Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Le réseau éco-événement en mouvement

Dans le cadre de la Greenweek, le réseau éco-événement de Nantes Métropole s’est mobilisé pour la troisième année consécutive avec, en ligne de mire, un objectif : que, à l’horizon 2020, 1001 événements organisés sur la métropole nantaise s’engagent pour les territoires et le climat.

Pas de gaspillage avec la Disco soupe, qui récupère les légumes « moches » pour les cuisiner. Pas de gaspillage avec la Disco soupe, qui récupère les légumes « moches » pour les cuisiner.
En 2013, seule une trentaine de manifestations organisées dans l’agglomération nantaise étaient estampillées « éco-événement ». Deux ans plus tard, ce chiffre atteint la centaine. Et, en 2020, pourquoi pas 1001 événements ? D’où l’intitulé du temps fort réalisé en partenariat par Nantes Métropole et le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire, organisé à l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes : « 1001 événements s’engagent pour les territoires et le climat ». « Nantes Métropole a initié un réseau des organisateurs d’événements destiné à développer la responsabilité et l’exemplarité des événements qui se déroulent sur le territoire, précise Thomas Quéro, conseiller métropolitain. L’idée est que les organisateurs prennent conscience de l’impact de leur événement et qu’ils essayent de le limiter en ayant de bonnes pratiques. » « Un éco-événement ne se réduit pas à la seule dimension écologique, rappelle Nicolas Boespflug, chargé de mission développement durable à Nantes Métropole. L’accès du public, la consommation locale, la gestion des bénévoles, la communication, la mixité sociale : une éco-manifestation, c’est aussi tout ça ! Seize bonnes pratiques éco-responsables ont été identifiées. » Ponctuée par un concert et une Disco Soupe, ce rendez-vous festif a réuni une vingtaine de structures spécialisées dans l’événementiel éco-responsable, qui ont pu échanger avec le public. « À l’échelle régionale, l’ensemble des acteurs se mobilise pour adopter une démarche collective », signale Nicolas Boespflug.



Sensibiliser le grand public

Se relayant sur plusieurs vélos générateurs, les visiteurs de 1001 évènements ont produit l’électricité alimentant le matériel de diffusion musicale, une jauge lumineuse quantifiant l’énergie produite. « Cela permet d’illustrer ce qu’est la puissance électrique, ce qu’est un watt », indique Mathieu Penet, fondateur de Ludik Énergie. Depuis 2012, cette association rennaise propose des animations de sensibilisation à la question énergétique. « Afin de toucher un maximum de personnes, nos actions se déroulent durant des événements culturels et sportifs. Et, pour que le public s’y intéresse, il faut qu’elles soient conçues de manière ludique.» Les formats d’animation varient en fonction des événements, qu’il s’agisse du Dub Camp Festival au Pellerin, du programme « Bouge ton été » à Nantes ou, dernièrement, d’un marché à Couëron. « À chaque fois, nous proposons une médiation adéquate au public en question. »

ludikenergie.fr


Apprendre à gérer les déchets

« Mégot-Athlon » axé sur l’impact des mégots jetés, « Indiana jaune et les déchets maudits » consacré aux différentes durées de vie des déchets et leur valorisation potentielle, « Range ton frigo » dédié à la durée de vie des aliments par rapport à leur emplacement dans le Frigidaire : ce sont quelques-unes des animations ludiques et pédagogiques imaginées par R3D2 (Réseau et Ressources pour la Réduction Des Déchets) et proposées, dernièrement, durant La Grande Table de l’Agglo. Fondée fin 2014, l’association compte une dizaine de membres, majoritairement des coordinateurs du recyclage ayant suivi, l’an dernier, la formation dispensée par l’Icam, à Nantes. « Notre objectif est d’apprendre comment mieux gérer les déchets et trouver des solutions pour optimiser ces derniers. relève Marie Capdecomme. On effectue également de la prévention, surtout auprès des particuliers. Car, gérer les déchets, c’est bien. Mais, agir en amont est également possible. »

assor3d2@gmail.com


Proposer une sensibilisation innovante

Forte de 300 adhérents, l’association nantaise Adeec (Association de développement et d’éducation à l’éco-citoyenneté) a fait ses premières armes, il y a 10 ans, au festival des Vieilles Charrues, à Carhaix. « Depuis, nous y proposons des animations en direction du public, en ne nous limitant pas aux seules questions des déchets ou des toilettes sèches, précise Nicolas Dufrene, son président. Nous privilégions des approches ludiques, par exemple autour du tri, et explorons d’autres champs thématiques. » En outre, d’autres animations sont spécialement conçues pour les bénévoles eux-mêmes, au nombre de 150 durant le festival breton. « Parmi les participants, il y a des personnes handicapées, d’autres plus âgées, d’autres encore très jeunes. Nous privilégions l’intergénérationnalité. » Outre les Transmusicales à Rennes, l’Adeec est notamment intervenue durant le Festival 2040, à Rezé. « Nous avons mis en place une action de sensibilisation innovante, sous la forme d’une bande dessinée participative. »

www.adeec.fr


Vendre des glaces de façon éco-responsable

Depuis le printemps 2015, Frai’d Le Glacier promène sa remorque fabriquée sur mesure à vélo dans la région nantaise, proposant à la vente des glaces artisanales élaborées par un glacier partenaire basé à Ruffiac, dans le Morbihan. « J’interviens sur des événements festifs ou culturels, comme les Rendez-vous de l’Erdre, le festival Hellfest à Clisson, la braderie des Écossolies, des fêtes de quartier », énumère Frédéric Ratouit. Cofondateur de l’Ouvre-Boîtes 44, coopérative accompagnant et regroupant des entrepreneurs, il a décidé, à son tour, d’initier sa propre activité, en phase avec des objectifs éco-responsables. « Mon but était d’utiliser le moins possible un véhicule motorisé pour ne pas consommer d’essence, de réduire les nuisances au maximum. Je souhaitais que mon projet soit cohérent par rapport à une démarche de développement durable. »

fraid.leglacier@free.fr


Textes : Isabelle Corbé
Photos : Franck Tomps

mise à jour le 23 décembre 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48