Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Le monde de l’habitat participatif a rendez-vous à Nantes du 5 au 7 juillet

Après Strasbourg, Grenoble, Lillle et Marseille, Nantes accueille les 5es Rencontres nationales de l’habitat participatif du 5 au 7 juillet 2018. Une bonne occasion pour découvrir l’habitat participatif et se renseigner sur les projets encouragés par la Métropole.


Nantes accueille, du 5 au 7 juillet, les 5e Rencontres nationales de l’habitat participatif (RNHP). Cette manière d’habiter autrement prend de l’ampleur depuis moins d’une décennie et attire de plus en plus. Co-construction de son logement avec ses futurs voisins sur un même terrain avec des espaces communs (buanderie, chambre d’ami, salle commune…) et qualité du vivre ensemble, tels sont les objectifs de l’habitat participatif.

Ces rencontres sont accessibles à tous ceux qui veulent en savoir plus. Près de 1000 personnes sont attendues. Forum, tables rondes, ateliers, documentaires, visites d’habitations… Le programme est très complet pour informer le public mais aussi les élus et encourager cette dynamique. « Cet événement national amplifie la reconnaissance de l’habitat participatif en tant que démarche citoyenne », salue Olivier Cencetti, membre de  la Coordin’action des associations qui valorisent ces pratiques sociales et solidaires. Quelques thématiques seront particulièrement traitées comme « Vieillir autrement en habitat participatif », « Les coopératives d’habitants contre la spéculation immobilière », ou encore « L’habitat participatif, une voie de mixité sociale dans les quartiers populaires ». «Ce mouvement doit s’ouvrir au plus grand nombre et pas seulement aux militants », insiste Pierre-Yves Jan, Rennais pionnier de l’habitat auto-géré.

20 terrains réservés dans la métropole

Nantes oeuvre à cette démocratisation. En 2016, la Métropole, dans le cadre de son Programme local de l’habitat, a souhaité faciliter et accompagner ce type de projets. « L’habitat participatif est une manière de faire la ville, plus coopérative telle que je l’appelle de mes voeux, qui participe à lutter contre la standardisation », souligne Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole. « C’est souvent un gage d’innovation architecturale et un moyen pour développer des modes de construction nouveaux, qui répondent aux enjeux de la transition écologique ».

« Nous intervenons pour lever le principal frein – trouver le terrain – et accompagner les groupes dans leur projet », explique Pascale Chiron, vice-présidente de Nantes Métropole en charge du logement social et des nouvelles formes d’habitat. « Certains projets sont réalisés en auto-promotion, par les habitants eux-mêmes. D’autres avec le soutien d’un maître d’ouvrage, en associant une coopérative ou un bailleur social ». En effet, l’habitat participatif n’est pas réservé aux propriétaires. A l’image du programme des Verger du Launay dans le quartier Nantes Erdre-Porterie, on peut aussi tenter l’aventure en étant locataire d’un logement social !

Une vingtaine de sites sont aujourd’hui réservés à Orvault, Rezé, Bouguenais, La Chapelle-sur-Erdre ou Nantes pour y réaliser de l’habitat participatif.  En voici trois en cours de réalisation, qui cherchent toujours des foyers désireux de s’investir. Avis aux amateurs !

La Ripossière à Nantes Sud

Dans le quartier Saint-Jacques, le projet de la Ripossière attend la fin de l’instruction du permis de construire. Sur 20 logements, 13 sont en accession abordable et conçus avec les futurs habitants, 6 sont du locatif social et une maison est en accession libre. Benoît Fouquereau et sa famille se sont investis dans le projet dès la réunion publique en novembre 2016. « L’aspect collectif nous attire, les valeurs véhiculées et l’aspect environnemental avec des matériaux de construction bio-sourcés. La localisation et les conditions d’achat nous plaisaient également car sans le prêt social à la location accession (PSLA), cela aurait été compliqué pour nous de devenir propriétaire sur Nantes. »
Le Vallon des Garettes à Orvault


Proche du bourg d’Orvault, la famille de Nicolas Lesage et quatre autres construisent le projet de leur habitat participatif en autopromotion (gestion complète sans promoteur). « Il y aura 8 maisons individuelles sur 250-300m2 de terrain privé et 1500m2 de terrain collectif avec un potager, des jeux et ce que l’on voudra y mettre. » Le terrain leur est vendu par Nantes Métropole Aménagement qui, pour le lancement, a financé un accompagnement de quelques mois par l’agence Scopic. « Cela nous a permis de souder le groupe et de réfléchir au vivre ensemble. La clef du succès est de préparer le long terme, quelle vie veut-on après l’emménagement ? Quelle place pour l’intimité ? Quelle organisation pour la salle commune ?... »
L’îlot 2 sur l’île de Nantes

Anna Perot cherchait depuis 2012 à intégrer un projet d’habitat participatif. « Mais je ne voulais ni d’autoconstruction, ni d’autopromotion, trop lourd à gérer. » Elle a trouvé l’îlot 2, un habitat participatif pour seniors porté par le promoteur ADI et le bailleur social SAMO. À l’origine, l’objectif était un projet de vie en communauté vieillissante, centré sur l’entraide, dans laquelle les valeurs de solidarité, de bienveillance, d’écologie et de vivre ensemble ont un sens. Les premiers intéressés sont partis, d’autres sont arrivés comme Anna mais qui se retrouve dans ces valeurs. « J’ai envie de me sentir entourée au quotidien et d’avoir de vrais liens avec mes voisins. »
 
Pratique :

Rencontres nationales de l‘habitat participatif
Les 5, 6 et 7 juillet 2018 à Nantes
A l’Université de médecine, au Solilab et à l’école d’architecture

mise à jour le 28 juin 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48