Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Innovation nautique : Centrale Nantes remet son titre en jeu

Gagnants de l’Hydrocontest 2016, les étudiants de l’école d’ingénieur nantaise présentent deux nouveaux prototypes de bateaux électriques cette semaine à Saint-Tropez. Face à eux : 28 grandes écoles du monde entier.

Image. En 2016, les étudiants de l’Ecole Centrale Nantes ont remporté la 1re place de l’Hydrocontest dans la catégorie bateau léger.
Imaginer des bateaux « propres » très peu gourmands en énergie, et performants. C’est le défi lancé depuis quatre ans aux grandes écoles d’ingénieurs par la fondation  Hydros à travers l’Hydrocontest.

Pour sa 4e édition, après le lac Léman, ce concours étudiant international, parrainé par  la spationaute Claudie Haigneré et le navigateur Roland Jourdain, se tient à Saint-Tropez du 4 au 10 septembre 2017. 28 équipes d’écoles d’ingénieurs du monde entier sont en compétition.

250 étudiants au total, venus de 14 pays, vont lancer leurs prototypes à l’assaut des deux épreuves reines de l’Hydrocontest : le défi vitesse et la course d’endurance, avec d’un côté une maquette de bateau léger préfigurant la navigation de plaisance avec une charge de 20kg, et de l’autre un bateau lourd avec 200 kg embarqués pour simuler le déplacement d’un cargo.

Parmi eux, six étudiants de l’Ecole Centrale Nantes. Pour sa 3e participation, la grande école nantaise compte bien récidiver ses performances de l’an dernier, où elle avait remporté la 1re place dans la catégorie bateau léger.

Un enjeu énergétique et environnemental

Les règles sont strictes : « Toutes les équipes utilisent le même moteur électrique. A nous ensuite d’optimiser la conception et la forme du navire », explique Hervé Bonnard, « team manager » de l’équipe nantaise.  Pour faire la différence, les Nantais ont décidé d’ajouter des foils - sortes d’ailes - à la coque du bateau qui les avait fait gagner en 2016: deux foils en V à l’avant et un en T à l’arrière. « Ces appendices vont permettre de soulever le bateau de l'eau afin de limiter les frottements et lui faire gagner de la vitesse », précise Hervé Bonnard.

Verdict : le 10 septembre. Une partie du défi est déjà relevé : « Les dix mois de préparation nous ont permis de repousser les limites de la conception, apprécie Hervé Bonnard. Ce travail d’innovation et de recherche est très motivant. On voit concrètement, comment à notre échelle, une petite amélioration technologique peut permettre de faire des économies d’énergie énormes. » Un enjeu environnemental majeur pour l’industrie nautique et maritime de demain !

En savoir plus

mise à jour le 4 septembre 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48