Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Pour mieux détecter des virus à travers le monde

L’entreprise chapelaine CEERAM décrypte la carte génétique des virus et autres bactéries pour créer des concepts de détection de ces agents microbiens. Elle vient de signer un partenariat industriel avec un gros groupe américain et a acquis la participation financière d’Ouest Ventures.

Benoit Lebeau, PDG du centre européen d’expertise et de recherche sur les agents microbiens (CEERAM) Benoit Lebeau, PDG du centre européen d’expertise et de recherche sur les agents microbiens (CEERAM). / © Patrick Garçon

La métropole nantaise abrite des pépites dans le domaine de la santé. Virus, microbes, parasites et champignons n’ont, par exemple, pas de secrets pour CEERAM. Ce centre européen d’expertise et de recherche sur les agents microbiens (CEERAM) est installé sur La Chapelle-sur-Erdre depuis 2007. Depuis sa création, cette entreprise de haute technologie a connu une croissance de 692 %. Elle est spécialisée dans le développement de méthodes de détection et d’identification génétique d’éléments microbiens « émergents et atypiques ». Un exemple ? Une piscine est touchée par la légionellose. Pour éviter que la bactérie ne se propage, il faut trouver d’où elle provient. CEERAM proposera ensuite de remonter jusqu’à l’origine de cet agent microbien, à savoir d’où venait-il avant d’arriver dans cette piscine et ce afin de l’éradiquer et d’éviter son retour. Pour ce faire, le centre de recherche use des mêmes méthodes que les experts des séries policières, en comparant les fiches génétiques de chaque virus, bactérie ou parasite avec une base de données pour ensuite les tracer (les suivre) et ainsi revenir à leur origine. « Nous développons un concept qui permet la traçabilité des agents microbiens dans plusieurs secteurs d’activité (agroalimentaire, environnement, santé…), car l’agent microbien n’a pas de frontières. On doit pouvoir le suivre pour remonter à sa source », explique Benoit Lebeau, PDG de CEERAM.
Kit de tests de virus
Au moment de sa création, en 2005, CEERAM s’appuie sur ses trois piliers : la recherche - développement, l’expertise et la commercialisation de ses méthodes et concepts. En 2007, après deux ans d’incubation à Atlanpôle,  les chercheurs à l’origine de se projet créent leur propre laboratoire et s’installent à La Chapelle-sur-Erdre avec l’aide de Nantes Métropole développement, l’agence de développement économique de la métropole nantaise. En 2011, l’entreprise compte huit salariés et dépose deux brevets. Sa croissance est de 46 % sur le chiffre d’affaires de ses produits. 2012, ils sont dix. Cette année marque un tournant pour l’entreprise. « Jusqu’alors, explique Benoit Le beau, notre objectif était de consolider l’entreprise et de faire entrer un investisseur institutionnel. » C’est chose faite avec Ouest Ventures, marque de Grand Ouest Gestion et société de gestion rennaise qui a investi 500 000 € pour une prise de participation de 10% du capital de CEERAM. Ce partenariat lui offre ainsi des moyens financiers qui lui permettront d’avoir plus de poids pour négocier face à des partenaires industriels. L’entreprise chapelaine a, dans le même temps, signé « un partenariat exclusif » de distribution à l’international avec le leader mondial en microbiologie moléculaire : Life Technologies. Les kits de 48 tests de diagnostic ceeramTools sont destinés aux secteurs de l’agroalimentaire et de l’environnement et vendus en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Ils permettront de détecter et d’identifier génétiquement des agents microbiens tels que le Norovirus (gastroentérite) et l’hépatite A.

 

Gwenaëll Lyvinec

mise à jour le 11 juin 2012



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48