Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



La trame bleue, ressource à préserver

La trame bleue, qui représente notamment les cours d’eau du territoire métropolitain, est une ressource à protéger au quotidien. Nantes Métropole y travaille, via sa politique publique consacrée à l’eau et aux milieux aquatiques.

Photo : C. Blanchard Photo : C. Blanchard
Le territoire métropolitain est parcouru par une cinquantaine de cours d’eau, qui forment la trame bleue. Plus de 250 km de cours d’eau s’étendent ainsi sur la métropole. Parmi eux, la Loire, l’Erdre et la Sèvre, qui appartiennent à l’État, ne sont pas du ressort de Nantes Métropole. Nantes Métropole s’occupe, le cas échéant, des cours d’eaux non domaniaux comme le Cens ou la Chézine. Ils restent la propriété de leurs riverains qui, selon les endroits où ils passent, peuvent être des communes, la communauté d’agglomération, ou encore des propriétaires privés. Tous ont obligation d’entretenir leur tronçon, notamment les berges, et de ne pas dévier le cours d’eau. Nantes Métropole peut intervenir sur tout son territoire dès lors que cela concerne l’intérêt général de la collectivité, qu’il s’agisse de l’aménagement de berges ou de la restauration d’un cours d’eau. De même, la métropole a pu acquérir des portions de terrains longeant les cours d’eau afin de réaliser des cheminements piétons. « Nous contrôlons la qualité des milieux aquatiques, et nous les restaurons lorsqu’ils sont en mauvais état, souligne Denis Guilbert, directeur du Cycle de l’eau à Nantes Métropole. Des techniciens des milieux aquatiques vérifient également la richesse de la biodiversité des cours d’eau, qui reste un bon témoin de la qualité des eaux qui se jetteront dans la Loire. »
L’action de la métropole se manifeste aussi en ville, avec la création sur ses réseaux de bassins de rétention, qui permettent de stocker les surplus d’eaux en cas de fortes pluies et ainsi de réduire la pollution des cours d’eau. Nantes Métropole envisage d’en réaliser plusieurs dans les zones urbaines à risques, dans les années à venir. Elle encourage aussi d’autres actions : concevoir des parkings en réduisant le bitumage afin que l’eau s’infiltre dans les sols, conserver des zones de jardin sur les terrains d’entreprise, installer des tranchées d’infiltration, des réservoirs… Cette démarche permet de préserver l’environnement et la qualité de l’eau des multiples petits affluents de l’Erdre ou de la Loire, et ainsi de l’eau brute qui y est pompée avant de devenir de l’eau potable.

Gwenaëll Lyvinec

mise à jour le 3 mars 2014



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48