Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Nouveau CHU de Nantes : un choix pour la médecine de demain

« Nous aurons un hôpital au top de la modernité, avec une médecine de pointe et une recherche de haut niveau, à même de concevoir les traitements de demain... »

« Un hôpital au top de la modernité et au service des patients »

Philippe Sudreau

Philippe Sudreau, directeur général du CHU de Nantes :
« Le futur hôpital offrira une qualité hôtelière, technique, technologique de prise en charge meilleure qu’actuellement. Nous construisons un hôpital numérique qui permettra un fonctionnement plus efficace et assurera une meilleure connexion entre les acteurs de la santé. Conçu pour être au service des patients, ce futur hôpital est aussi réalisé pour les professionnels du CHU, que ce soient les médecins ou tous les corps de métier qui travaillent au sein de l’hôpital. Nous aurons un hôpital au top de la modernité, avec une médecine de pointe et une recherche de haut niveau, à même de concevoir les traitements de demain. Ce sera aussi un hôpital qui va, de manière très concrète, soulager les professionnels, et notamment celles et ceux qui sont auprès des malades, afin de les recentrer sur leur coeur de métier, c’est-à-dire soigner les gens, être humains dans la prise en charge des malades et passer du temps avec les patients et les familles. »


« On va voir se développer de façon considérable la médecine ambulatoire »

Professeur Gilles Potel

Professeur Gilles Potel, président de la Commission médicale d’établissement :
« L’hôpital d’il y a trente ou quarante ans, comme l’Hôtel-Dieu, qui date des années 1960, est un hôpital que l’on ne peut plus tenir à jour des évolutions technologiques et médicales actuelles et futures. L’hôpital de demain, ce n’est plus ni un hôtel, ni un hospice, c’est surtout un immense plateau médico-technique doté des meilleurs équipements. Dans les années qui viennent, on va voir se développer de façon considérable – on l’observe déjà depuis plusieurs années et cela va encore s’amplifier – ce que l’on appelle la médecine ambulatoire, la chirurgie ambulatoire, où l’on arrive le matin à hôpital et l’on repart dans la journée. Les gens ne resteront plus à l’hôpital ou y resteront de moins en moins longtemps. Les patients y viendront pour bénéficier des meilleures avancées possible des techniques médicales, chirurgicales, anesthésiques, mais aussi de prises en charge des maladies chroniques, des chimiothérapies, des radiothérapies, de façon à ne pas être prisonniers de l’hôpital pendant leurs soins. »

mise à jour le 1 juillet 2015



Le développement de la médecine ambulatoire

Ces vingt dernières années, les progrès en médecine ont été considérables et les séjours à l’hôpital, pour une même opération, ont été considérablement raccourcis. La médecine ambulatoire (on arrive le matin, on repart le soir) s’est par exemple énormément développée : en France, 41 % des hospitalisations ne durent qu’une seule journée aujourd’hui, contre 20 % il y a dix ans. En 2025, les hospitalisations sur une journée devraient atteindre 60 %, voire davantage. Rester moins longtemps à l’hôpital ne veut pas dire que l’on est moins bien soigné. On réduit le nombre de jours passés à l’hôpital, et donc de lits, parce que l’on soigne mieux et autrement. On détecte les maladies plus tôt, et ainsi, on les prend en charge plus rapidement et on les soigne mieux. La chirurgie aussi a fait de grands progrès. Là où le patient passait trois jours à l’hôpital avec une plaie importante et un risque infectieux en proportion, il passe désormais une journée avec une petite plaie. Et l’hospitalisation peut se faire de plus en plus à domicile. Autre fait marquant de la médecine actuelle et qui s’accentuera dans les années à venir : le développement des pathologies chroniques. Ce sont toutes les pathologies (cancer, diabète, sida, etc.) avec lesquelles on vit, mais qui nécessitent qu’on revienne à l’hôpital régulièrement, pour quelques heures, pour une séance de chimiothérapie, un bilan, un suivi de greffe, sans pour autant y passer la nuit. Autre fait important : la médecine est de plus en plus personnalisée, c’està- dire adaptée à chaque patient, afin d’être plus efficace. On parle aujourd’hui d’une médecine dite « 4 P » : personnalisée, préventive, prédictive et participative.
Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48