Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



OrigaMi, une école des musiques pour un nouveau projet éducatif et culturel

Nouveau look, nouveau nom et nouvelles ambitions culturelles pour l’école municipale de musique d’Orvault qui devient l’OrigaMI, l’école des musiques. L’artiste plasticien Mioshe a eu carte blanche pour repenser la façade. Une nouvelle fresque et des animations à découvrir lors du premier « Dimanche de la Gobinière », le 11 octobre.

Image.
L’école municipale de musique d’Orvault entame une véritable mutation. Tout d’abord, c’est un nouveau nom tout droit sorti d’une partition : OrigaMi (Ori comme originalité, Ga comme gammes, Mi comme la note de musique) trouvé en concertation avec les professeurs de musique et le Comité consultatif de la culture, une instance de démocratie participative dédiée à l’action culturelle orvaltaise.

Puis une nouvelle façade, car le projet culturel métropolitain se veut être une vision participative et transversale de la culture mettant en valeur les nouvelles pratiques urbaines. C’est donc naturellement un artiste issu du street art qui a été sélectionné. Bien connu des Nantais, Mioshe alias Antoine Martinet, a participé à La Villa Occupada via Pick up productions, en 2014. Il livre ici sa représentation de la musique traditionnelle et contemporaine au travers de personnages mi-femmes, mi-hommes et mi-instruments.

Une vision chimérique de la musique ou plutôt des musiques. Car le pluriel est désormais de rigueur pour désigner une pratique plus consensuelle de cet art ouvert et accessible à tous. Symboliquement l’écrin de verdure (une espèce invasive) qui dissimulait le bâtiment à la vue des passants du parc Miche Baudry a d’ailleurs été retiré pour mieux accueillir le public.

Une démocratisation culturelle affirmée

L’école des musiques veut ainsi faire bouger les codes et sortir de son repli. Avec comme ambition affichée de développer des pratiques collectives en proposant des événements hors murs notamment. Et le 11 octobre, lors du premier « Dimanche de la Gobinière », les familles sont invitées à redécouvrir le lieu et à parcourir le tout nouveau « Atelier des créateurs » mais aussi à s’approprier la culture en participant à dessiner une fresque à la craie, assister à une pièce de théâtre ou flâner au marché aux livres.

Un nouvel élan pour l’école sur la forme donc pour 2015 (et le point de départ d’un futur parcours artistique à parcourir dans la ville), puis sur le fond avec un projet éducatif et culturel qui livrera sa nouvelle partition, dès 2016.
Texte : Stéphanie Morandière
Photo : Louis-Félix

mise à jour le 6 octobre 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48