Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



COP 21 : les acteurs du territoire nantais mobilisés

Ce qui a déjà été fait à Nantes

Nantes Métropole, par ses choix de politiques publiques, peut influer sur 25 à 30% des émissions de gaz à effet de serre du territoire. La collectivité agit concrètement pour relever le défi climatique.

Place aux piétons et aux vélos


Comment réduire la part modale de la voiture ? Avec plus de déplacements doux et sobres en carbone ! Grâce aux aménagements réalisés comme les axes nord/sud et est/ouest, l’usage du vélo se développe et atteint une part modale de 5,3% à Nantes. Autre alternative : les transports en commun. La création à terme de trois nouvelles lignes Chronobus (C9 entre Pirmil et Basse-Goulaine, C10 de la gare de Chantenay jusqu'au boulevard de Doulon et C20 de la gare de Chantenay à l'École centrale-Audencia) illustre cette ambition.
Le réseau de transports en commun est complété par l’offre de stationnement gratuit en parcs-relais ou P+R. 7 500 places de pour les voitures et près de 1 100 pour les vélos sont réparties sur les 58 P+R aménagés aux entrées de Nantes.


Énergies locales et renouvelables


Nantes, pour produire un chauffage écologique à tarif compétitif, a fait le choix des réseaux de chaleur urbains. À l’ouest de la ville, sur les quartiers de Bellevue et des Dervallières ; en centre-ville, sur l’île de Nantes et à l’est, avec le réseau « Centre Loire » dont l’extension sera achevée en 2017. Alimenté par 84% d’énergies locales et renouvelables (bois, incinération des déchets), il permettra de chauffer 20 000 logements dont la moitié de logements sociaux. 25 équipements publics y seront raccordés d’ici 2019. Le futur réseau « Nord Chézine » permettra en 2017 de raccorder près de 8 000 logements dont 80% du parc social. « Nantes dispose ainsi d’un des trois réseaux de chaleur renouvelable les plus importants de France », souligne Julie Laernoes.
La collectivité soutient également le développement du solaire thermique et photovoltaïque avec un « plan soleil métropolitain». Un projet de centrale solaire photovoltaïque au sol, sur le site de Tougas à Saint-Herblain, devrait voir le jour en 2017. Autre projet : un parc d’ombrières avec 13 000 m² de panneaux photovoltaïques déployés sur le parking du Zénith.


Éco-quartiers et rénovation énergétique


Lutter contre l’étalement urbain, énergivore et dévoreur d’espaces, c’est aménager et construire la ville sur elle-même, la densifier tout en respectant la qualité du cadre de vie. Proximité des services et des transports, nature en ville, formes d’habitat compactes pour économiser l’espace et variées pour répondre aux aspirations et aux moyens de chacun : ce sont les ingrédients pour bâtir la métropole de la transition énergétique. Les 3 éco-quartiers nantais - Bottière-Chénaie, Erdre-Porterie, Prairie-au-Duc - incarnent cette ambition.
Autre enjeu : la rénovation énergétique des logements. La Ville et Nantes Métropole lancent un guichet unique à la fin de l’année. En complément de Coach Copro, la plateforme web d’informations sur la rénovation énergétique pour l’habitat privé collectif, le guichet unique sera dédié à l’habitat individuel avec un accompagnement et des conseils aux habitants.


Objectif "territoire zéro déchet, zéro gaspillage"


Politique de prévention, soutien au réemploi, lutte contre le gaspillage alimentaire : la collectivité agit pour diminuer le volume des déchets. Chaque habitant de la métropole a produit en moyenne 316 kilos de déchets ménagers en 2014. Ce chiffre atteint 504 kilos si l’on y ajoute les déchets apportés en déchèterie. La diminution de ce volume est une préoccupation majeure. Et le plan national de réduction et de gestion des déchets fixe comme objectif une baisse de 10% d’ici 2020.
Pour y parvenir, Nantes Métropole figure parmi les lauréats de l’appel à projet national « territoire zéro déchet, zéro gaspillage » qui vise à réduire le gaspillage, à améliorer le recyclage et promouvoir l’économie circulaire. Les premières initiatives, construites avec les habitants, les associations et les entreprises, seront mises en œuvre en 2016. C’est également un soutien au développement des composteurs collectifs dans les quartiers, qui contribuent à la valorisation directe des déchets. Il en existe près de 80. La Ville, pour accompagner les projets collectifs d’habitants, ambitionne de développer une dizaine de nouveaux projets de quartier par an.
Concernant le compostage, la Ville a lancé en 2015 une consultation pour soutenir les projets collectifs d’habitants dans tous les quartiers. Objectifs : développer une dizaine de nouveaux projets de quartier par an et accompagner les 24 projets existants. Au premier semestre 2015, déjà 7 nouveaux composteurs ont été créés ! Les dynamiques collectives se concrétisent dans presque toute la ville. Ces projets de quartier complètent les composteurs pédagogiques accompagnés dans les écoles par le pôle Sequoia de la Ville.

mise à jour le 23 octobre 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48