Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Ces talents qui font Transfert

Avec ses installations décalées et ses airs de Burning Man, Transfert a séduit des milliers de visiteurs depuis son ouverture début juillet. Rencontre avec six acteurs locaux qui font vivre cette « zone artistique libre » située sur le site des anciens abattoirs de Rezé.



Nicolas Guilloteau alias DJ One Up
Les habitués du festival HIP OPsession le connaissent bien : DJ One Up est derrière les platines lors des incontournables battles de danse au lieu unique. Une expérience qui lui a permis de se faire connaître au-delà des frontières hexagonales. Lorsqu’il n’est pas sur scène, celui qui se destinait à devenir éducateur spécialisé propose des ateliers via son association From Scratch. C’est donc avec un projet pédagogique qu’on le retrouve sur le site de Transfert. « L’atelier s’appelle autoradio, l’idée étant de travailler autour de la cassette pour faire connaître ce support d’enregistrement. Le rendez-vous s’articule autour de trois démarches :  une session deejaying autour du vinyle, un pôle musique assistée par ordinateur (MAO) et un poste d’écoute », explique Nicolas Guilloteau. Les ateliers donnent ensuite lieu à des restitutions musicales.
Tous les mercredis, de 14h à 17h. Inscriptions sur place.
www.facebook.com/djoneup

Lionel Jaret, créateur du manège l’Écho-système
Métallier de formation, Lionel Jaret a exercé ses talents comme marionnettiste et poète de rue avant de se lancer dans un rêve de gosse à l’aube de la cinquantaine : « J’ai eu l’idée de rassembler le métallier, les marionnettes et la poésie pour créer un manège ». Débuté en solo, le projet est devenu collectif avec la participation des étudiants de l’IUT La Fleuriaye et des élèves de quatre lycées professionnels. Héron, poisson, grenouille… Les créatures qui composent le manège sont inspirées de la faune des bords de Loire et l’attraction de 7 mètres de diamètre fonctionne grâce à de vieux vélos des années 1930. Une poésie qui séduit les visiteurs de Transfert : « Lorsqu’ils voient le manège, les gens ont déjà le sourire. C’est du bonheur partagé, c’est magique ! ».
www.facebook.com/manege.mecanique

Rozenn Le Magueresse, coordinatrice de l’association SweatLodge
Bien connue des noctambules nantais pour ses fêtes électro, SweatLodge met également en lumière les arts forains. L’association a investi le site de Transfert avec son projet Toto Black. « Ce sont des attractions que l’on a fabriquées et que l’on anime tout l’été. Il y a par exemple une piste de roller, un cinéma dynamique et un stand de confiseries », détaille Rozenn Le Magueresse, sa coordinatrice. SweatLodge a également participé à la programmation du spot culturel. « Nous avons imaginé notre été de rêve en faisant appel à des compagnies avec lesquelles nous avons l’habitude de travailler : Maboul Distorsion et son clown burlesque, Titanos avec un manège et des ateliers de couture, 100 issues qui propose du fakirisme… » Et l’association est aussi derrière l’animation du club de plage qui fait le bonheur des jeunes visiteurs !
www.sweatlodge.fr

Mathilde Monjanel, comédienne
Comédienne de formation, Mathilde Monjanel a mis la matière sonore au cœur de son projet artistique. « Avec trois amis, j’ai fondé le collectif Radio Charrette. L’idée était de se réapproprier un média d’hyper-proximité en tendant le micro aux gens. » Des ondes de Radio Charrette à celles de Radio Transfert, il n’y a qu’un pas ! Depuis le début de l’été, Mathilde Monjanel anime en alternance avec le DJ Chilly Jay des ateliers pour les jeunes issus des centres de loisirs rezéens. « Les enfants ont des enregistreurs et nous leur donnons des missions : faire des interviews ou capter de l’ambiance. Ils sont vraiment inventifs ! » Chaque atelier donne naissance à un épisode de Radio Transfert. Retrouvez ce feuilleton radiophonique ici :
https://www.transfert.co/actions-culturelles/

Nicolas Galin, paysagiste à l’atelier Campo
Implanter du végétal sur un sol désertique hostile à toute forme de vie, c’est le défi lancé par Pick Up Production à Nicolas Galin. « Avec Julien Blouin, consultant en agriculture urbaine, nous devions venir exacerber l’effet scénographique des différentes œuvres exposées à Transfert. Nous avons très vite échangé autour des notions de désert et d’oasis avec des références comme le Burning Man », se souvient le paysagiste. Sur un sol sablonneux formé par les ruines des abattoirs, les deux professionnels ont choisi de faire pousser des végétaux capables de s’adapter : palmiers, bananiers, plantes grasses… « L’homme a employé des moyens démesurés pour construire ici un désert, en dehors de la Loire. Nous voulions que ce projet questionne ce rapport au territoire en choisissant de ne pas transformer ce sol pour la scénographie de Transfert. »
www.campopaysage.fr 

Adina, du collectif Camping Sauvage 
Derrière l’intriguant crâne de vache-tobbogan se cache Camping Sauvage, un collectif d’artistes nantais. « Sur Transfert, on savait que le désir était de proposer quelque chose d’inédit mais qu’il y avait aussi la volonté de faire oublier le passé des abattoirs. On trouvait ça dommage et on avait envie de faire un clin d’œil à l’histoire de l’endroit », explique Adina, membre du collectif. Avec deux autres artistes de Camping Sauvage, cette plasticienne-accessoiriste a travaillé pendant un mois et demi dans un atelier de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu pour donner vie à cette aire de jeux décalée. « Ce crâne, qui a peut-être une image morbide, est en réalité une expression de la nature avec des formes assez belles. » Bonne nouvelle, l’installation devrait rester sur le site pour les prochaines éditions !
www.facebook.com/campingsauvageclub

A lire aussi:

mise à jour le 23 juillet 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48