Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Des familles pleines d’énergie

La 3e édition du Défi des Familles à énergie positive s’achève. 20 équipes sur Nantes Métropole, soit 133 familles, se sont investies de décembre 2013 à avril 2014 pour faire des économies d’énergie via des éco-gestes simples à mettre en place. Près de la moitié d’entre elles étaient des équipes d’entreprise. Au final, les équipes de Nantes Métropole ont économisé une moyenne de 18 % d’énergie, soit environ 250 € par famille, sachant que l’objectif initial était de faire au moins 8 % d’économies d’énergie.

« Tout le monde peut faire le défi »
Frédéric Hopquin, Laeticia Piedvache, Zoé et Capucine Hopquin-Piedvache à La Chapellesur- Erdre. Capitaines de leur équipe, Laeticia et Frédéric ont réussi à faire plus de 30 % d’économies d’énergie. « En plus, j’ai découvert plein d’écogestes alors que je travaille dans le domaine, précise Frédéric qui est ingénieur en efficacité énergétique. J’ai trouvé intéressant de faire le défi, mais il faudrait encore pousser la démarche sur la manière de consommer de manière plus générale : manger des produits locaux, se déplacer en transports en commun… Là, l’intérêt est que tout le monde peut faire le défi comme il l’entend et chacun y gagne en faisant des économies. À la maison, on a d’abord fait les gestes les plus simples : poser des multiprises, faire attention aux veilles, calfeutrer les portes… C’est plus facile de s’impliquer davantage progressivement, et de passer ensuite aux étapes suivantes. Maintenant, il nous reste encore une marge de progression en mettant en place certains gestes plus chronophages comme de décongeler le congélateur… Et puis, on doit encore isoler une partie de l’étage de notre maison… »

« Nous avons pu aller au bout de la démarche »
Valentine Faivre et Sylvain Cléder, à Nantes. Leur équipe, Whatt is Watt, est arrivée 3e sur la métropole avec 28 % d’économies d’énergie. « La difficulté, s’il y en avait une, ça a été de se lancer, et, en tant que capitaines de motiver l’équipe. Après, le défi des familles à énergie positive nous a permis d’aller jusqu’au bout de notre démarche. On faisait déjà attention à notre consommation, mais sans aller jusqu’au bout : par exemple, on avait mis un minuteur sur l’ensemble box TV et Internet, mais on n’avait pas découplé les box, si bien que quand on rallumait la box TV, on allumait aussi Internet…On fait davantage attention aux températures, la nuit, notamment, ou quand on s’absente. Ça nous a imposé d’être plus rigoureux. Et ça a payé ! Les outils prêtés par l’Espace Info Énergie nous ont aussi bien aidés pour voir concrètement nos consommations. »

« Mettre en place de nouvelles habitudes »
Caroline, Frédérick, Clémentine, Lila et Jade Lagrée à Carquefou. La famille Lagrée a démarré le défi après avoir effectué des travaux d’isolation dans leur maison. L’idée étant de « de poursuivre l’effort en matière d’économie d’énergie », souligne Caroline. S’engager dans le défi a permis à la famille de mettre en place de nouvelles habitudes. « Nous avons mis des multiprises partout, détaille Caroline. Du coup, chaque soir, on fait le tour de la maison pour ne pas oublier d’en éteindre. Nous utilisons aussi différemment le lave-vaisselle, en l’éteignant dès que le cycle eau est terminé, pour éviter le cycle séchage, plus énergivore. J’ai aussi investi dans une Thermos pour mon thé plutôt que de chauffer plusieurs fois ma bouilloire dans la journée… » Lila, 9 ans, poursuit : « On a découvert que lorsque la radio restait branchée, elle continuait à consommer. Et puis, j’ai changé ma veilleuse, car la mienne consommait beaucoup d’énergie. » Le plus difficile a été de réduire le temps passé sous la douche pour Clémentine, « mais j’essaye », sourit la fillette de 11 ans.

« L’intérêt est aussi de rencontrer du monde »

Gilles et Christine Prunault à Vertou. « Nous n’avons pas trouvé très dur de faire des écogestes. Ça devient vite naturel. Il y a plein de gestes auxquels on pensait déjà. Après il fallait les mettre en place et s’organiser. Le défi nous a permis de prendre conscience qu’avec des petits changements, on influait quand même sur la facture. Ça nous a donné un déclic. Ce n’est que du bon sens, mais il faut s’y tenir. L’intérêt du défi est aussi de rencontrer du monde. Nous avons créé l’équipe avec des copains, au départ, et d’autres familles que nous ne connaissions pas nous ont rejoints. C’est très sympa ! Le challenge nous a donné l’occasion de découvrir les associations qui s’en occupent et qui nous ont donné des conseils sur l’énergie et l’environnement. On a fait 20 % d’économies d’énergie. Mais on a encore des efforts à faire sur les économies d’eau. »

« Nous nous sommes focalisés sur la chasse aux veilles »

Alain, Isabelle et Hélène, Loriane et Antoine Menuet, aux Sorinières. « Nous avons réussi à faire - 28 % dans notre consommation d’énergie », assure Hélène, 19 ans, capitaine d’équipe. « Nous nous sommes focalisés sur la chasse aux veilles. Lors du premier rendez-vous “ Tu perds Watt ” proposé lors du défi, on a vu que beaucoup d’appareils consommaient en étant éteints : machine à café dosettes, robot cuisson, écran d’ordinateur, enceintes… Ensuite, le plus compliqué a été de motiver toute la famille. Au sein de l’équipe, l’habitude de prendre ses relevés de compteur a également mis du temps à se mettre en place. Mais, au final, de participer collectivement pousse à faire des efforts. Et puis, quand on quantifie nos consommations, avec les wattmètres prêtés pour le défi, ça nous motive, comme de voir si les efforts sont récompensés ou pas. Cela nous amène à réfléchir sur ce qu’on peut encore améliorer. »

Recueillis par Gwenaëll Lyvinec

SimpleViewer requiert JavaScript et le lecteur Flash. Télécharger Flash

mise à jour le 4 juillet 2014



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48