Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Budget 2016

Un budget 2016 ambitieux

Avec un budget d’investissement de 1,7 milliard d’euros pour les 5 ans à venir, Nantes Métropole choisit de maintenir un haut niveau d’investissement. En 2016, 327 millions seront consacrés aux investissements sur un budget de 1,074 milliards d’euros. Environ 144 millions d’euros seront versés aux 24 communes de la Métropole en 2016.


« Ce budget 2016 est la budget majeur du mandat. Il définit la stratégie financière de la Métropole pour les cinq prochaines années. Dans un contexte économique difficile, le budget global de la Métropole reste un budget ambitieux, souligne Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole. Nous faisons le choix de l’offensive avec un haut niveau d’investissement. » Budget ambitieux ? Oui. En consacrant 1,7 milliard d’euros à l’investissement, c’està- dire à l’économie, l’emploi, l’innovation, l’enseignement supérieur, la recherche, le développement urbain harmonieux du territoire, l’environnement et la transition énergétique pour les cinq années du mandat, la Métropole entend continuer à aller de l’avant. Dès 2016, sont ainsi posées les bases du budget général qui permettront de faire face aux baisses de dotation de l’État tout en continuant à être offensif. Les communes de la Métropole se verront reverser 144 millions en 2016, dont 45 millions d’euros au titre des investissements de proximité et un peu plus de 99 millions d’euros pour leur fonctionnement. « Dans la 6e métropole française, on doit continuer à maintenir un niveau d’investissement important parce qu’il en va de la dynamique du territoire », ajoute Johanna Rolland.
En 2016, le budget de la Métropole s’élève à 1,074 milliard d’euros. L’investissement représente 327 millions d’euros, soit un cinquième de la somme globale. Environ 731 millions d’euros sont consacrés aux politiques publiques. De gros projets voient le jour, comme le pôle agroalimentaire qui, en 2018, accueillera le marché d’intérêt national (MIN) ; l’institut de recherche en santé (IRS), première étape du quartier hospitalo- universitaire, ouvre lui ses portes. La Métropole continue également de s’engager vers la transition écologique. À ce titre, du côté des déchets, le travail se poursuit vers une démarche de réduction, mais aussi de valorisation des déchets via l’économie circulaire. L’année est également marquée par les travaux de l’usine de l’eau de La Roche, mais aussi par différents travaux permettant notamment de sécuriser l’alimentation en eau potable. Enfin, côté déplacements, la Métropole projette d’électrifier la ligne 4 de Busway, avec des véhicules électriques biarticulés plus grands que les actuels. Les politiques publiques de l’eau, de l’environnement, de l’énergie et des déplacements représentent à elles seules plus de la moitié (57 %) du budget de la Métropole. Mais pour avoir un haut niveau d’investissement et un budget ambitieux, la Métropole doit trouver de quoi financer ses projets, d’autant que l’État réduit sa dotation de 50 millions d’euros d’ici à 2017. En plus d’une maîtrise de la masse salariale et d’économies diverses (7 millions d’euros), le recours à l’emprunt est donc l’un des leviers choisis. La hausse de la fiscalité pour les ménages et les entreprises en est un autre.
Aujourd’hui, les taux des principales taxes de la Métropole nantaise comptent parmi les plus bas de métropoles françaises comme Rennes, Toulouse, Strasbourg ou Marseille. En augmentant la taxe d’habitation, qui passe à 10,14 %, Nantes Métropole réajuste ses taux. La taxe foncière batie augmentera également, passant à 6,41 %.
Mais ces hausses seront atténuées par la baisse de la TEOM (taxe d’enlèvement des ordures ménagères, aujourd’hui à 10,73 %, et qui passera à 7,50 %). Concrètement, une famille propriétaire verra sa taxe foncière augmenter en moyenne de 5,9 %. Quant à la cotisation foncière des entreprises (CFE), elle augmentera en 2017. Le relèvement de ces taxes apportera 40 millions d’euros de recettes supplémentaires à la Métropole, par an, au service de l’investissement, de la cohésion du territoire, de la transition énergétique et de l’attractivité.

Gwenaëll Lyvinec

mise à jour le 23 décembre 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48