Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



La feuille de route transition énergétique passe aux actes

Quatre mois après son adoption, la feuille de route transition énergétique de la Métropole voit ses premiers engagements mis en oeuvre au travers de trois priorités : rénovation énergétique, mobilités douces et valorisation des déchets.

Image.
Adoptée le 16 février dernier, la feuille de route transition énergétique est issue des travaux du Grand débat qui a mobilisé 53 000 participants pendant 18 mois pour en dessiner les contours. Un projet de longue haleine qui a trouvé ses premières concrétisations lors de ce conseil métropolitain du 22 juin 2018.

“Ce conseil marque une forte accélération sur les enjeux de transition énergétique, souligne Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole. Elle se caractérise par trois mots : ambition, excellence, et concret, concret, concret. Aujourd’hui, cette accélération se fonde sur trois grands axes : la rénovation énergétique, les déchets et les mobilités durables.”

Rénovation énergétique des logements : ambition zéro passoires énergétiques
Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), en 2013, 67% de la facture énergétique des ménages était dûe au chauffage. Un chiffre qui situe l’importance capitale de la rénovation énergétique des logements, en particulier pour les ménages les plus modestes.

Nantes Métropole va donc dédier un fonds de 56 millions d’euros entre 2018 et 2025, soit 7 millions d’euros dans des dispositifs d’aides financières qui viennent compléter ceux de l’Etat. Pour les ménages modestes, l’objectif est de passer de 230 à 500 logements aidés par an; pour les copropriété, l’objectif est de rénover 700 logements par an aux normes BBC (bâtiment basse consommation). L’installation de panneaux photovoltaïques (200€ par m2) et l’utilisation de matériaux biosourcés (15€ par m2 de surface isolée) seront encouragés par des bonification financières.

Enfin, pour les propriétaires de maisons individuelles, une nouvelle aide sera créée pour les aider à mener des audits énergétiques. Objectif : 20 maisons rénovées en BBC par an. L’objectif cumulé de ces différents dispositifs est la rénovation de 1000 logements par an sur la période 2018-2025.

“Dans ce domaine, on s’est souvent heurtés à la difficulté de faire passer l’information, note Pascal Pras, vice-président de Nantes Métropole chargé de l’urbanisme, du foncier et de l’habitat. Nous allons donc prendre appui sur la plateforme Mon projet Renov, avec l’ambition de rendre ces dispositifs plus lisibles, plus accessibles.” Si vous êtes intéressé, vous pouvez aussi vous rendre à la Maison de l’habitant.

Place aux mobilités douces et durables
Les transports sont bien entendu responsables d’une part non négligeable des émissions de gaz à effet de serre. La Métropole a donc choisi de rendre plus propres ses véhicules. A commencer par ceux qu’utilisent les agents de la collectivité, qui ne seront plus remplacés par des véhicules diesels désormais. D’ici 2020, la flotte de véhicules légers fonctionnant au méthane issu de la valorisation de déchets organiques (GNV) aura doublé, alor que 100% des bennes à ordures fonctionneront au GNV d’ici à 2030.

Mais au quotidien, les habitants de la métropole constateront surtout cet effort en montrant dans les véhicules de la Semitan. Les premiers E-busways 100% électriques feront leur apparition à l’automne. Ils seront 22 à l’automne suivant, une fois les livraisons terminées. Et dès cet été, des points de charge seront installées Place Foch et à la Porte de Vertou. Coût total de l’opération : 52,95M€.   30 bus articulés et véhicules Proxitan fonctionnant au GNV viendront en outre renforcer la flotte de la Semitan. Avec en ligne de mire 2021, où 100% des bus articulés rouleront sans diesel.

Plus innovant encore, la filière hydrogène en est à ses débuts. Une station de production et de distribution de carburant hyrdogène sera installée boulevard Marcel Paul à Saint-Herblain. Une expérimentation qui vise à inciter de nouveaux utilisateurs à s’équiper de véhicules fonctionnant grâce à cette énergie.

Enfin, la collectivité souhaite encourager la pratique du vélo. Les agents de la ville de Nantes et de la Métropole, ainsi que ceux du CCAS expérimenteront donc au 1er septembre 2018, une indemnité de trajet vélo. Ceux qui effectuent leur trajet domicile-travail à bicyclette pourront bénéficier d‘une bonification de 25 centimes d’euro par kilomètre parcouru, plafonnée à 200 euros par an.

Les déchets, troisième enjeu de la transition énergétique

Le centre de tri des déchets Arc-en-ciel de Couëron est déjà une pièce importante du dispositif métropolitain de gestion des déchets. A l’occasion du renouvellement de sa délégation de service public pour 15 ans à compter du 28 février 2019, la Métropole lui a fixé des objectifs en cohérence avec la feuille de route transition énergétique. Son rôle deviendra plus essentiel encore à l'horizon 2020, puisqu'il permettra de traiter l'intégralité des emballages plastique. Cela concerne notamment les plastiques du quotidien (pots de yaourts, barquettes). De quoi simplifier le geste de tri pour les habitants.

Mais les déchets sont aussi une ressource : “Nous voulons faire des déchets une source d’énergie renouvelable, explique Michelle Gressus, vice présidente de Nantes Métropole à la collecte et au traitement des déchets. A l’automne 2019, nous avons l’impératif de  connecter la chaleur d’Arc-en-ciel sur le réseau de chaleur Nord-Chézine. Cela permettra de garder un niveau de prix stable pendant 20 ans.” Le réseau de chaleur permettra d'alimenter en chauffage et eau chaude plus de 9500 logements.

mise à jour le 22 juin 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48