Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Le nouveau plan climat de la métropole s'amorce

Pour atténuer les effets du changement climatique et s'adapter aux défis qu'il occasionnera, Nantes Métropole a lancé l'élaboration d'un nouveau plan climat qui fixe des objectifs stratégiques pour le territoire. Il sera présenté au printemps 2018 et adopté en décembre 2018.

Image. Le nouveau Plan climat air énergie territorial s'appuiera sur les résultats du Grand Débat sur la Transition énergétique, qui a mobilisé plus de 53 000 citoyens.
Nantes Métropole n'a pas attendu la COP21 pour se mobiliser pour le climat. Depuis 2007, la Métropole dispose en effet d'un plan climat, qui définit des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La nouvelle mouture de ce plan sera développé au cours de l'année à venir, en s'appuyant sur les résultats du Grand Débat sur la transition énergétique, qui a mobilisé plus de 53000 citoyens autour de cette question.

« Nantes métropole a toujours été un fer de lance dans l’action climatique, convaincue que ce n’est pas seulement  par l’action internationale ou nationale que l’on arrivera à diminuer concrètement nos émissions de gaz à effet de serre, mais que c’est bien au niveau des collectivités territoriales, d’une part par leurs compétences concrètes (transports, déchets, politique de l’énergie), mais également par une capacité d’animation », affirme Julie Laernoes, Vice-présidente de Nantes Métropole déléguée à la transition énergétique et au climat.

Tripler la production d'énergies renouvelables

Pour atténuer le changement climatique, le nouveau Plan climat air énergie territorial (PCAET) fixe donc de nouveaux objectifs de réduction des gaz à effet de serre émis. La Métropole vise ainsi une diminution de 50% des émissions de gaz à effet de serre par habitant entre 2003 et 2030. En parallèle, l'ambition est de tripler la production d'énergies renouvelables, entre 2008 et 2030.

Mais le plan climat métropolitain ne se contente plus aujourd'hui d'une logique d'atténuation. « On est à un tournant en terme de climat, poursuit l'élue. Les alertes du GIEC ou les catastrophes naturelles, incendies ou inondations, aux Etats-Unis mais aussi en Europe en témoignent. C’est pour cette raison que les plans climats doivent désormais se doter d’un volet "adaptation". » L'idée est d'identifier les vulnérabilités du territoire aux événements climatiques extrêmes en s'appuyant sur les connaissances scientifiques les plus récentes, de mettre en place des dispositifs de gestion des risques, et de trouver des moyens d'accroître la qualite de vie en ville sous un climat plus chaud, notamment en accentuant la végétalisation de la ville.

Enfin, la Métropole fait le choix de donner une place stratégique à la question de la qualité de l'air. « On a vu que les pics de pollution sont plus nombreux que précédemment, note Julie Laernoes. La Métropole est encore un peu épargnée car les vents font que les concentrations de polluants ne peuvent demeurer ici. Mais la question de l’air est préoccupante et cause des morts prématurées. » Le volet air du plan climat prendra donc appui sur le "Plan protection de l'atmosphère Nantes-Saint-Nazaire, en partenariat avec Air Pays de Loire, qui surveille la qualité de l'air.

En savoir plus
A savoir:

mise à jour le 17 octobre 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48