Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Plan local d’urbanisme : la Métropole veut relever les défis du 21e siècle

Transition écologique, nature en ville, mixité sociale, déplacements ou emploi… Le nouveau plan local d’urbanisme métropolitain (PLUm), arrêté en conseil métropolitain vendredi 13 avril, porte une ambition forte pour développer le territoire tout en préservant la qualité de vie des 24 communes.

Image. Parmi les priorités du nouveau PLUm : faire plus de place à la nature en ville, en mettant en valeur la Loire, les forêts et l’agriculture. Crédit : Julien Gazeau/Vjoncheray.
Le PLUm ? Derrière cet acronyme tiré du jargon administratif se cache un document essentiel pour l’avenir de la Métropole. Sorte de bible de l’aménagement des 24 communes, son élaboration a fait l’objet d’une concertation inédite avec les maires, la population et les acteurs économiques et sociaux du territoire. Depuis trois ans, 48 réunions publiques, 59 ateliers et 8 balades urbaines ont été organisés afin de nourrir le projet d’aménagement et de développement durable de la métropole, et définir les grandes règles d’urbanisme et les cartes des zones constructibles qui s’appliqueront à partir de 2019. 6000 personnes se sont mobilisées pour participer aux réunions publiques, et plus de 4000 contributions citoyennes ont été recueillies.

« L’objectif de ce travail collectif de longue haleine,  mené pour la première fois à l'échelle de la métropole, est double, explique Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole : se doter d’une vision commune tout en respectant les identités et la singularité de chacune des 24 communes. Ce document permet de partager une ambition, celle de créer les conditions du développement économique et de l’emploi, en assumant une politique de logements pour tous et en mettant concrètement en œuvre la transition écologique ».

Une métropole plus compacte et verte

Parmi les priorités : faire une plus grande place à la nature en ville, en mettant en valeur la Loire, les forêts et l’agriculture. Avec le PLUm, la Métropole se donne les moyens d’y parvenir. Les nouvelles règle introduisent par exemple un « coefficient de nature en ville » à respecter dans chaque projet urbain. « D’ici 2030, nous préserverons 4000 hectares d’espaces boisés classés, 10 000 hectares de zones humides, 10 000 hectares d’espaces paysages et 15 000 hectares de zones agricoles », précise Johanna Rolland. Cela implique de construire une métropole plus compacte et rapprochée.

Pour répondre aux besoins en logements (6000 nouveaux par an) sans s’étaler, les constructions seront désormais autorisées en priorité à l’intérieur du périphérique, dans les centres-villes et le long des axes de transports publics afin de limiter les déplacements en voiture. Ensoleillement, ambiance de rue, limitation de la place de la voiture, cœurs d’îlots verts… Les nouvelles règles architecturales visent également une plus grande qualité urbaine et paysagère des constructions. « Chaque maire pourra ainsi lutter plus fortement contre le risque de standardisation de la ville », souligne Pascal Pras, vice-président chargé de l’urbanisme, du foncier et de l’habitat.

Au plan économique, l’ambition est de créer 60 000 nouveaux emplois, en rééquilibrant l’activité en faveur du Sud-Loire. Comment ? Grâce au grands projets : nouveau MIN à Rezé, pôle industriel d’innovation Jules Verne à Bouguenais et Saint-Aignan-de-Grandlieu, création d’un parc d’activités liées aux technologies médicales sur le site de Laënnec à Saint-Herblain… Mais aussi en renforçant d’anciennes zones d’activités, à Cheviré, à Saint-Herblain, à la Vertonne ou encore à Carquefou.

« Le PLUm pose les jalons de la construction de la ville de demain, résume Pascal Pras. Notre ambition est de permettre à tous ceux qui vivent ou souhaitent s’installer sur territoire de bénéficier d’un logement qui réponde à leurs besoins, leurs capacités, d'accéder à un emploi et de se déplacer aisément ».

Les ambitions du PLUM en 8 chiffres clés

A l’horizon 2030 :
  • 60 000 nouveaux emplois
  • 75 000 nouveaux habitants
  • 6 000 logements neufs en moyenne par an, dont 33 % de logements locatifs sociaux
  • 72 % des déplacements par des modes alternatifs à l’usage individuel de la voiture
  • 50 % d’émissions de gaz à effet de serre en moins par habitant par rapport à 2003
  • Multiplier par 3 la production d’énergies renouvelables sur le territoire
  • Réduire de 50 % le rythme moyen annuel de consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers
  • Protéger 15 000 hectares de zones agricoles

Le calendrier du nouveau PLUm
  • De mi-avril à mi-juillet 2018, les 24 conseils municipaux vont délibérer sur le projet de PLUm, arrêté le 13 avril en conseil communautaire. Le document sera également soumis aux différentes autorités compétentes : Autorité environnementale, commission de protection des espaces naturels, agricoles et forestiers, etc.
  • Septembre - octobre 2018 : enquête publique
  • Février 2019 : approbation définitive en conseil métropolitain. Le nouveau PLUm remplacera alors les PLU municipaux et fixera des règles à suivre pour tout type de construction dans les 24 communes.
En savoir plus


mise à jour le 17 avril 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48