Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Inüit, du « projet de copains » à l’album

Les six musiciens, originaires de la métropole nantaise, seront sur la scène de Stereolux le 24 novembre pour une « release party » de leur premier album, « Action ».

Image.
Il faut se dépêcher pour prendre ses places : le concert d’Inüit sur la scène de la salle Maxi de Stereolux s’annonce complet. « Ce sera différent des concerts où on va "à la guerre". Le public nantais, c’est comme si on leur devait quelque chose », souligne Simon, le batteur de la formation, qui s’est plié au jeu de l’interview. Si elle n’aura donc rien d’une bataille, la soirée du 24 novembre sera celle d’une petite bombe : « Action », premier album sorti en octobre chez Cinq7 / Wagram et dont la pochette figure une explosion.

Mélodies entêtantes, longues plages dansantes, ballades portées par la voix brillante de la chanteuse Coline, « Action » réussit, à partir d’approches musicales diverses, le pari de la cohérence. Le son est servi par la production claire de Benjamin Lebeau (The Shoes), qui a accueilli le groupe à Paris dans son studio éphémère : « Une usine désaffectée de 1 800 m²... Il faisait froid, ça puait, c’était plein de poussière, mais c’était un laboratoire dont on pouvait utiliser tout l’espace, la réverbération naturelle. »

Mis à part « Tomboy », premier morceau tubesque sur lequel les musiciens ont travaillé ensemble, l’album a été composé en une petite année. En suivant la stratégie habituelle : « On part d’une page blanche, on se met autour d’une table, on discute de ce qui nous touche, on commence à improviser... », explique Simon, avant de préciser : « C’est un processus extrêmement lent. Il faut beaucoup s’aimer pour faire ça ! »

Ancrage nantais

C’est sans doute là la première force du groupe, dont les membres – 25 ans de moyenne d’âge – sont des « amis d’enfance » qui ont fait leurs premières gammes ensemble. « Inüit est un projet de copains, avec un but : faire de l’art à plusieurs, voir comment on se met en commun, comment on crée ensemble. » Dans ce jeu à la nantaise appliqué à la pop, chacun apporte ses influences dans le collectif : « De la musique contemporaine au jazz en passant par le hip hop et l’électronique », énumère Lola à VIA,  structure de production de tournée, basée à la Fabrique Dervallières et partenaire du groupe depuis le début.

Un autre ancrage local pour Inüit dont les premiers pas en 2015 ont été accompagnés par Terminus 3, structure municipale de Saint-Herblain où le groupe continue de répéter. Depuis, c’est un crescendo : Transmusicales de Rennes, Francofolies de La Rochelle, Olympia, Printemps de Bourges, Rock en Seine, concerts en Amérique du sud et en Chine, sans oublier le EP « Always Kévin », sorti en 2017, et des retombées presse qui donnent désormais une visibilité nationale au groupe.

Pas de quoi attraper la grosse tête, pourtant : « La notoriété, on ne s’en rend pas trop compte, assure Simon. On a avancé peu à peu, tranquillement, l’album est une suite logique. À chaque fois, on profite de l’instant, et puis on avance, on voit ce qu’il y a après ». Après ? « Une tournée partout en France, en Belgique, en Suisse... Et puis faire des collaborations avec d’autres artistes, et continuer à composer. »

mise à jour le 13 novembre 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48