Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Le Grand Carcouët : des logements sociaux économes

Trente logements sociaux vont être réalisés au bord de la vallée de la Chézine, à Nantes. Ce premier immeuble qui produira plus d’énergie qu’il n’en consomme sera livré fin 2013.

Pose 1ere pierre Grand Carcouet Gilles Retière, président de Nantes Métropole, François Lanou, architecte d'In Situ, Patrick Rimbert, maire de Nantes et président de Nantes Habitat, un représentant du constructeur Quille Construction et Johanna Rolland, adjointe au maire de Nantes.
Aux abords de la verte vallée de la Chézine, les cris des enfants de l’école primaire publique Grand Carcouët résonnent. Á une dizaine de mètres de là, entre les massifs d’arbres, un vaste chantier est sur le point de démarrer. Les grues rouges dominent le terrain. Les armatures de bois et de métal posées au sol patientent. Les ouvriers de l’entreprise Quille Construction démarrent la réalisation des fondations de deux bâtiments de logements collectifs sociaux : le Grand Carcouët.

Premier prix
« Ce sont les premiers bâtiments à énergie positive (Bepos) du grand Ouest construit par un bailleur social, assure Stéphane Dauphin, directeur général de Nantes Habitat, office nantais d’habitat social  et maître d’ouvrage du chantier. Le projet mené par l’agence d’architectes In Situ vient d’ailleurs de remporter le 1er Prix du concours d’architecture Bas carbone d’EDF. C’est un beau symbole que ce soit l’année de la Capitale verte de l’Europe.» Le Grand Carcouët abritera 30 logements sociaux. La structure de béton des deux blocs sera recouverte de murs à ossature bois. Cette enveloppe «  thermiquement performante » permettra ainsi de conserver la chaleur. Les bâtiments Bepos, qui produiront plus d’énergie qu’ils n’en consommeront, sont labellisés BBC Effinergie et classés Bepos (énergie positive), grâce à l’ajout de panneaux photovoltaïques en toiture. Récupération des calories des eaux « grises » (douche, eau de vaisselle, etc.), pompes à chaleur couplées de capteurs solaires basse température permettront également de réduire les charges au maximum. « C’est un projet hors norme à plus d’un titre, poursuit Stéphane Dauphin. Il va permettre à des locataires de se projeter sur des logements neufs, sur un autre confort, une autre qualité de vie, avec des charges très faibles. »

Le Grand Carcouët

Une loggia pour chacun
« Une loggia de 30 à 40 m2 avec de grandes baies vitrées sera installée dans chaque logement, détaille François Lannou, architecte de l’agence In Situ, en charge du chantier. Ce sera un espace complémentaire avec un usage en toutes saisons.» La pièce captera le soleil et pourra contribuer à chauffer les autres pièces de l’appartement. « Il est important que l’on mette en avant ce type de construction qui répond aux enjeux climatiques, insiste Pascale Chiron, vice-présidente de Nantes Métropole en charge du Plan Climat, de la maîtrise de l’énergie et des réseaux de chaleur, car, sur le territoire, l’habitat résidentiel et tertiaire est le  premier responsable d’émissions de gaz à effet de serre. »

Livré fin 2013
Des appartements du T2 au T6 seront proposés aux futurs locataires qui seront sélectionnés par Nantes Habitat, quatre mois avant la fin des travaux. « Ce n’est pas parce que c’est du logement social que ce doit être moins bien, souligne Patrick Rimbert, maire de Nantes et président de Nantes Habitat. Il est important que les locataires ayant peu de revenu ne soient pas mis à l’écart. » Ainsi, afin d’apprendre à optimiser les fonctionnalités du bâtiment au quotidien, les nouveaux habitants seront accompagnés durant deux ans, tout comme les équipes de maintenance-exploitation de Nantes Habitat.  « Aujourd’hui, la demande de logements ne faiblit pas et nous devons avoir une réponse adaptée à chacun, souligne Gilles Retière, président de Nantes Métropole. L’opération du Grand Carcouët s’inscrit dans cet objectif. Nous sommes dans un cadre naturel exemplaire, à côté d’une école, avec la promenade de la Chézine plus bas, une ligne de Chronobus à quelques pas… Nous devons avoir des propositions locatives supplémentaires dans ces conditions. »
Le Grand Carcouët sera livré fin 2013.

Textes : Gwenaëll Lyvinec
Photos : Patrick Garçon

mise à jour le 19 février 2013



Question à...

Patrick Rimbert, maire de Nantes et président de Nantes Habitat : En quoi le projet du Grand Carcouët est-il exemplaire ?

« Il est particulièrement exemplaire car il montre comment, en étant acteurs de l’habitat, nous sommes aussi acteurs publics dans le développement durable. Il faut que cette opération ait un objectif d’exemplarité, surtout l’année où nous devenons Capitale verte de l’Europe. Un nouveau cycle commence. Grâce aux évolutions des déplacements sur la métropole, par exemple, nous avons réduit de 6 % les gaz à effet de serre. Le Plan Climat de Nantes Métropole est transversal et construire des logements à énergie positive comme le Grand Carcouët contribue aussi à faire diminuer les gaz à effet de serre. Notre objectif est de réduire de 20 % ces effets d’ici à 2020.
Il est également symbolique, car nous allons fêter les 100 ans de Nantes Habitat, et ce projet montre combien Nantes Habitat est à la pointe du progrès social et environnement. »
Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48