Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Le PAT, une ambition pour l'alimentation dans la métropole

Le nouveau projet alimentaire territorial métropolitain dessinera une stratégie pour valoriser les productions agricoles métropolitaines et favoriser les circuits courts.

Image. Le territoire de la métropole dispose d'une forte diversité de productions agricoles.
Produire une alimentation locale, durable et accessible à tous, c'est l'objectif que se fixe le projet alimentaire territorial (PAT) de Nantes Métropole. Le territoire de la métropole est en effet riche de 13 694 hectares de surfaces agricoles exploitées, avec une forte diversité de productions, et des produits locaux emblématiques comme la mâche nantaise et la carotte de Chantenay.

"Cela représente 1644 emplois agricoles dans la métropole et 358 exploitations, pointe Jean-Claude Lemasson, vice président de Nantes Métropole chargé notamment de l'Agriculture périurbaine. Des emplois non délocalisables, ce qui est important pour nous. Nous avons aussi 42 exploitations bio, un chiffre qui a quasi doublé au cours des 5 dernières années." Et ce ne sont pas les seuls atouts du territoire en la matière, qui compte aussi une filière agroalimentaire performante, et des outils de pointe, comme le technocampus Cap Aliment ou, dès la fin de l'année, un Marché d'intérêt national moderne et son pôle agroalimentaire.


Un travail avec l'ensemble des acteurs du territoires

L'ambition du PAT est donc de développer largement les circuits courts d'alimentation de la métropole, via les filières d'agriculture urbaine et péri-urbaine. L'objectif est à la fois de soutenir le tissu économique lié à l'alimentation, de sensibiliser le grand public à  l'impact que peuvent avoir ses habitudes de consommation sur la santé, l'environnement et l'économie, et de développer les synergies sur le territoire. Tout cela avec en toile de fond la volonté d'oeuvrer pour une alimentation plus en accord avec les ambitions de la feuille de route transition énergétique.

Cette démarche passe par un travail collectif avec l'ensemble des acteurs du territoire (producteurs, associations, collectivités, mais aussi citoyens via les deux Grands débats sur la Loire et sur la Transition énergétique), qui ont contribué à la conception de ce PAT, mais aussi avec les territoires voisins.

Développer l'alimentation locale


Car si le projet alimentaire territorial vise à développer la dimension locale de notre alimentation, il ne vise en aucun cas l'autarcie. "Une récente étude met Nantes au premier rang des agglomérations françaises en autosuffisance alimentaire, observe Jean-Claude Lemasson. Mais à un taux de seulement 6% (contre une moyenne nationale de 1,2%). Ces terres agricoles ne suffiront pas à nourrir 630 000 habitants, faut travailler avec d’autres territoires."

Lors du conseil métropolitain du 13 avril, Nantes Métropole a adopté le premier volet du Projet alimentaire territorial, la stratégie alimentaire. Elle rappelle les ambitions et enjeux du PAT.

De mai à septembre 2018, une feuille de route sera construite par les acteurs autour de propositions concrètes. Elle donnera le cap jusqu'à 2030, avec des actions portées par ces acteurs. Elle sera rendue publique à l'occasion de Nantes Food Forum (du 3 au 7 octobre 2018).

mise à jour le 19 avril 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48