Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



COP 21 : les acteurs du territoire nantais mobilisés

« C’est avec les villes qu'on pourra avancer »

Du 30 novembre au 11 décembre 2015, la France accueillera et présidera la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11). L’objectif : que les parties (196 pays) signent un nouvel accord international sur le climat, afin de maintenir le réchauffement mondial en dessous des 2°C.

Seront également définis les moyens de financer l’adaptation aux conséquences du changement climatique. La voix des villes s’y fera entendre, car elles représentent 75 % des émissions de gaz à effet de serre et devront donc être au coeur des solutions pour lutter contre le changement climatique en s’engageant fortement dans la transition énergétique de leur territoire. Entretien avec Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole et présidente d’Eurocities.


La Greenweek vient de s’achever à Nantes, alors que se profile la COP 21. Ce n’est pas un hasard ?
JR : « Notre territoire est engagé depuis de nombreuses années sur ce sujet. Nous avons été Capitale verte européenne en 2013, mais nous devons aller plus loin et changer de braquet. L’ambition de la métropole nantaise est d’être un territoire pionnier, un territoire de référence sur la transition énergétique, en considérant que personne n’a, seul, la clé de la solution mais qu’en revanche, en conjuguant nos énergies et nos convictions, nous irons plus vite. Les gens qui ont participé à la Greenweek sont les explorateurs du monde de demain, dans tous les domaines. Nous devons mettre en place un nouveau modèle économique qui intègre la transition énergétique.»

Comment comptez-vous agir ?
JR : « La première manière d’agir, c’est d’être exemplaire. À l’échelle de la Métropole, à l’échelle de nos 24 communes, nous nous mobilisons sur des sujets très concrets sur les déchets, les réseaux de chaleur, sur l’eau, sur les transports publics, sur les circuits courts pour l’alimentation, par exemple. La deuxième manière d’agir, c’est dans notre capacité à mettre en mouvement de nombreux acteurs. Quand ici, pendant la Greenweek, nous mettons autour de la table des acteurs économiques, des grands groupes, des PME, des start-up, des acteurs universitaires, des grandes écoles, des étudiants mais aussi des citoyens tout simplement engagés ou des acteurs associatifs, là aussi nous agissons. L’un des fils rouges de la transition énergétique à la nantaise, c’est de partir des solutions positives que collectivement nous sommes capables d’imaginer, et pas simplement des grands débats ou de grands discours. »

En tant que présidente d’Eurocities, vous porterez aussi la voix des villes européennes engagées dans la lutte contre le changement climatique ?
JR : « J’ai fixé dans le cadre de la présidence d’Eurocities trois grandes priorités dont effectivement la transition énergétique. D’abord parce qu’à l’échelle de l’Europe, à l’échelle du monde, nos villes portent une partie des questions soulevées par le changement climatique. Par conséquent nous avons aussi, en nous-mêmes, une partie des solutions. Les négociations d’État à État sont extrêmement importantes évidemment, mais, en même temps, la capacité des collectivités locales, des entreprises, des acteurs associatifs et des habitants à se saisir de ces sujets est déterminante. C’est avec les villes qu’on pourra avancer. C’est dans cet état d’esprit que j’ai indiqué qu’en septembre 2016 Nantes recevra le premier sommet mondial de l’action climatique des acteurs non gouvernementaux. Chacun s’engage avec ses responsabilités sur ce sujet. C’est pourquoi j’ai signé l’appel de Nicolas Hulot. Mais notre responsabilité, notre force à l’échelle des territoires, c’est de dire que le mouvement qui est enclenché va perdurer. Nantes se mobilise pour la COP 21, mais aussi concrètement pour imaginer l’après COP 21. »

Propos recueillis par David Pouilloux


Les éléments du dossier :



mise à jour le 28 décembre 2015



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48