Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Le MIN s’installera au coeur d’un pôle agroalimentaire

Le Marché d’intérêt national de Nantes va être transféré à Rezé à l’horizon 2018. Le nouveau site, au nord ouest du parc Océane, accueillera également un important pôle agroalimentaire.

Produits frais et services de gros au Min - Photo : Patrick Garçon Produits frais et services de gros au Min - Photo : Patrick Garçon
Fruits et légumes, fleurs et plantes, poissons, viandes, grossistes multi produits, libres services de gros… Le Marché d’intérêt national (MIN) nantais est le deuxième plus important de France après le marché de Rungis. Installé depuis 1969 rue Gustave Roch, à Nantes, il va être transféré à Rezé sur la zone Océane en 2018. Aujourd’hui, 109 entreprises, soit 1200 emplois, sont sur le site de 20 ha.

Densifier le projet
Mais pourquoi avoir choisi la zone Océane, à Rezé, pour sa nouvelle implantation ? Les raisons sont multiples. « Le quartier qui évolue autour du site actuel du MIN, sur l’île de Nantes, s’urbanise chaque jour un peu plus et devient incompatible avec le trafic des poidslourds, déclare Alain Robert, vice-président de Nantes Métropole en charge des grands projets urbains et des grands équipements. Le futur MIN sera ainsi construit en bordure du périphérique, afin de faciliter son accès, notamment pour les poids lourds, ce qui engendrera des travaux pour les voies d’accès. Par ailleurs, plus de 70 % des salariés du MIN habitent au Sud de la métropole, ajoute l’élu. Et puis cela permet un rééquilibrage de l’activité économique entre le Nord et le Sud. » La zone Nord Ouest du parc Océane est en outre destinée à accueillir un pôle alimentaire. « Il s’agit d’aller au-delà du projet de transfert en installant un pôle agroalimentaire à dimension interrégionale et nationale permettant l’accueil d’activités en lien avec la production, telles que la transformation, la conservation des aliments… », reprend Alain Robert, également président de la SEMMINN.
Un premier terrain de 22 hectares comprendra le MIN, grossistes et vendeurs de produits frais, et une partie privée avec notamment des entreprises de services spécifiques liés à l’agroalimentaire (déco, emballages, etc.) et à la vie du MIN (cafétéria…). Une seconde surface de 24 hectares viendra renforcer le tout et permettra à de nouvelles entreprises de s’installer tout comme les opérateurs du MIN actuel qui auront choisi d’investir. « Une enceinte de confinement pour la pasteurisation à froid sera installée sur ce site et pourrait être mutualisée pour des petites entreprises, souligne-t-on à MIN Avenir. C’est un projet novateur qui permettrait d’avoir un axe de recrutement d’entreprises, de renforcer l’attractivité du MIN, et d’élargir son offre ». Une pépinière d’entreprises est également envisagée, ainsi qu’une plateforme logistique. Au final, ceci offrirait toutes les facettes de l’activité agroalimentaire aux futurs arrivants, en complémentarité avec la plateforme régionale d’innovation (PRI) Cap Aliment, située à La Géraudière, à Nantes. « Sachant qu’il faut aussi rester vigilant sur la gestion de la mixité de locataires et de propriétaires sur le site, ce qui contribuera à la faisabilité économique du projet », ajoute Jean-Luc Cadio, viceprésident de la CCI en charge du commerce et dirigeant de l’entreprise Berjac.
Pour l’heure, avant l’été, le lancement du concours de maîtrise d’oeuvre pour le futur MIN a été acté. Durant l’été, le cabinet Ernst & Young, missionné par Nantes Métropole, a étudié au cas par cas les souhaits et contraintes de chaque entreprise afin d’évaluer d’éventuelles indemnités, notamment pour compenser les biens non transférables, pour les frais de déménagement voire la perte de chiffre d’affaires. « Les entreprises qui ne pourront pas se reloger recevront une aide de la collectivité », précise-t-on à MIN Avenir. Un dispositif d’accompagnement à l’investissement sera également mis en place avec l’aide de la Région Pays de la Loire. Le budget global du projet est évalué à 84 millions d’euros TTC, hors indemnisations.

Gwenaëll Lyvinec

mise à jour le 10 septembre 2014



MIN : Qui fait quoi ?

L’ensemble du MIN et les services communs sont gérés par une société d’économie mixte, la SEMMINN. Le projet de transfert est mené par Nantes Métropole, la Chambre de commerce et d’Industrie (CCI) Nantes-Saint-Nazaire en concertation avec MIN Avenir, l’association qui regroupe les deux tiers des entreprises sur le site. Le MIN, une fois transféré, cédera la place au futur CHU et à de nouveaux logements sur l’Île de Nantes.
Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48