Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Anne Charrier et Carole Jeanneau, amitié et cuisine maison

A l'occasion de la journée internationale du droit des femmes, le 8 mars, Nantesmetropole.fr braque le projecteur sur ces habitantes de la Métropole qui entreprennent. La série de portraits se poursuit avec Anne Charrier et Carole Jeanneau, qui ont ouvert la sandwicherie La Chicorée.

« Ce n’est pas une sandwicherie, c’est un lieu de vie ! » De ses années en agence de communication, Carole Jeanneau, co-gérante de La Chicorée, a gardé le sens de la formule. A 51 ans, cette Lilloise de naissance avait depuis longtemps l’envie de créer une sandwicherie dans le centre-ville de Nantes. Manquait simplement un petit déclic pour lancer le projet.
« Je savais que Carole avait ce projet depuis longtemps. Quand j’ai vendu ma charcuterie, je lui ai dit qu’on allait le faire »,  raconte son binôme, Anne Charrier. Un peu plus âgée que son amie (56 ans), cette Vendéenne d’origine avait pour elle l’expérience des métiers de bouche, après avoir successivement tenu une crèmerie et donc une charcuterie, pendant près de 21 ans.
Avec un peu de retard suite à des travaux dans les locaux choisis (ceux de l’ancienne agence de communication de Carole Jeanneau), les deux femmes créent leur entreprise. A leur rythme. « On a fait toutes les démarches toutes seules, tranquillement. On a de l’expérience, s’amuse Anne Charrier. Comme nous sommes deux femmes de plus de 50 ans, nous avons pu bénéficier d’une aide du Fondes, qui a aussi cautionné une partie du prêt bancaire. »

Cuisine traditionnelle, déco vintage

A l’ouverture, en mai 2017, le petit local de la rue Léon Blum est tel que Carole l’avait imaginé. Habituée des brocantes, elle a composé la décoration à coup d’objets chinés. « Je voulais faire une cuisine traditionnelle, que l’on peut emporter où manger sur place. Pas de produits industriels, tout est préparé en direct. Et tout ça avec une ambiance un peu désuète, un peu dans le style des boutiques des années 1950. »
Les rôles sont bien répartis. A Carole le « cru », à Anne le « cuit ». « On est toutes les deux en cuisine, observe cette dernière. On est complémentaires. Je n’avais pas vraiment été en cuisine jusqu’à présent, dans mes autres commerces, observe cette dernière. Je ne pensais pas que ça me plairait, mais finalement, j’adore ça. C’est créatif, la cuisine, on ne s’ennuie pas. » 
L’activité démarre doucement, dans un premier temps, avant de véritablement prendre son rythme de croisière en septembre dernier. Sans la moindre pub. « On n’avait même pas écrit sur la vitrine que c’était une sandwicherie ! », s’amuse Anne. Une stratégie paradoxalement imaginée par l’ancienne communicante : « Je voulais que le produit parle de lui même, pas que l’on présente un paquet cadeau, que les gens risquent d’être déçus. Tout est passé par le bouche à oreille. » La meilleure des publicités.

Lire aussi :

En savoir plus:

mise à jour le 8 mars 2018



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48