Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Il y a 100 ans, les Américains débarquent à Saint-Nazaire et à Nantes

Le 26 juin 1917, le premier convoi naval américain arrive à Saint-Nazaire. Les «Sammies», comme on surnomme les soldats de l’Oncle Sam, rejoignent également Nantes. Les deux villes deviennent une porte d’entrée majeure du front français pour les États-Unis.

Image. © Ecomusée de Saint-Nazaire.

[Vidéo] Le débarquement des troupes US il y a 100 ans

Mardi 26 juin 1917 : au petit matin, le premier convoi militaire américain accoste le long des quais de Saint-Nazaire. À son bord, la Première division d’infanterie, surnommée «The big Red One», en raison de son insigne. Entrés en guerre le 6 avril 1917 aux côtés de la Triple Entente (France, Grande-Bretagne et Russie) contre l’Allemagne et ses alliés, les Américains bouleversent le sort du conflit. Pourquoi le port nazairien ? Non sans arrière pensée économique pour le futur, le maire de Nantes Paul Bellamy les y a invités : il a émis le vœu lors de la séance du Conseil municipal du 3 mai 1917 de voir les ports de Nantes-Saint-Nazaire devenir les sites de débarquement et bases des soldats américains. Il souligne la position géographique idéale de ces villes fortes de l’expérience déjà acquise lors du débarquement anglais en 1914.

Près de 200 000 soldats US vont débarquer à Saint-Nazaire jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale et jusqu’à 20 000 soldats stationnent au quotidien à Nantes où une grande base (la Base n°1) est aménagée et illustre l’ampleur de la logistique matérielle déployée pour soutenir l’effort de guerre sur le front français. Le «pont des Américains», à Doulon, est construit pour enjamber les voies ferrées de la gare de triage de Nantes-Blottereau. L’armée américaine entreprend d’autres travaux importants, notamment le doublement de la voie ferrée qui traverse la ville, le renforcement des quais de Loire, la construction de deux hôpitaux et d’ateliers de réparation automobile. Entre avril 1917 et octobre 1919, le matériel débarqué à Nantes et Saint-Nazaire se monte à 3 300 000 tonnes. Soit le tiers du matériel américain débarqué en France pendant cette période.

Le premier concert de jazz en Europe

Nantes devient ainsi une «ville monde» du «front de l’arrière». Pas un hasard si le premier concert de jazz en Europe a lieu au théâtre Graslin le 12 février 1918. Les Nantais découvrent le chewing-gum. Le 4 juillet 1918, la fête nationale américaine est célébrée comme une fête nationale française avec une prise d’arme conjointe, un concert de jazz, une démonstration de sports américains et un salut aux drapeaux des 2 pays amis et unis dans ce conflit contre l’Allemagne. Le boulevard des Américains et le quai Wilson (1918) attestent de l’empreinte laissée par le passage des «Sammies» à Nantes.

Du côté des habitants, la perception sera plus ambivalente : c’est ce que restituent les témoignages et sources de cette période. Accueillis avec enthousiasme, les soldats américains sont appréhendés au fil du temps avec une certaine défiance. «Le comportement violent de certains soldats américains et notamment la brutalité dont sont victimes les soldats et dockers noirs américains par la police militaire choquent profondément les Français», relate l’historien Yves-Henri Nouailhat. Mais à la veille des adieux officiels de la Municipalité aux soldats US, le 28 juin 1919, Paul Bellamy déclare : «Nous avons fait tout ce que nous avons pu pour vous faire penser que vous n’aviez pas changé de pays.»
100 après, The Bridge rend donc hommage à l’engagement décisif des «Sammies» aux côtés des soldats alliés.  

Pour en savoir plus :

  • Yves-Henri Nouailhat, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire, 1917-1919 (Éd. Reflets du Passé) ; Le Dictionnaire de Nantes (Presses universitaires de Rennes), Archives municipales de Nantes et Écomusée de Saint-Nazaire. 

 

mise à jour le 12 juin 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48