Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Un CHU au cœur de la Métropole

Au départ, il y a une quinzaine d’années, plusieurs sites d’implantation pour le futur CHU de Nantes ont été étudiés. Le choix définitif s’est porté sur le site de l’Île de Nantes, au cœur de la Métropole nantaise. Voici 6 arguments qui ont pesé dans cette décision.

1. Un aménagement du territoire médical équilibré
L’hypothèse d’un nouveau CHU construit à Saint-Herblain, près de celui de Laennec, était une possibilité. Mais cela aurait eu pour conséquence que 70 % de l’offre de soins aurait été concentrée dans la partie Nord-Ouest de la Métropole nantaise. Central, le futur CHU sera ainsi à une distance quasi équivalente pour tous les habitants de la Métropole, que ce soit pour les patients, les visiteurs, les personnels médicaux ou les étudiants.

2. Une offre de santé répartie sur la Métropole
Dans un contexte où les cliniques privées sont installées en périphérie pour l’essentiel (cliniques Jules Verne, Nord de Nantes, Cliniques de l’Atlantique, à Saint-Herblain, Nouvelles Cliniques Nantaises, à Rezé), les médecins du CHU de Nantes ont fait le choix d’être au coeur de leur bassin naturel de clientèle (50 % des patients du CHU sont de la Métropole nantaise, 27 % habitent Nantes).

3. Une médecine de proximité pour les populations précaires
Pour les personnes démunies, le service des urgences et la PASS (permanence d’accès aux soins de santé) sont souvent la porte d’entrée pour accéder aux soins et aux partenaires des services sociaux, tels que le CCAS, une assistante sociale, etc. L’hypothèse d’un CHU loin du centre de Nantes ferait que toute cette catégorie de patients n’aurait plus du tout accès aux soins, ni même aux services sociaux. Pour la majorité d’entre eux, ils n’iraient pas à la périphérie de la métropole nantaise.

4. Une opportunité exceptionnelle au centre de la Métropole
L’Île de Nantes offre, avec ces friches industrielles, en plein coeur de l’agglomération, un vaste espace de réaménagement urbain qui est une opportunité exceptionnelle pour bâtir un hôpital au centre de l’agglomération. Le futur hôpital occupera 10 ha sur la pointe Sud- Ouest de l’Île de Nantes, sur l’emprise actuelle du MIN (marché d’intérêt national) et de la gare de l’État.

5. Une accessibilité renforcée pour tous
Le futur CHU bénéficiera de tous les moyens de transports du centre de la Métropole et sera donc parfaitement accessible (tramway, bus, automobile, vélos, piétons, etc.). « La situation centrale du futur CHU est déjà la garantie de pouvoir profiter de toute l’offre de transports disponible, qui sera en outre renforcée pour accompagner l’arrivée du futur CHU, avec une ligne de transport en commun en site propre, annonce Benoist Pavageau, directeur général des services de la Ville de Nantes et de Nantes Métropole. » Entre 2 800 et 3 600 places de parking seront à disposition aux alentours du CHU, dont 1 200 à l’intérieur même du CHU, ainsi que 1 000 places pour les vélos.

6. Un choix de la communauté médicale
« L’opinion de l’écrasante majorité de la communauté médicale hospitalière du CHU de Nantes est favorable au regroupement sur l’Île de Nantes. Le choix a été fait, il est désormais derrière nous. » C’est ce qu’affirme Gilles Potel, président de la Commission médicale d’établissement. Autre avantage de cette situation sur l’Île : l’Université de Nantes a construit récemment une nouvelle faculté de médecine, de pharmacie et dentaire à deux pas de l’Île de Nantes, ainsi qu’un Institut de recherche en santé. Deux autres projets d’institut de recherche en santé sortiront de terre prochainement à deux pas du futur CHU (IRS 2 et IRS Campus).

mise à jour le 1 juillet 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48