Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Une commission pour un débat

Élise Roy, architecte et socio-urbaniste, Martine Staebler, ancienne directrice du GIP Loire Estuaire et Philippe Audic, président du Centre de communication de l’Ouest, sont trois des membres de la commission du débat Nantes, la Loire et nous. Bénévoles, ils expliquent leur rôle et les raisons de leur engagement dans ce grand débat citoyen.

Elise Roy
Élise Roy
« Réfléchir à la valeur accordée au fleuve et à ses berges »

« Ce débat prend la forme d’une démarche collective et citoyenne dont la véracité de l’ambition se confirme depuis son lancement. En tant que citoyens engagés membres de la commission du débat, nous souhaitons faire partager cette ambition à tous les habitants de la métropole désirant participer à cette réflexion autour de la Loire.
Au fur et à mesure des contributions, le débat va se nourrir de petites et de grandes idées. Certains citoyens, eux-mêmes experts sur des sujets précis, sont susceptibles de faire des propositions auxquelles les élus n’auraient pas forcément pensé. Sur le site, les internautes dialoguent déjà entre eux. Au sein même de notre commission, le débat existe. Cela rend l’exercice passionnant.
Personnellement, en tant que socio-urbaniste, je m’intéresse à la vaste question de ce qu’on désigne comme “ la Loire métropolitaine ”. Il y a une vraie nécessité de réfléchir à nos déplacements, ainsi qu’à la valeur accordée au fleuve et à ses berges. »



Martine Staebler
Martine Staebler
« Reconsidérer son savoir par rapport à la Loire »

« Je trouve ce débat intéressant sur le fond et la forme. Sur le fond, il permet de revisiter les liens entre la Loire et la ville, d’interroger la place du fleuve au sein du territoire nantais. En tant que passionnée de la Loire et de son estuaire, je pense qu’il faut que l’eau retrouve la ville, que la ville retrouve l’eau. On a un peu perdu ces notions de fleuve et d’eau.
La forme du débat, aussi, présente un intérêt, du fait des différents outils mis en place : le site Internet, les auditions publiques ou encore les documents mis en consultation, notamment le document socle. La forme adoptée par ce débat peut enrichir les propositions.
Et puis, pour apprécier ce fleuve, il faut savoir ce qu’il est, connaître ses problèmes, ses capacités, ses richesses. Avant, ce savoir était un peu la chasse gardée des experts. Ici, le public va pouvoir avoir accès à de nombreuses informations et reconsidérer son savoir par rapport à la Loire. Les gens ne pourront pas dire : “ Ah, je n’ai pas pu donner mon avis !” »



Philippe Audic
Philippe Audic
« Réinventer de nouveaux usages sur le fleuve »

« Tout jeune, j’habitais à proximité de la Loire. J’y voyais les pêcheurs travailler et les cargos passer. Le fleuve respirait, avec ses crues et ses marées. Et puis, progressivement, les habitants s’en sont détournés. Longtemps, la Loire a fait office d’outil de travail, avec toutes les activités liées au commerce maritime et à la construction navale. On l’a exploitée sans vergogne. On a creusé son lit et comblé ses bras. Les activités liées aux loisirs, elles, étaient plutôt pratiquées sur l’Erdre.
Désormais, la question qui se pose est : quelle vie peut-il y avoir sur la Loire ? Dans l’agglomération nantaise, l’enjeu est que les habitants se réapproprient leur fleuve et réinventent de nouvelles pratiques et de nouveaux usages. Ce débat offre l’opportunité aux citoyens d’échanger entre eux sur l’avenir de leur territoire, et pas seulement avec les élus, que ce soit via Internet ou lors des rencontres prévues à cet effet.
La commission du débat a été créée pour s’assurer que tous les acteurs et citoyens concernés puissent bénéficier de tous les éléments d’information disponibles et exprimer leurs points de vue et leurs propositions. »

Propos recueillis par Isabelle Corbé
Photos : Stéphan Ménoret

mise à jour le 2 janvier 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48