Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



« Nous avons la responsabilité de protéger l’angélique »

Pascal Lacroix est botaniste. C’est un spécialiste de l’angélique des estuaires, plante unique et typique des berges de Loire.

Pascal Lacroix Pascal Lacroix
Cette plante est la reine des berges de l’estuaire de la Loire. L’angélique des estuaires, de la même famille que l’angélique des confiseurs, ne pousse qu’en quelques endroits, et surtout uniquement en France, dans les grands estuaires de la façade atlantique. On dit de ce genre d’espèces qu’elle est endémique. Pascal Lacroix est botaniste, au Conservatoire botanique national de Brest (antenne des Pays de la Loire), à Nantes. Il est un peu le monsieur Angélique. Nous l’avons rencontré du côté de Trentemoult, les bottes dans la vase, avec vue sur la pointe de l’Île de Nantes, au pied de peupliers noirs et de saules argentés. « L’angélique des estuaires est une ombellifère, comme la carotte, explique Pascal Lacroix. Elle se sent bien ici, sur les berges de la Loire. De Cordemais à la Chapelle- Basse-Mer, elle se développe au contact d’une eau légèrement salée. Les plus grands spécimens peuvent atteindre trois à quatre mètres de haut. Les plus grandes populations sont sur les rives de l’Île de Nantes. Cette angélique vit dans un milieu fragile, où le projet urbain doit prendre en compte sa présence lors d’un aménagement des berges et où l’industrie est aussi présente. Douze stations-réservoirs, comme celle de Trentemoult, sont à l’étude à l’échelle de l’estuaire. Nous avons la responsabilité de protéger cette espèce rare. C’est ce que l’on fait à travers un plan de conservation mis en place par Nantes Métropole. Ce plan a permis une forte amélioration de la situation. » Un grand débat sur la Loire ? Cet habitant de Saint-Jean-de- Boiseau, qui « entend chaque jour la respiration du fleuve », dit banco. « De mon point de vue de naturaliste et de citoyen, la dimension “ Loire, un espace naturel ” doit être un sujet à part entière, et pas vue comme un élément à prendre en considération dans le développement économique. Les enjeux liés à la préservation de la nature sont un vrai sujet en soi, à intégrer bien sûr ensuite dans un projet global de territoire. »

David Pouilloux

mise à jour le 2 janvier 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48