Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Nantes et Saint-Nazaire lancent le 1er camp d’entraînement pour start-up

20 jeunes ont passé l’été dans l’ancienne caserne Mellinet pour un camp un peu particulier : ils participent à Maia Mater, un programme intensif, et gratuit, d’accompagnement à la création de start-up.

Image.
Des transats et des lampions, de grandes tablées, des canapés et des dortoirs… Sans les lourdes grilles à franchir pour pénétrer dans l’ancienne caserne Mellinet où le Maia Mater Camp a élu domicile jusqu’à la fin de la Nantes Digital Week le 24 septembre, on pourrait se croire dans une colonie de vacances !

Les résidents sont jeunes - ils ont entre 20 et 40 ans – mais pas franchement au repos. « C’est un camp d’entraînement à l’entrepreneuriat numérique. La discipline est quasi militaire ». Terence Desclain, le coach de la troupe, le dit avec le sourire. Mais, le programme est véritablement soutenu. Les participants, pour la plupart fraîchement diplômés en informatique, design ou ingénieurs, ont quatre mois pour s’armer pour créer leur entreprise. « La moitié dorment ici, beaucoup restent là le week-end. » Nourris, logés et accompagnés, les apprentis-entrepreneurs sont déchargés des préoccupations quotidiennes pour se concentrer à 100 % sur leur projet.

Un programme inédit, gratuit pour les jeunes

« C’est le 1er dispositif d’accélération de startup totalement gratuit pour les jeunes», précise Franckie Trichet,  adjoint au maire de Nantes et conseiller métropolitain en charge de l’innovation et du numérique. « On leur donne le 1er coup de pouce pour voir si leur idée va pousser ».

Le programme, initié par Nantes Tech, est financé par Nantes Métropole et la Carene, la communauté d’agglomération de la région nazairienne, et se déroule en parallèle dans les deux agglos sur trois ans. Après un an d’activité, les participants se retrouveront à Saint-Nazaire, entre le VIP et les Abeilles, pour prendre du recul. Les « survivants » se retrouveront ensuite en saison 3 pour faire part de leur expérience aux nouvelles promotions.

Avant d’en arriver là, les jeunes enchaînent briefs, ateliers et séances vidéo. Chaque semaine se termine par l’intervention d’un « mentor », un entrepreneur local ou national qui a déjà fait ses preuves en faisant grossir une startup : CleverCloud, Guest Suite, Dermooz, Qivivo, etc. « Ces personnes, bienveillantes mais cash, permettent aux participants de se confronter à des avis parfois divergents pour trouver leurs propres solutions », explique Terence Desclain. Pour quel résultat ? « Il n’y a pas de garantie de réussite, mais ce n’est pas grave. L’important, c’est de tester et de réagir vite : accélérer et lever des fonds. Pivoter pour changer de cible ou de modèle économique. Ou au contraire arrêter si ça ne fonctionne pas. Il faut aussi apprendre à faire mourir une entreprise qui n’est pas viable, pour vite rebondir », assure Terence Desclain.

« Etre enfermés tous ensemble nous booste. C’est un vrai gain de temps d’être ici. Depuis que j’ai lancé mon projet en 2011, je n’avais jamais pris autant de décisions », témoigne Romain, jeune brocanteur de 28 ans, qui planche avec Thomas sur une solution web, peu coûteuse, pour débarrasser sa maison, sa cave ou son grenier de ses vieux meubles. En moins de trois mois au Maia Mater Camp, Romain et Thomas ont déjà bâti un site Internet www.abradebarras.com/. Reste à guetter la pépite qui pourrait en sortir ! « L’enjeu, c’est de créer des emplois », assure Franckie Trichet.

En quatre ans, le numérique et la dynamique Nantes Tech ont créé plus de 4000 emplois sur la métropole nantaise.

En savoir plus

mise à jour le 14 septembre 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48