Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Le parfum de la réussite

Guillaume Rolland a inventé un réveil qui, plutôt que de sonner, délivre de bonnes odeurs. Le jeune Nantais a fait le buzz à la rentrée et a récemment rencontré Axelle Lemaire, la secrétaire d’État en charge du Numérique !

Guillaume Rolland a inventé un réveil qui, plutôt que de sonner, délivre de bonnes odeurs - Photo : Franck Tomps Guillaume Rolland a inventé un réveil qui, plutôt que de sonner, délivre de bonnes odeurs - Photo : Franck Tomps
L’histoire de Guillaume Rolland, Nantais de 18 ans, révèle tous les parfums d’une belle aventure ! Son réveil qui titille les narines avec de bonnes odeurs (café, menthe, fraise Tagada, etc.) plutôt que les oreilles a fait le tour du monde. Comment l’idée lui est-elle venue ? « J’ai beaucoup de mal à me réveiller avec le bruit d’un radio-réveil classique, raconte Guillaume. Et mon père, directeur de maison de retraite, me racontait combien il est difficile pour les personnes âgées de son établissement de se réveiller avec du bruit. »Bricoleur dans l’âme depuis « tout petit », celui qui construisait des cabanes élaborées avec ses cousins veut créer utile, être « inventif et créatif », à l’image de Léonard de Vinci, « qui m’a beaucoup inspiré ». Aussi, dans le garage familial, le Nantais s’active alors, multipliant les nuits d’insomnie pour concevoir son étonnant réveil, le Sensorwake. L’invention est d’abord présentée au concours Jeunes Inventeurs de Science et Vie Junior, où il gagne un prix déjà remporté 2 ans plus tôt pour une autre invention. Puis au concours des jeunes créateurs à Monts, en Touraine, où il remporte le prix du public, celui de l’association des ingénieurs et la médaille d’or du concours Lépine, avec, en prime, l’assurance d’avoir un stand au concours Lépine européen à Strasbourg. « J’ai dû améliorer le prototype du réveil et je me suis fait aider par un étudiant de l’École de design de Nantes, raconte le jeune bricoleur. J’ai aussi sollicité l’École centrale de Nantes, qui m’a mis son imprimante 3 D à disposition. » Pour les parfums, après avoir réalisé l’hydro-distillation au labo du lycée, il rencontre finalement une entreprise de marketing « qui accepte de me fournir les parfums contre de la promotion sur le stand à Strasbourg ». L’aventure s’enrichit de rencontres et d’échanges de bons procédés … Bingo : le Nantais remporte le prix Eurodistrict du concours Lépine européen.
Du coup, lui, qui confie « adorer la compétition », monte en parallèle des concours un dossier pour participer à la Google Sciences Fair, un concours international d’inventeurs. Sur plus de 2 000 dossiers, 90 sont d’abord retenus, dont celui du Sensorwake de Guillaume, puis 15, qui se rendront en Californie au siège de Google. Guillaume fait partie des élus. « C’était irréel, lancet- il. J’étais le premier Français à arriver à cette étape depuis la création du concours en 2011 ! » Si le jeune inventeur ne remporte pas ce challenge international, il passe sur toutes les chaînes d’information et fait le buzz. Et l’histoire ne s’arrête pas là ! « En revenant des États-Unis, à l’aéroport, j’étais attendu par Axelle Lemaire, secrétaire d’État en charge du Numérique… J’ai dû présenter mon projet devant des investisseurs, dirigeants de grosses entreprises qui étaient à Bercy, siège du ministère de l’Économie et des Finances. Et pour protéger mon invention, Axelle Lemaire a même mis un conseiller juridique à ma disposition ! » Aujourd’hui, Guillaume vient de faire sa rentrée à l’Université de technologie de Compiègne, mais compte bien poursuivre l’aventure. « Je vais faire financer mon réveil olfactif par le crowdfunding, pour qu’on puisse le vendre à Noël. Comme ça, chacun pourra donner ce qu’il veut pour porter l’idée et en échange avoir un réveil et des dosettes odorantes… Après, je ferai certainement une entreprise individuelle. »

Gwenaëll Lyvinec

www.sensorwake.com

mise à jour le 26 juillet 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48