Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Vidéoprotection : un centre de supervision urbain métropolitain acté

D’ici l’automne 2018, 4 communes de la métropole seront équipées de caméras de vidéo-protection sur l’espace public. Elles seront pilotées via un centre de supervision métropolitain qui mutualise les moyens. Les communes resteront maître de l’usage de ces caméras via leur politique de tranquillité publique.

Image. L’actuel centre de supervision urbain de Saint-Herblain. Crédit : Diane Coulomb, Ville de Saint Herblain.
Nantes, Rezé, Saint-Herblain et Vertou ont choisi d’adhérer au nouveau service commun métropolitain de vidéoprotection, acté lors du conseil métropolitain du 12 octobre. « Nous avons souhaité mieux coopérer, mieux mutualiser, et donc proposer aux communes volontaires de pouvoir s’engager dans cette démarche, souligne Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole. « Même s’il n’y a pas de compétence métropolitaine en matière de sécurité, parce que la liberté, la volonté et les choix de chaque maire sur ce sujet sont absolument déterminants. »
 
200 caméras maximum

Le nombre maximum de caméras pouvant être déployées dans la métropole sera de 200, réparties au prorata du nombre d’habitants des communes. Sur la première tranche de communes volontaires, 139 caméras seront installées sur l’espace public. Seule Saint-Herblain disposait jusque-là d’un dispositif de vidéo-protection.

Un centre de supervision métropolitain

Les images recueillies seront traitées par un centre de supervision métropolitain. Il opérera 7 jours sur 7 et 24h/24, les opérateurs vidéo pouvant gérer les caméras de manière dynamique et les orienter à la demande. Ce centre de supervision sera implanté rue de Saverne et comptera 18 agents, dont 15 opérateurs vidéo qui se relaieront sur 4 postes de visionnage.

Un financement partagé entre Métropole et villes

La réalisation du centre de supervision - local, matériel et équipement d’exploitation - sera prise en charge par la Métropole. L’implantation des caméras de vidéoprotection, leur entretien et leur rénovation, seront pris en charge pour moitié par les villes, la métropole finançant le solde. La Métropole assurera également la moitié des dépenses de fonctionnement, le solde étant réparti entre communes adhérentes, au prorata du nombre de caméras implantées.

Une mise en service à l’automne 2018

Le centre de supervision sera créé d’ici mars 2018 et l’ensemble des caméras implantées d’ici avril 2018. Après une période de test, le service de vidéoprotection sera opérationnel à l’automne 2018.

A savoir:

mise à jour le 16 octobre 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48