Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



L’eau à votre service

L’eau est un bien précieux. Afin de fournir aux habitants une eau potable de très bonne qualité, la Métropole modernise son usine de l’eau.

© Franck Tomps © Franck Tomps
Tourner le robinet et se servir un verre d’eau : ce geste simple nécessite des infrastructures colossales. L’eau, avant qu’elle arrive dans nos verres, doit en effet être pompée dans la Loire, puis traitée, filtrée et stockée à l’usine d’eau de La Roche à Nantes. Ainsi, 85 % des besoins en eau potable de la Métropole sont couverts par l’usine. Plus de 3 000 km de canalisations constituent le réseau de distribution d’eau, auxquels s’ajoutent 25 réservoirs d’eau potable et autres châteaux d’eau. L’ensemble est géré par Nantes Métropole qui a en charge l’eau potable et l’assainissement. Elle gère également la restauration des milieux aquatiques et les eaux pluviales. Nantes Métropole comporte une direction du cycle de l’eau (DCE) et une direction des opérateurs publics de l’eau et de l’assainissement (DOPEA). Plus de 400 agents sont à la manoeuvre chaque jour pour permettre à tous les habitants de la Métropole d’avoir un service public et une eau potable de qualité. Une partie de l’eau potable alimente déjà le territoire de la Carène et bientôt celui de Cap Atlantique. « L’eau qui est pompée en Loire vient de tous les affluents de la Loire et de la Loire elle-même, explique Christian Couturier, vice-président de Nantes Métropole en charge du cycle de l’eau, de la Trame verte et bleue, de la Loire et des cours d’eau. L’action menée sur le territoire en amont peut avoir un impact très important sur la qualité de l’eau, qui est prélevée. À Nantes, on est à l’arrivée de tout le bassin versant. La qualité de l’eau en Loire se joue de sa source, au Mont-Gerbier de Jonc, jusqu’à l’embouchure de la Loire. »
Aujourd’hui, trois prises d’eau existent : la principale se trouve à Mauves-sur-Loire et les deux autres sont des prises d’eau de secours en Loire et en Erdre. L’eau pompée est traitée dans l’usine de La Roche avant d’être distribuée aux 203 000 abonnés. Depuis un an, l’usine de l’eau est en travaux, afin d’améliorer encore la qualité de l’eau potable, mais aussi pour mieux s’adapter à la consommation et à l’évolution de la population. « L’eau est très présente dans la Métropole et c’est aussi un bien précieux, un bien commun, c’est pourquoi ces travaux sont importants et nécessaires, souligne Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole. Avec ce chantier, nous avons deux objectifs majeurs : adapter la capacité de production d’eau de l’usine à l’évolution de la population et continuer à garantir la qualité de l’eau potable. L’usine de l’eau est un des investissements majeurs du mandat. C’est un chantier d’envergure, ambitieux, qui bénéficie à chaque habitant de la Métropole. » Dans le territoire métropolitain, chaque habitant consomme en moyenne 120 litres d’eau par jour, contre 150 litres en France. Ainsi, en 2014, les habitants ont consommés 30 millions de m³ d’eau potable.
« Ce chantier de restructuration de l’usine de l’eau témoigne de l’ambition globale de Nantes Métropole visant à avoir un service d’eau de qualité, économiquement abordable pour tous et respectueux de l’environnement, assure Mireille Pernot, vice-présidente de Nantes Métropole en charge de la production et de la distribution d’eau potable et de l’assainissement. Le premier facteur qui rend l’eau accessible à tous aujourd’hui est son prix, qui est le même pour tous les habitants de la Métropole et l’un des plus bas de France. »

Gwenaëll Lyvinec


Les éléments du dossier :




mise à jour le 10 mai 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48