Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



L’expédition de Nantes en Europe

Nantes Capitale verte a entrepris l’expédition végétale à travers l’Europe. Revêtue des couleurs de l’Aéroflorale II, elle s’est posée à Bruxelles, à Turin, puis à Hambourg, avant une dernière escale à Nantes pour faire le récit de son voyage.

Photos : Erwan Balança Photos : Erwan Balança
Un étrange vaisseau, surmonté de gros ballons blancs, s’est posé sur la place centrale de l’Albertine, à Bruxelles, en mai dernier. « Toute l’équipe de scientifiques, tout l’équipage est très heureux d’avoir atteint Bruxelles », annonce François Delarozière, commandant de bord du vaisseau aérien baptisé Aéroflorale II. L’étonnante machine aux pattes d’acier est peuplée de plantes de toutes sortes sur deux niveaux, bichonnées par des hommes revêtus de combinaisons beiges, mi-chercheurs mi-acrobates. « Nous sommes seize chercheurs, scientifiques, phytoacousticiens, botanistes… poursuit le pilote de l’Aéroflorale. Nous faisons la cueillette des légumes quand nous sommes en vol. Notre objectif initial, scientifique, vient se doubler d’une mission d’accompagnement de la ville de Nantes devenue Capitale verte de l’Europe en 2013. »
Bruxelles était la première étape du « tour d’Europe » de Nantes Capitale verte, représentée par l’Aéroflorale II. Pour la capitale belge, forte de 1,3 million d’habitants, le développement durable « est une préoccupation forte », selon Evelyne Huytebroeck, ministre de l’Environnement de Bruxelles Capitale. « Nous avons fait énormément de choses ces dernières années. Et puis, nous avons aussi impulsé une dynamique, que l’on a menée avec les citoyens pour le changement de leur ville. » En s’arrêtant à Bruxelles, Nantes Capitale verte avait pour objectif de voir comment les villes européennes choisies pour le périple de l’Aéroflorale ont trouvé des solutions à leurs problèmes qui respectent les valeurs du développement durable. Une thématique qui a servi de fil rouge à cette aventure végétale.

Une histoire commune avec Turin
C’est vers Turin que l’expédition végétale s’est ensuite envolée. Fin mai, au coeur d’une ville où patrimoine historique et passé industriel se côtoient, l’emblème de Nantes Capitale verte entamait là une deuxième étape, bien différente de la précédente. « En survolant la ville, on a vu que Turin était fait d’espaces verts, assez larges en plein coeur de la ville, raconte François Delarozière. Il y a un centre ville historique assez dense, mais tout autour on ne reconnaît plus la ville. On est entre ville et campagne. »
Palais monumentaux, places pavées encadrées de rues anciennes avec, en parallèle, tramways antiques, bus électriques, zones à vitesse limitée en centre-ville, toits végétalisés et parcs installés sur d’anciennes friches industrielles… La ville de Turin, avec son million d’habitants, a connu « un changement énorme ces vingt dernières années », insiste Pietro Fassino, maire de Turin. Longtemps connue pour abriter de grandes entreprises, comme l’usine Fiat, dont Turin hébergeait le siège, ou des entreprises de liqueurs, la cité a su se renouveler, en se tournant vers la culture et la préservation de son environnement. « La transformation qu’a connue Turin, explique Enzo Revolta, adjoint au maire de Turin en charge de l’environnement, a consisté à libérer des espaces très importants qui ont permis de passer de 2 millions de mètres carrés d’espaces verts à 18 millions. La ville s’est transformée pour donner aux habitants de la ville plus d’espaces verts. »

Hambourg, exemple à suivre
C’est en Allemagne, à Hambourg, que l’objet volant couvert de plantes s’est ensuite posé. Hambourg, c’est près de 2 millions d’habitants, une capitale économique puissante, un port géant, une ville à la verdure omniprésente, avec de grands parcs et des canaux, une cité sillonnée par les vélos, les bus et autres trains. Mais c’est dans le quartier populaire de Wilhelmsburg, sorte d’Île de Nantes fois 10, que la mécanique plantureuse s’est posée. « L’Aéroflorale est une attraction extrêmement spectaculaire présentée par Nantes, Capitale verte de l’Europe et c’est un grand honneur pour nous que cela se passe ici, à Wilhelmsburg, explique Jutta Blankau, sénatrice en charge du développement de la ville. C’est un quartier de Hambourg en devenir qui accueille une exposition internationale d’architecture et l’exposition florale internationale. C’est un bon moyen de le faire découvrir à tous les habitants. » La ville de Hambourg ne semble, en fait, pas avoir oublié le titre de Capitale verte qu’elle a porté en 2011. « C’était une contribution majeure aux nombreux événements que nous avions organisés à l‘époque et cela a permis de sensibiliser encore plus Hambourg aux changements climatiques, rapporte Jutta Blankau. D’autre part, comme Nantes, Hambourg a pu être présente dans toute l’Europe et faire valoir ses positions vis-à-vis de la politique environnementale. » « Ce partage d’expériences est cruciale pour le développement des villes dans le futur, estime Gilles Retière, président de Nantes Métropole. Ce qui me frappe, ici, par exemple, c’est que chaque habitant de Hambourg se trouve à moins de 300 mètres d’une station de transports en commun. »

Récit de voyage à Nantes
Au coeur du quartier Bouffay, à Nantes, la machine s’est posée fin septembre pour présenter son récit de voyage aux habitants, lors de la dernière étape de son expédition végétale, à quelques mois du passage de relais à Copenhague, Capitale verte de l’Europe 2014. « Nous nous interrogeons sur la capacité des végétaux à fournir de l’énergie », explique François Delarozière aux passants étonnés. « Comment faites-vous pour voler ? » interroge une dame âgée. Son voisin insiste auprès des explorateurs pour connaître le jour de départ : « J’y serai ! » lance-t-il décidé. « Et vous dormez comment quand vous voyagez ? », questionne un écolier. Comme dans chaque pays visité, la machine interpelle, interroge. « L’Aéroflorale est un objet merveilleux qui rappelle à la fois, avec son mécanisme d’acier, les chantiers navals, et l’imaginaire de Jules Verne, souligne Patrick Rimbert, maire de Nantes. Mais c’est aussi un appel à partager les expériences. » « Le prix Capitale verte ne doit pas être un point d’arrivée, mais un point de départ, car il reste beaucoup de choses à faire en matière de développement durable », poursuit l’élu. Posée à quelques pas de la Cité des Congrès où se déroulait Ecocity, sommet mondial de la ville durable, l’Aéroflorale est un symbole du voyage qui nous reste à accomplir pour préserver plus que jamais notre environnement.
GL et DP

L’Aéroflorale II se pose à Turin

Découvrez le récit de voyage sur nantesgreencapital.fr

mise à jour le 26 juillet 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48