Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Budget 2018 : la Métropole poursuit une stratégie d’investissement offensive

Le 16 février, la Métropole a voté son budget 2018. Depuis le début du mandat, elle fait le choix d’un niveau d’investissement élevé pour jouer un rôle dans la dynamique de l’économie locale et de l’emploi. 422 millions d’euros sont consacrés cette année aux projets d’investissement, notamment dans le domaine de la transition écologique.

Image.
Adopté ce 16 février en conseil métropolitain, le budget 2018 de Nantes Métropole se monte à 1,2 milliars d'euros au total, dont 422 millions sont consacrés à l’investissement. Ce niveau d’investissement élevé « correspond à une accélération, logique dans un cycle de mandat : après les études, nous sommes au stade de la réalisation des investissements », souligne Pascal Bolo, vice-président en charge des finances. Aujourd’hui, sur les 1,7 milliards d’investissements programmés par la Métropole durant l’ensemble du mandat, près d’1 milliard ont ainsi déjà été réalisés.

Maîtriser les dépenses pour mieux investir
Hors dépenses exceptionnelles liées aux indemnités de transfert versées aux entreprises du MIN et à l’arrivée d’un nouveau marché vélo en libre-service, les dépenses de fonctionnement progressent de 1,13 % en 2018. Une bonne maîtrise de la dette (1182 €/habitant en 2017 contre 1299 € en 2014) et l’affectation des nouvelles recettes fiscales générées par les hausses de taux de la fiscalité ménage en 2016 et entreprises en 2017 aux nouveaux investissements, permettent ainsi à Nantes Métropole d’autofinancer près de la moitié des investissements réalisés (49 % exactement). En 2018, les taux de fiscalité resteront inchangés.
 
La transition écologique : engagement majeur de ce budget
Alors que la Métropole s’apprête à engager une feuille de route offensive issue du grand débat sur la transition écologique mené en 2016-2017, les dépenses liées à ce secteur constituent 55 % du budget général de la Métropole en 2018. Parmi les projets majeurs : l’arrivée des e-busways et le prolongement de la ligne 4, l’interconnection des lignes de tramway 1 et 2, l’extension des P+R de la Neustrie et Vertou, la poursuite des travaux de rénovation de l’usine de l’eau, un programme de réhabilitation de déchetteries et d’écopoints ou encore l’ouverture d’une enveloppe destinée à la rénovation énergétique des copropriétés.

L’équilibre et la cohésion des territoires : un axe essentiel
Un quart du budget métropolitain est également consacré à des projets permettant de maintenir un équilibre territorial de qualité : construction de logement social, entretien de la voire et réalisation d’espaces publics sur les 24 communes, réserves foncières.  Dernier volet, le développement économique et l’attractivité de la métropole mobilisent 1/5e des dépenses avec le projet majeur du nouveau Marché d’Intérêt National qui ouvrira fin 2018 mais aussi le soutien à différents outils en faveur de l’emploi et de l’attractivité économique comme la Maison de l’Emploi, la Mission Locale ou l’agence Nantes Saint-Nazaire développement. « Nous réussissons ainsi à concilier réalisation de grands équipements stratégiques et équipements du quotidien pour une métropole facile », souligne Pascal Bolo.

Des inquiétudes concernant les relations avec l’État
Si la situation budgétaire locale 2018 est saine, les relations avec l’État inquiètent cependant les élus métropolitains. « Le gouvernement nous propose une démarche contractuelle  pour encadrer la croissance de nos dépenses mais en fixe unilatéralement les conditions, indique Pascal Bolo. Avec beaucoup d’inconnues encore à ce jour ». L’État pourrait ainsi limiter l’évolution de la dépense publique locale à hauteur de 1,2 %, ce qui peut s’avérer un vrai souci dans le cas de métropoles dynamiques, comme Nantes, qui nécessitent des dépenses supplémentaires pour accueillir les nouveaux habitants. « La question n’est pas pour nous de nous de remettre en cause la participation des collectivités locales à la remise en état des comptes publics mais bien de dénoncer un véritable mouvement de recentralisation à l’œuvre, » ajoute Pascal Bolo. Les clauses précises de ce contrat devraient être connues d’ici la fin juin 2018.

mise à jour le 20 février 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48