Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Frédéric Lodéon : « La Folle journée de Nantes est une grande fête musicale et affective »

C’est l’un de ceux qui popularisent la musique classique : le présentateur de France Musique, qui assurera un direct à la Folle Journée le 1er février, évoque le festival nantais.

Image.
Depuis la première édition, en 1995, vous êtes chaque année présent à la Folle Journée. Que représente le festival pour vous ?
Oui, il y a une vraie fidélité ! C’est d’abord pour moi une grande fête musicale et affective. À Paris, on ne voit pas les artistes, ils sont toujours en tournée... et finalement, la Folle Journée est le seul endroit au monde où je peux les voir ! Et puis, je suis Nantais de cœur, ma fille y est née et j’y ai beaucoup d’amis. J’aimerais pouvoir venir les voir plus souvent, aller au marché de Talensac, mais une émission radio quotidienne de deux heures, c’est beaucoup de travail...

Quel impact a eu le festival dans le paysage culturel ?
La Folle Journée est un concept qui a fait bouger la musique classique dans le bon sens. Pas mal d’organisateurs s’en sont inspirés depuis, en proposant plusieurs concerts en très peu de temps. Ça a donné beaucoup d’idées et tant mieux ! Plus largement, la Folle Journée a libéré l’approche de la musique classique, qui semblait autrefois réservée à des gens aisée ou une certaine « élite ». Les gens ont un grand appétit de musique et savent qu’on peut aller à ce festival comme on est, sans avoir à s’habiller spécialement, qu’on peut y écouter de la musique facilement, avec des formats plutôt courts et une diversité d’offre formidable, on peut s’y restaurer, s’y retrouver… C’est une fête populaire où règne la cordialité, où se retrouvent des gens qui ont la même passion.

Que vous inspire le thème de cette édition ?
Le voyage fait partie de la musique et de la vie des musiciens – à part Glenn Gould qui ne voulait jamais sortir de son sous-sol à Toronto... Les artistes d’aujourd’hui gagnent leur vie en voyageant. Il faut aller explorer le monde : c’est l’enrichissement de l’esprit et du cœur, une façon de partager et de recevoir.

À quoi va ressembler votre émission du 1er février ?
Nous serons au milieu du grand hall de la Cité des congrès, en public devant 1 500 personnes et pour deux heures de direct, de 16h à 18h. Outre nos invités Anne Queffelec, André Peyrègne et René Martin, nous aurons quatre plateaux avec des ensembles de musique : le quatuor de saxophonistes Ellipsos, le pianiste japonais Kotaro Fukuma, le quatuor Modigliani, le guitariste Emmanuel Rossfelder.

mise à jour le 24 janvier 2019



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48