Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole


du 16 juillet 2018 au 17 septembre 2018 Nantes

Plan Climat Air Energie Territorial

Le volet atténuation

Bilan des émissions de gaz à effet de serre :

A l’heure actuelle, bien que la population ait augmenté de 10%, les émissions de GES ont diminué de 15 % entre 2003 et 2014. De ce fait, les émissions de GES ramenées au nombre d’habitants sont en baisse de 23% sur cette même période. Compte tenu de la proportion importante d’émissions de GES d’origine énergétique, les variations d’émissions de GES sont très fortement corrélées aux variations des consommations d’énergie. Rigueur climatique, améliorations technologiques, isolations des bâtiments, etc., expliquent donc les résultats obtenus.

climat - volet attenuation

Le transport routier est le principal émetteur de GES à l’échelle de Nantes Métropole, (40% en 2003, 42% en 2014). Ce secteur observe cependant une baisse importante de ses émissions entre 2003 et 2008 (-12%), bien que le trafic ait augmenté (+2%) : cela provient  en particulier des améliorations technologiques du parc de véhicules (renouvellement du parc, mise en place des pots catalytiques, nouvelles normes euro,…). Pour une même quantité de carburant consommé, les émissions sont donc moins importantes.

Les émissions de GES du secteur résidentiel ont aussi diminué de manière plus marquée (-36% entre 2003 et 2008) que les consommations d’énergie associées (-3%). Cette baisse plus importante s’explique par une évolution du mix énergétique : augmentation des consommations d’électricité et diminution des consommations de gaz naturel et produits pétroliers.

Le secteur tertiaire présente une faible évolution de ses émissions de GES entre 2003 et 2014 (-1%) qui se différencie de celle de ses consommations d’énergie (+11%). Malgré le développement de l’activité tertiaire sur l’agglomération, les émissions de GES ont diminué sur la période en raison d’un changement de combustibles : moins de produits pétroliers (-22%) au profit de l’électricité (+20%) et du gaz naturel (+21%), 2 énergies moins émettrices de GES.

Les émissions du secteur industriel ont une évolution similaire à celle des consommations d’énergie du secteur. Cela est donc à mettre en lien avec le dynamisme économique du territoire. Pour les émissions de GES, les énergies sources de la majorité des émissions sont le gaz naturel et les produits pétroliers : respectivement 42% et 27% des émissions du secteur.

La part de l’agriculture a légèrement plus d’importance dans les émissions de GES (2%) que dans les consommations d’énergie (<1%) puisque la majorité de ses émissions ne sont pas liées à de la combustion mais à l’élevage et aux cultures. Il est cependant important de noter que la part de l’agriculture reste extrêmement faible par rapport au département (23% de ses émissions de GES) et à la région (37%).

Les secteurs traitements des déchets et branche énergie sont également source d’émissions de GES d’origine non énergétique. Leurs parts respectives sont très faibles à l’échelle de l’ensemble de l’agglomération (environ 1%). Sont prises en compte les émissions liées au traitement des eaux usées, au compostage des déchets, ainsi que les fuites sur les réseaux de transport et distribution d’énergie.
Le secteur branche énergie prend en compte la production d’énergie (réseaux de chaleur et production d’électricité) ainsi que la distribution de l’énergie (réseaux de transport et de distribution de gaz, stations-services et émissions liées aux fuites de SF6 sur le réseau électrique).
A l’échelle de Nantes Métropole, le secteur traitement des déchets est composé de trois sous-secteurs en 2003 : les eaux usées, le compost et la crémation.

Les émissions de GES liées aux transports non routiers représentent seulement 1% des émissions de Nantes Métropole en 2003. Les transports non routiers sur l’agglomération sont : le transport aérien, le transport ferroviaire, le transport maritime, le transport fluvial, et le tramway.
 
Le plan d’actions atténuation :
La Feuille de route transition énergétique

La concertation menée au cours du Grand Débat sur la Transition Énergétique a permis d’aboutir un programme d’actions qui s’articule en trois orientations stratégiques.

OS 1- Faire ensemble: La métropole, les acteurs et les citoyens expérimentent ensemble le chemin de la transition énergétique.
La transition énergétique doit être une démarche collective et ludique qui doit permettre d’expérimenter, de rester ouvert aux initiatives de tous. Nantes Métropole doit porter le rôle d’accélérateur et de facilitateur du pouvoir d’agir des acteurs (citoyens, collectifs, entreprises) pour réaliser cette transition énergétique.

1. Faire ensemble
2. Des leviers financiers et numériques au service des projets de la transition énergétique
3. Accélérer ensemble

OS 2- Améliorer le quotidien des habitants sur le logement et la mobilité
La transition énergétique doit être un outil d’égalité sociale, de lutte contre les inégalités et de réduction de la précarité énergétique. Elle doit aider à résoudre les problèmes du quotidien et améliorer la qualité de vie. Dans cette optique, deux sujets sont au cœur de la feuille de route : l’habitat et la mobilité.

1. Vers une métropole zéro passoire énergétique
2. Penser autrement les mobilités

OS 3- S’appuyer sur les ressources locales
Il s’agit ici de mettre en valeur et d’utiliser les ressources de la métropole de Nantes. Le développement des énergies renouvelables locales ou les nouvelles problématiques agricoles et alimentaires s’inscrit dans une volonté d’alliance des territoires. La démarche vise à une moindre dépendance aux énergies fossiles, une plus grande résilience de notre territoire, une plus grande valorisation des ressources agricoles locales. Dans cette logique, le territoire s’engage à faire des déchets de véritables ressources. 
Cette transition s’inscrit également  dans une métropole renouvelée où la nature en ville prend toute sa place.

1. 50% d’énergies renouvelables locales en 2050
2. Viser une plus grande sobriété énergétique du territoire
3. Vers l’économie circulaire : zéro gaspillage et moins 20 % de déchets ménagers en 2030,
4. Pour une alimentation locale, durable et accessible à tous

Pour chacun des 33 projets collectifs détaillés ci-après, des “partenaires repérés” sont indiqués. Ces partenaires sont des acteurs déjà engagés sur la question de la transition énergétique ou bien ils ont participé au Grand Débat (en écrivant un cahier d’acteurs, en participants aux séminaires d’acteurs ou en contribuant lors du rendez-vous transition énergétique et climat) et ont ainsi manifesté une envie d’engager une démarche aux côtés d’autres acteurs du territoire. Leur mention dans le document n’est néanmoins en rien contractuelle.

> La Feuille de route du Grand Débat Transition Energétique

mise à jour le 18 juillet 2018



Etude Air Pays de la Loire


Actualisation du diagnostic des émissions de gaz à effet-de-serre


Afin d’approfondir le diagnostic des consommations et émissions de gaz à effet de serre de Nantes Métropole, une étude sur l’année 2016 réalisée par Air Pays de la Loire est actuellement en cours. Les premiers résultats de l’inventaire 2016 à l’échelle régionale, seront accessibles sur le site Air Pays de la Loire à l’été 2018.
Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48