Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Les habitants impliqués pour dessiner la Métropole

Après Orvault, Rezé et Thouaré, la participation citoyenne sur le Plan local d’urbanisme métropolitain se poursuit à Couëron et à Bouguenais en mars, pour les habitants au pôle Erdre et Cens. Une première étape pour l’élaboration du PLUM qui sera effectif en 2018.

« Le PLUM est ce qui définit la règle d’usage des sols, permettant par exemple la délivrance des permis de construire. C’est ce qui va permettre aux élus de pouvoir développer de l’habitat, de l’activité économique et donc de l’emploi… » Dans la salle Odyssée d’Orvault, Pascal Pras, vice-président en charge du foncier et de l’urbanisme, présente le plan local d’urbanisme métropolitain (PLUM) aux 550 habitants de La Chapelle-sur-Erdre, d’Orvault et de Sautron.

Cette première réunion d’information est le point de départ de la participation citoyenne autour du PLUM, et chaque commune, via son pôle de proximité, participera à un premier rendez-vous similaire. C’est aussi l’occasion pour les habitants d’Orvault et de La Chapelle-sur-Erdre de s’inscrire aux ateliers citoyens. « Je me suis inscrite à celui qui concerne l’environnement, précise ainsi une habitante de La Chapelle-sur-Erdre, car c’est ce qui me touche particulièrement. » Les ateliers sur l’habitat, l’emploi et le développement économique et les déplacements sont aussi très sollicités.
Après ces réunions, les ateliers citoyens se dérouleront dans chacune des 24 communes de la Métropole, afin d’élaborer le PADD, le projet d’aménagement et de développement durables, un document essentiel qui servira de base, « de socle commun entre le programme local de l’habitat, le plan de déplacements urbains et le plan climat, qui permettra ensuite de réaliser le Plan local d’urbanisme métropolitain », souligne encore Pascal Pras.

Chaque commune est accompagnée par Nantes Métropole et choisit son mode de fonctionnement. « Nous avons invité l’ensemble des Chapelains à assister à des réunions de quartier en amont, explique Fabrice Roussel, maire de La Chapelle-sur- Erdre, vice-président de Nantes Métropole en charge du dialogue citoyen et copilote de la concertation PLUM. Ensuite, nous avons convié huit cents Chapelains représentatifs de la population à participer à un atelier citoyen qui traitera aussi de ces thématiques. » À Orvault, « nous comptons impliquer les habitants de la manière la plus large possible, précise Joseph Parpaillon, le maire. C’est aux habitants de prendre en main cette participation au PLUM pour faire en sorte de l’enrichir, et que nous puissions avoir quelque chose qui corresponde à la vie de la grande majorité des Orvaltais. » À Sautron, la méthode choisie est différente. « Nous avons constitué un groupe de pilotage constitué d’élus, des conseillers de quartier et des conseillers du groupe des Sages, et nous y inclurons aussi des Sautronnais volontaires », détaille Marie-Cécile Gessant, la maire.

Des réunions de synthèse des propositions avec les communes voisines auront lieu entre juin et septembre 2015. Puis, des réunions publiques de restitution des travaux seront proposées fin 2015. Les habitants qui n’ont pu s’inscrire aux ateliers peuvent aussi, dès le mois d’avril, contribuer sur le site Internet dédié, ou dès à présent via les dossiers de concertation, et sites des communes de Nantes Métropole.


Gwenaëll Lyvinec


À noter : Durant le temps de construction du PLUM, les PLU actuels des 24 communes restent en vigueur.


