Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole


le 7 mars 2011

Ma ville demain : inventer la métropole nantaise de 2030

« Pour s’exprimer, c’est maintenant ! »

Le 15 mars, l’opération de communication « Exprimez- vous ! » qui encourage chaque citoyen à participer à la démarche "Ma Ville demain, inventons la métropole nantaise de 2030" s’achèvera. Ceci marquera la fin de l’étape des contributions, avant les grands débats. Rencontre avec Fabrice Roussel, maire de la Chapelle- sur-Erdre et vice-président de Nantes Métropole en charge du dialogue citoyen.

Pourquoi est-ce si important que les habitants se prononcent sur la démarche Ma Ville demain, inventons la métropole nantaise de 2030 ?

«Fabrice Roussel, vice-président de Nantes Métropole L’expression des citoyens de la métropole est le point de départ des autres étapes et la clé du succès de la démarche 2030. Nous sommes à huit jours de la fin de récolte des questionnaires. Pour s’exprimer, c’est maintenant ! Je sais que beaucoup d’habitants ont du mal à imaginer la vie en 2030. Mais le projet de métropole, établi avec eux fin 2012, verra des réalisations se faire dans cinq ans, dix ans, pas uniquement dans vingt ans. »


Au niveau communal, peut-on se sentir vraiment concerné ?

« Bien sûr ! Les habitants doivent savoir que les maires de leur commune regardent en particulier leurs réponses pour comprendre leurs attentes. Le questionnaire est une bonne façon de faire passer des idées. Les enjeux de la démarche ne se limitent pas aux compétences de Nantes Métropole, mais concernent tous les aspects de la vie quotidienne. »


Penser à l’avenir, se projeter dans 20 ans, réfléchir au futur… Ce n’est pas forcément facile ?

« C’est vrai. Les élus locaux, mais aussi les habitants, passent leur temps à gérer le quotidien et les urgences. Nous tous, il faut le reconnaître, prenons parfois peu le temps de tracer des perspectives, de donner du sens à notre projet à long terme, au-delà d’un mandat de six ans. Le plus difficile, également, c’est de toucher les publics qui n’appartiennent pas aux structures participatives qu’il y a dans toutes les communes, conseils des sages, conseils de développement, etc. Nous devons trouver des idées pour toucher le public des jeunes et des moins de 35 ans. »


Quelle est la suite de l’aventure « Ma ville demain » ?
« Les grands thèmes et les idées forces qui seront ressortis lors de la première étape seront débattus avec le grand public et des experts. Cela représente cinq à dix grands débats citoyens. »

www.mavilledemain.fr

Propos recueillis par David Pouilloux

 

Quelques témoignages

Victor : « Janvier 2030, Nantes a su se libérer de l’omniprésence de l’automobile cinq places pour encourager l’usage de véhicules plus compacts. Janvier 2030, les tricycles à pile à combustible, vélos, scooters électriques et autres biplaces beaucoup plus légers et mieux adaptés au transport “domicile-travail” règnent. »

Alice : « Et si les conseils de quartier et conseils municipaux avaient lieu dans la rue, incitant ainsi les habitants à y participer ? »

Sandrine : « Je trouve l’idée du compost commun bonne ! En effet, je veux bien faire du compost individuel, mais je suis citadine, qu’en ferai-je après ? Mais s’il sert au jardin public, c’est super ! »

Maxime : « Et des arbres fruitiers dans la rue ! »

Yves Aumon, adjoint au maire de Saint-Sébastien-sur-Loire : « La mobilité et le cadre de vie ont été au cœur des premiers échanges que nous avons eus avec les habitants. Quelle place pour la voiture ? Comment sera la ville demain ? Les espaces naturels seront-ils préservés ? Pour imaginer 2030, il faut repenser à 1990. On se rend compte que 20 ans, ça passe très vite et qu’il est important de se projeter tout de suite dans l’avenir. »

Pascal Bolo, adjoint au maire de Nantes : « Cette démarche me plaît parce qu’elle est ouverte à tous les citoyens. Tous les parents doivent se sentir concernés par 2030 et par cette question : dans quel monde vont vivre nos enfants ? Que souhaiter pour eux ? On doit aussi s’interroger sur le bien vivre ensemble. Quelles solutions trouver pour éviter une société du repli sur soi ? »
 

mise à jour le 13 juillet 2011



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48