Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



L’usine d’eau de La Roche refaite à neuf pour sécuriser la production

L’usine de production d’eau de La Roche va être restructurée. Avec un budget de plus de 70 millions d’euros, les nouveaux ouvrages seront plus compacts et plus efficaces.

Salle des commandes sera refait d’ici à 2020. Salle des commandes sera refait d’ici à 2020.
L’usine de production d’eau de La Roche est une vieille dame. La majorité de ses installations datent des années 70. « L’usine actuelle fonctionne bien. Mais elle a plus de 40 ans et est en fin de cycle, assure Denis Guilbert, directeur du Cycle de l’eau à Nantes Métropole. Nous engageons ces travaux de modernisation pour anticiper la fin de vie de l’usine. » Près des deux tiers du site vont être reconstruits d’ici à 2020, pour, au final, avoir une usine plus concentrée et plus efficace. Les travaux se dérouleront en trois étapes. La première pierre de ce projet sera posée en juin 2014 et cette première phase s’achèvera à la mi-2016. « Des ouvrages pour le stockage de l’eau, ainsi que les équipements de pompage de l’eau brute (eau de Loire non traitée), seront réalisés sur le canal de rétention actuel qui, lui, aura été comblé », explique Hervé Jouan, chef de projet de la modernisation de l’usine de l’eau à Nantes Métropole. Durant cette période, les trois bassins de décantation, où sont actuellement traités en moyenne 105 000 m3 d’eau chaque jour, seront également remplacés par un bloc composé de quatre files d’une capacité de traitement de 40 000 m3 d’eau chacune. L’usine sera ainsi dimensionnée pour pouvoir produire 160 000 m3 d’eau par jour, avec une possibilité d’extension pour traiter 200 000 m3 par jour. Un bâtiment d’exploitation prendra également place sur le site, « dans lequel nous installerons la salle de commande, qui fonctionnera dans un premier temps en parallèle à celle qui existe aujourd’hui », détaille encore le chef de projet. Ladite salle hébergera un grand tableau de commande permettant de gérer les différentes pompes, les réservoirs, et les sites de stockage de l’eau avant sa consommation (réservoirs, et châteaux d’eau). L’usine actuelle continuera de fonctionner durant les travaux. La seconde phase de travaux s’étendra ensuite jusqu’en 2019, date à laquelle la nouvelle usine prendra le relais de l’ancienne. Il n’y aura, de fait, pas d’impact pour les habitants de la métropole. Durant cette étape, un nouveau bâtiment va être réalisé pour le pompage des eaux traitées et leur envoi vers les lieux de stockage de l’eau. Un autre remplacera les filtres à sable actuels, qui permettent de filtrer certains des microrésidus subsistant dans l’eau. Autre nouveauté, un traitement de l’eau par UV viendra compléter les différents traitements que subit l’eau : décantation, ozonation, traitement au charbon actif, filtration sur sable…
Le traitement par UV constituera, lui, une protection supplémentaire contre les parasites, qui sont aujourd’hui traités par filtration. Enfin, la dernière phase est celle des tests, et comprend également l’aménagement de surface du site, pour que le parc de La Roche soit plus accessible aux piétons qu’il ne l’est aujourd’hui. Au final : un budget de 71,9 millions d’euros.

Texte : Gwenaëll Lyvinec
Photo : Franck Tomps

mise à jour le 3 mars 2014



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48