Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Nantes présente sa métamorphose urbaine à Cannes

Le 15 mars dernier, Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole et maire de Nantes, était aux côtés des architectes-urbanistes des quatre grands projets urbains de la métropole. Ensemble, ils ont présenté le futur visage de la ville lors du marché international annuel des professionnels de l'immobilier (Mipim) de Cannes.

Image.
C’est l’un des grands rendez-vous mondiaux de l’immobilier où se croisent, chaque année, 1500 architectes, 4800 investisseurs et quelque 23 000 visiteurs. Le Mipim de Cannes accueillait, mercredi 15 mars, Rudy Ricciotti, l’architecte de la nouvelle gare TGV de Nantes, les urbanistes-paysagistes Bernard Reichen, Jacqueline Osty et Claire Shorter ainsi que Frédéric Bonnet, chargés d’aménager, respectivement, le Bas-Chantenay, le sud-ouest de l’Île de Nantes et Pirmil-les-Îles.

«J'ai l'impression qu'il se passe toujours quelque chose à Nantes ! Que la ville renouvelle sans cesse sa richesse ! » a lancé Rudy Ricciotti, auteur notamment du musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem) de Marseille. Fin 2019, sa gare aura pris place dans le paysage urbain nantais. Un projet de près de 59 millions d’euros qui permettra d'accueillir 25 millions de passagers par an.

Une « insularité » centrale

Les équipes de Jacqueline Osty et Claire Shorter, mèneront, elles, à bien l’achèvement du quartier de la création, creuset des industries culturelles et numériques. Elles assureront également le pilotage du futur quartier de la santé avec le nouveau CHU ainsi que l’aménagement d’un grand parc métropolitain en rive de Loire. « L’Île de Nantes fait partie du centre de la ville » rappelle Claire Shorter. « En s’inspirant de l’histoire géographique de cette île faite d'anciens bras d’eau, on cherche la diversité, poursuit Jacqueline Osty et on imagine de nouvelles manières d’habiter, en préservant le cœur des quartiers ». Le grand parc métropolitain sera associé « à des tracés paysagers variés qui s’immiscent dans les tissus urbains pour proposer une intimité et une mitoyenneté dans des ambiances paysagères variées » précise Claire Shorter.

Pirmil Les Isles : relier les rives

À Rezé-Pirmil, rive sud de la Loire, Frédéric Bonnet invente de nouveaux paysages urbains, ouvrant sur le fleuve. « La nature est un des moteurs de mon projet » dit-il. Les aménagements conduiront notamment à « atténuer la césure entre les deux rives » grâce à des parcs se faisant face, de part et d’autre du fleuve. Développé sur les trois communes de Nantes, Rezé et Bouguenais, son projet permettra, en 2042, la construction de 3300 nouveaux logements, « combinant des manières d’habiter différentes », en habitat résidentiel, habitat collectif en immeubles ou tours. 55 000 m² sont dédiés aux activités économiques. La réflexion porte aussi sur la « manière de construire, en mettant un peu moins de béton et en optant pour des structures plus légères » indique Frédéric Bonnet.

Le Bas-Chantenay : le changement dans la continuité

« Concilier industrie et habitat avec la création de 1000 logements ». C’est l’objectif de Bernard Reichen, pour le Bas-Chantenay. « L’idée est de transformer ce quartier », qui s’étend, sur la rive nord de la Loire du village de la Roche-Maurice, sous le pont de Cheviré, au contrebas de la butte Saint-Anne, « en étant respectueux de son identité » précise l’urbaniste. Une rive droite qui pourrait être un jour reliée à la rive opposée par un nouveau franchissement, et qui accueillera également dans l’ancienne carrière Miséry, « l’arbre aux hérons, une idée tout à fait exceptionnelle » dit Bernard Reichen.

«Nantes accélère et assume son ambition, a conclut Johanna Rolland. Au travers de ces grand projets, l’enjeu est de remettre la Loire au cœur de la Métropole, de donner plus de place à la nature en ville, d’affirmer nos différences, notre identité, et de créer un nouvel imaginaire urbain. »

mise à jour le 23 mars 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48