Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole


Bouguenais

La Banque européenne d'investissement soutient Daher, vitrine de l'usine du futur

Après Emmanuel Macron en 2015, c'était au tour du secrétaire d’État à l’industrie, Christophe Sirugue, de visiter l’usine Daher de Saint-Aignan de Grand-Lieu, vendredi 14 octobre. L'équipementier aéronautique bénéficie d'un prêt de 60 millions d’euros de la BEI pour soutenir ses projets d'innovation industrielle.

Image.
L’usine Daher de Saint-Aignan emploie 300 personnes sur 20 000 m2. De ce site sortent des  équipements aéronautiques (fuselages, clips de jonction...) pour des clients tel Airbus. Implantée sur le pôle industriel d’innovation Jules Verne, elle a été la première usine labellisée « Vitrine technologique de l’industrie du futur » début 2016.

Vendredi 14 octobre, Didier Kayat, directeur général de Daher et Ambroise Fayolle, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI), ont signé un prêt de 60 millions d’euros. Cet accord financier a été officialisé en présence de Christophe Sirugue, secrétaire d’État à l’industrie.

« Ce prêt soutient un programme d’investissement de 120 millions d’euros, précise Didier Kayat. La BEI nous prête 50% du montant sur 10 ans, ce qui est une durée assez longue en entreprise mais nous permet de bien investir en ayant le temps. » La signature de cet accord financier va dans le sens de l’objectif du gouvernement d’encourager la modernisation et l’innovation des industries françaises.

Investir pour créer l’usine du futur


Les investissements concerneront tous les sites de Daher. Sur Saint-Aignan, le projet finance notamment une presse thermoplastique pour faire de la recherche sur les matériaux ainsi qu'une deuxième ligne de production. « L’Italie, l’Allemagne et surtout le Japon sont loin devant la France en terme de robotisation, » explique Patrick Daher, président du groupe. « Créer l’usine du futur c’est mettre en place la robotisation, la cobotique et la numérisation, récupérer et analyser les données afférentes et produire un service supplémentaire. Sans pour autant sacrifier des emplois puisque nous embauchons notamment grâce à l’augmentation de la production. »

mise à jour le 17 octobre 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48