Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Social change - RSE mon entreprise s’engage, une première réussie

Coorganisé par l’agence API, RSE Nantes et Nantes Métropole, la première édition du nouveau rendez-vous autour de la responsabilité sociétale des entreprises à convaincu.

Image. Ancienne commerciale, Béatrice Wattiau a repris une entreprise de plomberie et y a appliqué les principes de la RSE.
Il sont 470 à avoir répondu à l’appel à la Cité des Congrès, pour ce nouveau rendez-vous consacré à la Responsabilité sociétale des entreprises, qui invite ces dernières à prendre en compte les enjeux environnementaux, sociaux et éthiques dans leurs activités. Du patron de TPE aux représentants de grandes entreprises, c’est tout un panel des acteurs économiques de la métropole qui s’est rassemblé le 16 novembre.

La matinée a permis aux visiteurs d’entendre le retour d’expérience de quatre entreprises du territoire sur leur pratique de la RSE. Béatrice Wattiau, dirigeante d’ATC Watt, a ainsi raconté comment elle a repris une entreprise de plomberie après avoir longtemps travaillé comme responsable commerciale dans l’informatique. “Respecter l’humain, c’est ce qui me motive tous les jours : entendre les besoins des clients, et aider mes salariés à grandir.” Béatrice Wattiau a donc mis en place un intéressement au bénéfices pour ses salariés. Surtout, elle cherche à les responsabiliser. “Le premier mot d’ordre, c’est la confiance. Une entreprise, c’est une équipe. Et ce sont les ouvriers qui sont chez les clients. Or si vous accueillez un ouvrier qui râle, vous n’aurez pas envie de faire retravailler son entreprise. Je mise donc sur le savoir-être, c’est très important.”

“Se confronter à de nouvelles idées”

Quant à Boris Couilleau, créateur de la coopérative de transport  Titi Floris, il insiste sur l’importance d’une démarche bienveillante vis-à-vis des salariés. “Nous avons la volonté d’impliquer les salariés, mais au-delà, il y a une vision sociétale plus large, associer toutes les parties prenantes, d’avoir une relation différente à l’entreprise, que la frontière soit moins marquée. Une entreprise, c’est un lieu de vie, avant tout. Et si les salariés sont bien, les citoyens sont bien. Mon intervention a pour vocation de convaincre les chefs d’entreprises d’ouvrir leur capital aux salariés. Je pense que c’est beaucoup plus simple de fonctionner comme ça. ” L’entrepreneur a d’ailleurs beaucoup apprécié l’esprit de cette première édition de Social change - RSE mon entreprise. “C’est une belle réussite, un bon support. C’est bien aussi de se confronter à de nouvelles idées.”

“Trouver des approches nouvelles”

La matinée s’est terminée par une plénière animée par Walter Bouvais, cofondateur d’Open Lande, sur le thème de l’urgence environnementale et sociale et le rôle que peuvent tenir les entreprises pour y répondre.  “La RSE, c’est un marqueur, un repère pour ceux qui découvrent, explique ce dernier. Mais pour ceux qui la pratiquent, au regard des enjeux, il est clair que ça ne suffit pas. Il faut donc établir une hiérarchie au sein des principes de la RSE (environnement, social, puis économie).” Un message fort qui trouve un écho dans les milieux économiques. “Les entrepreneurs ne sont pas idiots. Ils écoutent, ils lisent la presse, ils ont des enfants. Beaucoup d’entre eux sont en train de se dire qu’il faut changer de logiciel, et donc aller encore plus loin que la RSE telle qu’elle a été établie. Il faut accepter que nous sommes dans un monde fini, et que dans un monde fini, la priorité, c’est le vivant. Dans nos projets d’entreprises, soyons économes de ressources. Et avec cette hiérarchie nouvelle, on va trouver des approches nouvelles.”

Après cette première édition réussie, Social Change reviendra à l'automne 2019 pour une deuxième édition.

mise à jour le 19 novembre 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48