Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



La Folle Blanche fait son show

Afin de rhabiliter limage du Gros Plant, vin blanc et produit nantais par excellence, Interloire, association interprofessionnelle des vins de Loire, organisait fin novembre au Nid, Nantes, une dgustation du cpage Folle Blanche et une rencontre avec les vignerons locaux.

Le Gros Plant tait au cur de la soire Folle Blanche, organise autour de ce cpage particulier. Le Gros Plant tait au cur de la soire Folle Blanche, organise autour de ce cpage particulier.
Que celui qui n’a jamais froncé le nez à la présentation d’un verre de Gros Plant lève le doigt ! Tout comme le Muscadet en son temps, le Gros Plant traine derrière lui un a priori méprisant et des préjugés déplaisants. Pourtant, avec « sa robe jaune pâle aux reflets verts, sa vivacité et sa légèreté », tel que le définit Gérard Vinet, vigneron et président du bureau des Vins de Loire, le Gros plant mérite d’être dégusté, et même conservé, et sa côte revue et corrigée… Non mais ! Ainsi nommé pour la taille de ses pieds, le Gros plant était il y a quelques siècles « le vin que les Hollandais, bien implantés à Nantes, conservaient en y ajoutant de l’alcool, explique Gérard Vinet, vigneron en Pays Nantais et président du bureau des vins de Loire. Le vin a ensuite évolué, et il a été servi en fin de repas. Aujourd’hui, les consommations ont changé et il lui faut retrouver une nouvelle audience. » On l'accepte avec des huîtres et des crutacés, sa vigueur et sa verdeur se mariant bien avec le côté salins des produits maritimes.

A cette fin notamment, Interloire, association interprofessionnelle des vins de Loire, organisait fin novembre une table ronde de vignerons sur le sujet, et une dégustation du cépage Folle Blanche pour les amateurs. Installés au nid de la Tour Bretagne, ces fines bouches ont ainsi pu découvrir huit Gros Plant en appellation d’origine contrôlée (AOC) « Gros Plant du Pays nantais », sur le même cépage Folle Blanche (d’où le nom de la soirée) et récompensés pour leur qualité. « J’ai une préférence pour le Domaine Madeleineau, confie ainsi Ronan, amateur, en faisant tourner le breuvage légèrement doré dans son verre. Cette petite note de fraicheur, sur un vin perlant sur la fin, avec ce petit goût citronné du Gros Plant me font penser à l'océan. Là, je suis devant un plateau de fruits de mer ! » A ses côtés, Pauline, fine œnologue dans un restaurant nantais, renchérit : « pour ma part, ce serait plutôt le vignoble Epiard. Il est léger, idéal pour commencer un repas… » Au cœur du Nid, les vins se dévoilent, les avis se confrontent. Et pour achever cette redécouverte, ou plutôt pour prouver que le Gros Plant a aussi des mystères à révéler, la soirée se poursuivait chez un amateur de vins nantais, Christophe François, propriétaire du restaurant de la rue Laënnec Les chants d’avril, à Nantes, l'un des trois coup de coeur de la dernière édition des Tables de Nantes.

Là, le Gros Plant s’est dévoilé dans toute sa largeur. Etonnant, avec six années de garde et une saveur éloignée des habituelles touches iodées ou citronnées qu’on lui connait. Déroutant, aussi, quand, avec 12 ans d’âge, le cru à la robe paille issu du Domaine Luneau-Papin, s’est avéré être « minéral et très plaisant ». « C'est un cépage mal-aimé, mais surtout mal connu, estime Marie Luneau. Nous faisons le pari d'en faire un bon vin, et même un vin de garde les belles années. Il peut devenir magnifique avec l'âge. Et puis, Folle Blanche, c'est quand même plus sexy que Gros Plant ! » Alors que ce cépage de l'atlantique ne donne pas de vin de garde, estimait un vigneron avant de l’apprécier follement… « Le Muscadet, au même titre que le Gros Plant, est un bon vin et un produit local qui mérite d’être sur toutes les cartes des restaurants nantais, souligne ainsi Christophe François, qui en propose une bonne vingtaine sur sa carte et que sa femme Véronique fait volontiers découvrir à ses hôtes. C'est loin d'être le cas pour tous les restaurants. Il faut que ça change. Imaginez une table du Bordelais qui n'aurait pas de bordeaux sur ses cartes ! »

Reportage : Gwenaëll Lyvinec

mise à jour le 9 janvier 2013



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48