Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



L’héliciculture prend pied à Saint-Jean-de-Boiseau

Manuel Lenouvel, jeune agriculteur, a installé son exploitation à Saint-Jean-de- Boiseau. Il est héliciculteur !

Manuel Lenouvel. Manuel Lenouvel.
À Saint-Jean-de-Boiseau, 200 000 bébés viennent d’arriver. Telles de petites perles nacrées, les minuscules escargots, grosgris et petits-gris, commencent à se nourrir. Installés dans deux parcs encadrés de planches et entourés d’un lit de cailloux de calcaire, ils ont 5 mois pour atteindre leur taille adulte, avant d’être cuisinés et vendus sur les marchés. Manuel Lenouvel est le propriétaire de ce nouvel élevage. Jeune agriculteur, Manuel a 31 ans. D’abord photographe puis iconographe, il décide, après un tour du monde d’un an, de se lancer dans l’aventure hélicicole. « L’idée est venue pendant le voyage. Au début, je voulais cuisiner les escargots en restauration. Et puis j’ai découvert l’élevage. À mon retour, j’ai rencontré un héliciculteur en Charente-Maritime, qui m’a fait découvrir le métier. Je ne connaissais rien du monde agricole. » Le jeune homme passe alors le bac agricole pour pouvoir s’installer comme jeune agriculteur. Fait un nouveau stage du côté de Lille, où il découvre d’autres manières de faire dans une exploitation beaucoup plus grande. « Ce qui m’a plu, c’est qu’il y a beaucoup de choses à apprendre et à faire. Et en France, il y a un réel potentiel ! » Et pour cause, sur les 40 000 tonnes d’escargots que les Français consomment chaque année, seules 3 000 proviennent de l’Hexagone. Et 37 000 sont importées, majoritairement des pays de l’Est. Sans compter que l’escargot est aussi une ressource cosmétique particulière, puisque sa bave serait un antirides révolutionnaire ! « C’est peut-être une idée que l’on suivra », confie encore l’héliciculteur. De l’idée première de Manuel à l’arrivée des naissains, deux ans vont s’écouler. Le bâtiment qui accueillera l’élevage et l’atelier de transformation va être construit durant l’été. Large de 8,5 m sur 46 m de long, il dominera 8 parcs d’élevage. Coût de l’ensemble : 200 000 euros sur 5 ans. « Les banques ne voulaient pas me prêter d’argent devant l’originalité du projet. Je peux m’installer aujourd’hui grâce à l’aide financière de ma famille et de ma bellefamille. Je vais aussi recevoir une subvention de l’État en tant que jeune agriculteur, et des subventions de Nantes Métropole. La Chambre d’agriculture m’a orienté vers la municipalité de Saint-Jeande- Boiseau. Dans le cadre d’une préservation des terres agricoles, le maire et les élus m’ont tout de suite fait confiance et ont appuyé le projet. »

Gwenaëll Lyvinec

www.auxescargotsdesaintjeandeboiseau.com

mise à jour le 3 juillet 2014



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48