importance de l'engagement dans une ville, c'est à dire la connaissance des structures, de la vie associative, des projets. Cette immersion prend du temps mais permet de vivre pleinement dans la ville. Ma vision des choses est d'ailleurs totalement différente maintenant : je vais reprendre mes études, mais je ne pourrais pas me contenter d'une vie étudiante ! Quel que soit mon futur point de chute, je veux aller à la rencontre des associations, des projets, être acteur de ma ville ». C'est dans cet esprit qu'au-delà de ces fonctions de jeune ambassadeur, il s'est investi bénévolement au sein de la CIMADE, association qui accompagne les réfugiés et demandeurs d'asile : « Cet engagement est important pour moi, en tant que citoyen. Les procédures administratives peuvent sembler tellement complexes pour des étrangers, qui ne maîtrisent pas toujours la langue. Sans être un spécialiste du droit d'asile, on peut déjà apporter beaucoup. C'est un engagement que je tiens à poursuivre en Allemagne. ».
Pour la suite, il n'exclut pas de revenir à son projet initial, l'enseignement, mais avec une ambition renouvelée « Au-delà de la transmission des savoirs, je veux m'investir auprès des élèves, construire des projets avec eux. C'est un peu le fruit de mon expérience nantaise : l'ouverture à des publics autres que les étudiants, grâce à la volonté de la Ville de Nantes d'ouvrir le jumelage aux quartiers les moins favorisés. L'entrée par le projet peut permettre à certains publics de s'ouvrir au monde, et de dépasser les éventuelles barrières linguistiques ». L’avenir est ouvert pour Raphael, avec une certitude « Je veux cultiver le lien avec la France ! ».

mise à jour le 8 mars 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48