Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Bénéteau Racing Division se prépare à un marathon d'un an

Le fabricant vendéen de bateaux a installé son atelier navires de compétition dans la zone industrielle de Cheviré. Il a une année pour produire une cinquantaine de voiliers de la nouvelle Classe Figaro. Un défi technologique et industriel.

Image. La chaîne de production des Classe Figaro 3. Les monotypes doivent être rigoureusement identiques pour que les skippers partent à égalité.
L'ancien chantier de Jeanneau techniques avancées était en sommeil depuis 2010, assigné à un rôle de stockage. Mais depuis février, l'activité a repris, intensément, dans ce hangar de 4000 m2 situé rue de l'Île pointière à Nantes, sur la rive sud de la Loire.

Réactivé par le groupe de construction navale vendéen Bénéteau, le chantier a livré en juillet le prototype de la nouvelle Classe Figaro 3, un voilier de 9,8 mètres et près de trois tonnes, conçu par l'architecte Vincent Lauriot-Prévost, qui sera le premier monocoque de série équipé de foils. Ces "ailes" lui permettent de gagner en portance, en poids, et en puissance. "Il devrait être 10 à 20% plus rapide par rapport à la Classe Figaro 2", estime Bernard Bachelier, directeur de production du site nantais et longtemps collaborateur de Philippe Poupon.

Construire un voilier par semaine en 2018

Mais avant de voir ses voiliers fendre les flots, la quinzaine d'employés du groupe Bénéteau a du travail. Un travail de précision. Tous les navires d'une classe Figaro sont en effet des monotypes, c'est à dire qu'ils sont rigoureusement identiques. "L'exigence est très importante, poursuit Bernard Bachelier. Si une pièce excède 3% d'écart de poids avec les autres, on ne peut l'utiliser." Dès janvier, la production en série doit donc démarrer, pour atteindre rapidement une cadence d'un voilier par semaine, avec un effectif qui grimpera à une vingtaine de personnes. Un rythme soutenu.

Une fois terminés, les navires seront  stockés, avant d'être livrés simultanément aux skippers début 2019, pour quelques mois d'entraînement avant la 50e Solitaire du Figaro 2019 à l'été, baptème du feu en compétition pour les Figaro Classe 3, qui devraient être utilisés jusqu'en 2030. Une vitrine pour l'entreprise vendéenne. "Il était important pour nous de reprendre pied dans le monde de la course, pointe Hervé Gastinel, président du directoire du Groupe Bénéteau. C'est une belle école de formation, une manière de valoriser notre expérience et notre savoir faire. C'est aussi un défi industriel."

Outre ces Classe Figaro 3, Hervé Gastinel estime que le site nantais pourrait, à terme, construire les Sun Fast nouvelle génération de Jeanneau, voire des bateaux pour les Jeux Olympiques. L'entreprise vendéenne soutient en effet la candidature de la course au large comme sport olympique.

mise à jour le 30 octobre 2017



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48