« Que les espaces verts soient préservés »
Florence Savary, Orvaltaise.
« Je suis concernée en tant qu’habitante par la question de l’environnement, car j’ai un grand terrain et cela se construit beaucoup autour de chez moi. Je souhaite que les espaces verts soient préservés. Je trouve intéressante la proposition faite par le maire de mixer les logements et les entreprises. C’est intéressant car tout le monde y gagne : les habitants qui peuvent mutualiser les parkings avec les entreprises. Ils peuvent se sentir plus en sécurité, puisque les entreprises ont souvent du gardiennage. Les horaires des uns et des autres sont différents, ce qui permet le week-end de préserver la quiétude du quartier. Les gens peuvent se balader puisqu’il y a un chemin de randonnée à côté des entreprises. Et cela permet de conserver un cadre de vie qui plaît aux habitants et aux salariés. »


« C’est important de s’impliquer »
Jean-Marie Giummara, conseiller de quartier à Orvault

« Ce qui m’intéresse, c’est de connaître tout ce qui concerne le PLUM. J’ai longtemps travaillé comme cadre commercial, et j’ai constaté que les gens comme moi, du privé, ne connaissaient rien à la vie citoyenne. Je pense que le PLUM peut permettre de définir différents cadres : la place de chaque chose ; l’environnement, qui est de plus en plus important. Ensuite, la place des déplacements, la place de l’habitat, la place des loisirs. Ce sont des choses évidentes, auxquelles on ne pense pas lorsqu’on est pris par le flux continu de la vie. Pourtant, c’est très important de s’impliquer, parce que après cela définit les espaces où l’on vivra. »


« La question des déplacements nous intéresse particulièrement »
Mireille et Roland Gautier, La Chapelle-sur-Erdre

« Nous vivons depuis 41 ans dans le quartier Gesvrine, à La Chapelle-sur-Erdre. Nous sommes venus découvrir ce que les maires de La Chapelle, d’Orvault et de Sautron vont dire sur les différents sujets qui vont être discutés dans les années à venir. Quand des débats sont organisés à La Chapelle-sur-Erdre, nous apprécions de les suivre, comme ceux qui se sont tenus, dernièrement, autour du tram-train Nantes-Châteaubriant. Concernant le PLUM, la question des déplacements nous intéresse plus particulièrement. Mais on est surtout venus pour écouter, pas forcément pour participer à l’un des ateliers. Il faut laisser la place aux jeunes ! »


« Préserver un équilibre entre constructions et environnement »
Alain Bordes, conseiller de quartier à Sautron

« Je vis à Sautron depuis 19 ans. J’ai choisi de m’installer à Sautron pour le cadre de vie. Selon moi, il faut réussir à préserver un équilibre entre les constructions et l’environnement qui soit favorable à tous. C’est intéressant de réfléchir à l’avenir de notre commune, de voir comment conserver notre identité dans la perspective du PLUM. Au sein des comités de quartier, nous nous sommes déjà penchés sur la question des circuits de circulation doux, destinés aux piétons et aux cyclistes. Je vais sans doute rejoindre l’un des quatre ateliers de réflexion. Cela va me permettre d’être au courant des projets qui vont être réalisés et de donner mon avis. »


« Limiter la place et le nombre des voitures »
Célia Mahdid, La Chapelle-sur- Erdre

« J’ai été invitée par la mairie, suite à un tirage au sort. Je vis à La Chapelle-sur-Erdre avec mon mari et mes deux enfants. Je trouve les questions de la qualité de vie et de l’environnement importantes. Limiter la place et le nombre des voitures également. Moi, je me déplace à vélo pour aller travailler. Réduire la distance entre les lieux de vie et de travail, voilà un autre sujet intéressant. Quel que soit l’âge, c’est important de donner son avis sur l’évolution de notre territoire, car nous n’avons pas tous les mêmes préoccupations. Cela peut être intéressant de contribuer à la réflexion en participant à un atelier. »


« Étudier la pratique environnementale des entreprises »
Christine Grangé, Sautron

« Je fais partie du Conseil des sages de Sautron. Les sujets évoqués m’intéressent beaucoup, ainsi que la manière dont les différents volets du PLUM vont s’articuler. D’une commune à l’autre, les contraintes ne sont pas les mêmes. Comment va-t-on prendre en compte ces particularités ? J’accorde un intérêt tout particulier à l’urbanisme. Un autre aspect me semble intéressant à étudier, celui relatif aux pratiques environnementales des entreprises. En tant que chimiste de formation, je suis sensibilisée à ce sujet. Il est très important de comprendre la démarche qui va être déployée pour élaborer le PLUM, notamment pour pouvoir y participer positivement et efficacement. »

mise à jour le 13 mars 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48