Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



La Folle Journée met à l’honneur le conservatoire

La Folle Journée offre l’opportunité au conservatoire de Nantes de mettre en lumière ses élèves. L’Ensemble de percussions et ses 14 membres, sous la direction d’ Hédy Réjiba, propose un spectacle énergique.

Image. © Conservatoire de Nantes.
Dans une programmation toujours aussi foisonnante, la Folle Journée fait de la place pour le conservatoire de Nantes. Une nouvelle fois, près de 400 élèves nantais sont à l’honneur lors de cette édition sur le thème  « Vers un Monde nouveau ». « La Folle Journée est une vitrine pour le conservatoire. Elle nous permet de faire connaître la qualité de nos productions, résume Viviane Serry, le directrice. Elle fait partie des rendez-vous qui rythment l’année scolaire des élèves musiciens et des enseignants  ». Parmi les propositions présentées, l’Ensemble de percussions, dirigé par Hédy Réjiba, se produit vendredi à 16 h 45 dans le Grand Atelier du Lieu Unique.

Un cadre professionnel

Le spectacle, construit autour des œuvres « écrites par des compositeurs en exil », met en avant Yannis Xenakis « qui a échappé à la peine de mort dans son pays », Yoshihisa Taïra « qui s’est construit à Paris » et Edgar Varèse « qui a découvert de nouvelles sonorités à New-York ». Le tout dans une rythmique offerte pas les timbales ou autres marimbas qui promet : « La spécificité de l’ensemble c’est sa richesse sonore avec des timbres disparates. Il y a beaucoup d’énergie, de gestes. C’est très visuel », explique Hédy Réjiba qui veille à ce que ses protégés mesurent pleinement la chance qu’ils ont : « La Folle Journée c’est une occasion unique de se représenter dans un cadre professionnel. Cela fait 5 ou 6 ans que nous avons l’opportunité de nous produire dans une salle et pas sur le kiosque. Ça nous permet de creuser et de travailler davantage la programmation comme un spectacle à part entière ».

Trois mois de travail


Les 14 élèves qui composent l’ensemble ont travaillé d’arrache-pied plus de trois mois pour être opérationnels le jour J ! En véritables professionnels, Valentin et Léandre, tous les deux âgés de 19 ans, savent parfaitement ce qu’ils ont à faire. Il n’en sont pas à leur première édition de la Folle Journée. « Il n’y a pas d’angoisse, de peur. Juste de la pression avant de se produire mais c’est normal », témoigne Valentin. Pour Léandre, « le stress sera présent quinze minutes avant de monter sur scène, il disparaît ensuite ». Tous auront à cœur de rendre la confiance accordée par leur directrice et la programmation du festival. « Nous ne présentons que des grands élèves. Ils sont toujours très fiers de participer », conclut Viviane Serry.

mise à jour le 31 janvier 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48