Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



« La ville intelligente, c’est la smart city humaine, la ville vivante »

La ville intelligente sera au coeur de la prochaine Digital Week. Mais cette smart city n’est pas que technologique, elle est surtout humaine et vivante ! Rencontre avec Carlos Moreno, professeur des Universités, l’un des plus grands spécialistes mondiaux de la ville intelligente, qui sera présent le 17 septembre prochain, pour l’ouverture de la Digital Week, et qui était de passage à Nantes cet été.

Carlos Moreno Carlos Moreno
Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots ce qu’est la smart-city et comment est né ce concept de ville intelligente ?
Carlos Moreno : « Le XIXe siècle a été celui des empires, le XXe siècle celui des nations, le XXIe siècle est à n’en plus douter celui des villes. À l’origine, cette idée de « ville intelligente » est venue se positionner à l’ère de la révolution numérique comme un élément fort d’attractivité. En réalité, la vie dans les villes au quotidien, le savoir-faire et les talents d’une ville doivent être tournés vers l’objectif majeur qui est l’amélioration de la qualité de vie, en plaçant l’humain au coeur du projet urbain. L’intelligence des villes, c’est de faire face avec une vision stratégique aux cinq grands défis urbains (social, culturel, économique, écologique et de résilience), en s’appuyant sur trois grands leviers : l’inclusion sociale, la réinvention des infrastructures urbaines, et la révolution technologique. »

Pour vous, la ville intelligente, ce n’est pas seulement une ville technologique ?
Carlos Moreno :
« La ville intelligente ne peut pas et ne doit pas se limiter à une course technologique. Il faut sortir de l’idée selon laquelle une ville connectée est une ville intelligente. Si la ville connectée ne crée pas du lien social, elle devient paradoxalement régressive, en favorisant l’isolement, en développant ce que nous appelons alors les “zombies geeks”, là où nous avons besoin de citoyens rompus au numérique, certes, mais avant tout proactifs, c’est-àdire prenant leur vie en main. La réflexion sur la ville intelligente “ humaniste ”, centrée sur le citoyen, a permis de mieux penser les réponses aux problèmes des villes dans leur contexte socioculturel et territorial. Elle a changé la donne sur le sujet, grâce à l’implication de tous les acteurs de la ville. C’est la raison pour laquelle je parle sur la scène nationale et internationale de la “smart city” humaine, de la ville vivante.
Mais chaque ville a sa personnalité propre, elle est le produit d’une histoire, elle est à l’image de ses habitants et de leur projet commun, elle est vivante. Chaque ville doit trouver son propre chemin pour être plus “ intelligente ” en étant avant tout plus humaine, plus inclusive. »

Quels sont les enjeux, les bénéfices, pour les habitants de ces villes intelligentes ?

Carlos Moreno :
« Dans cette vision de la “smart city” humaine, le bénéfice majeur pour les habitants est la création de valeur sociale. À travers ce type de projets dans sa ville, le maire et ses équipes peuvent créer une dynamique collective fédérant les énergies autour d’un projet commun, qui contribue à donner du sens à sa ville. L’enjeu majeur de notre approche est alors la capacité à créer des usages et des services qui contribuent à l’amélioration de la qualité de vie, qui apportent des réponses aux besoins des citoyens. Sans cette mise en cohérence, la ville intelligente n’a pas de sens.
Le rapport entre les citoyens et la gouvernance des villes a également changé sous l’effet des nouvelles technologies, de même que la manière de faire de la politique. Les citoyens d’aujourd’hui disposent de moyens techniques pour s’informer, se mobiliser au quotidien et faire pression sur les élus. Mais, en même temps, ces nouvelles technologies sont un formidable moyen pour connaître et comprendre le citoyen dans son contexte, pour lui donner des outils adaptés – y compris à titre individuel – pour participer à la vie de sa cité et pour démultiplier la puissance de la multitude tournée vers le bien commun, le bien public. Il s’agit in fine, et c’est l’essentiel de cette vision, de favoriser l’expression de la vie dans la ville dans ses multiples formes pour façonner cette approche de ville ouverte, participative, vivante et créative. »

Retrouvez l’intégralité de l’entretien avec Carlos Moreno sur www.nantesmetropole.fr

Propos recueillis par David Pouilloux - Photo : Franck Tomps

mise à jour le 3 septembre 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48