Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Ces jeunes pousses qui font la révolution dans nos assiettes

Samedi 3 juin à 15 h à Stéréolux, le Nantes Food Forum des solutions met en lumière des associations et des entreprises qui inventent de nouvelles manières de produire pour nous nourrir. Rencontre avec cette nouvelle génération de défricheurs.

Insectéine : les insectes en farine

Depuis janvier 2016, Jacky Petiz développe des recettes à base de farines d’insectes mixés. « J’utilise des vers de farine, des grillons et des criquets qui proviennent de fermes d’élevage françaises inspirées de la bio », détaille l’entrepreneur. Jacky Petiz a d’abord travaillé dans l’hôtellerie-restauration avant une nouvelle expérience dans le marketing. « En 2011, j’ai lu un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture qui évoquait la solution des insectes pour répondre aux besoins nutritionnels de la population mondiale », raconte Jacky Petiz. Il a alors l’idée de développer une forme de complément alimentaire à base d’insectes. « Une fois mixés et incorporés à une préparation, on dépasse le stade de dégoût que peut amener l’idée de manger des insectes ».
Jacky Petiz est aussi vice-président de la Fédération française des producteurs d’insectes (www.ffpidi.org Lien ouvert dans une nouvelle fenêtre). « Il existe une centaine de fermes d’élevages d’insectes en France. Dans le monde, on compte environ 2000 espèces d’insectes qui sont comestibles, mais, pour nous les occidentaux, il vaut mieux privilégier les insectes provenant d’élevages clos et dont on est certain de la qualité de nourriture qui leur est donnée ». Réputées très digestibles et riches en acides aminés, les protéines d’insectes ont démontré, entre autres, leur intérêt pour la récupération des sportifs après l’effort. La consommation et la vente d’insectes et d’aliments à base d’insectes, est pour le moment encore interdite en France.


Champ du houblon : houblon bio en circuit court

L’idée de Matthieu Cosson ? Développer  la production de houblon bio en circuit court . « Historiquement, le houblon est cultivé en Alsace et dans les Flandres, de grandes régions productrices de bières, raconte le jeune agriculteur, mais aujourd’hui une majeure partie est importée et il y a une vraie pénurie en France, notamment en production bio ». Mais se lancer n’est pas une mince affaire. « Le houblon pousse comme une liane et il faut toute une installation de câbles et de ficelles pour l’aider à pousser », explique Matthieu. Depuis 2016, grâce à l’appui d’un ami agriculteur biologique et après plusieurs visites en Alsace ou en Allemagne, Matthieu fait pousser 3000 plans de houblon sur un hectare et demi dans la région de Bourgneuf-en-Retz. Il a pu débuter son activité avec l’aide d’un financement participatif et le soutien de la Coopérative d’installation en agriculture paysanne (CIAP). Un énorme travail en amont que Matthieu ne regrette pas. « J’ai déjà des pré-commandes de pas mal de micro-brasseries de la région, il y a une très grosse demande ». Il faudra encore attendre un peu, le houblon ne devient réellement productif qu’au bout de trois ans.


Ecos : des produis de qualité pour tous

Implantée depuis plus de dix ans sur  l’agglomération, l’association Ecos crée des  projets autour de l’écologie urbaine, l’art  et les pratiques alternatives. Elle propose  notamment des ateliers cuisine, jardinage  naturel, découverte des plantes sauvages...  En juin 2013, Ecos a imaginé un micromarché solidaire pour rendre accessibles à tous des produits locaux de qualité et durables. Plusieurs lieux de distribution hebdomadaires dans les quartiers sont complétés par un bar/restaurant/épicerie qui a ouvert ses portes en avril sur l’île de Nantes, La Grande Barge. « Nous y avons toute une programmation autour de l’alimentation avec des ateliers, des projections, une bibliothèque gourmande..., précise Fanny Courieult, chargée de projet. Ecos accompagne ce projet jusqu’au 14 juin, date de la création de la société  coopérative d’intérêt collective Le Début des haricots, qui portera le projet.»


Pratique

 

Nantes Food Forum
Du 2 au 5 juin entre Stereolux, le quai des Antilles, le Studio 11/15 et la Déferlante, sur l’île de Nantes.

mise à jour le 29 mai 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48