Accès direct au contenu

  • Texte plus petit
  • Texte standard
  • Texte plus grand
Recherche avancée

Nantes Métropole le site officiel de Nantes Métropole



Andrée Jardin remet l’art ménager au goût du jour

À La Chapelle-sur-Erdre, Andrée Jardin-brosserie Julio fabrique des brosses, balais et autres écouvillons à l’ancienne, en y apportant une touche de modernité et de design qui a remis l’art ménager à l’honneur.

Image François-Marie et Jean-Baptiste Julio, fabriquent des brosses vendues dans le monde entier. © Patrick Garçon
Dans l’atelier-bureau de François-Marie et Jean-Baptiste Julio, une dizaine de balais aux couleurs pastel dévoilent leur tête toute de crin vêtue. Ici, le balai sort du placard, la balayette de table est la star des dîners, quant aux brosses à reluire, elles bichent de toutes leurs soies (de cochon). Voilà l’antre des deux frères Julio, codirigeants d’Andrée Jardin- Brosserie Julio installée depuis 2000 à La Chapelle-sur-Erdre. À eux deux, ils ont remis au goût du jour ces objets du quotidien devenus presque invisibles tant ils sont présents.
« Notre grand-père, Georges Julio a créé l’entreprise dans les année 50 », raconte Jean- Baptiste. La brosserie Julio est, après-guerre, la dernière brosserie de Nantes. Le grand-père fabrique les produits que des enseignes achètent pour les revendre. Il travaille aussi, déjà, pour certaines usines comme l’usine LU, à qui il vend des brosses pour les machines qui étalent le lait ou les oeufs sur les biscuits. La brosserie est une entreprise familiale et, dans les années 60, quatre des six enfants Julio y travaillent. C’est l’un d’entre eux, André, qui la reprend dans les années 70. Face aux prémices de la grande distribution qui amènera ensuite avec elle le développement du «made in China», « il choisit d’accompagner les entreprises dans l’industrialisation de leurs machines, précise Jean-Baptiste, en les aidant à adapter le matériel. » Ainsi, les brosses se retrouvent sur les machines agricoles pour trier les poireaux, sur les rotatives des imprimeurs, sur des machines d’Airbus, etc.
Lorsque Jean-Baptiste et son frère reprennent l’entreprise familiale, en 2009, à l’heure de la crise, il leur faut « repenser le système économique de l’entreprise ». Se recentrer sur le savoir-faire artisanal, valoriser les belles matières, le durable... « Nous avons un savoirfaire devenu rare en France, assure le trentenaire. Du coup, nous avons développé notre collection de produits à partir de notre propre marque, Andrée Jardin, du nom de notre grandmère. » Les balais, goupillons et autres brosses à casseroles reprennent des couleurs vintage, des formes plus élaborées. « Nous avons travaillé avec les designers nantais Mr & Mrs Clynks, avec la designeuse nantaise Ionna Vautrin pour nos différentes collections. » Tous les produits sont d’ailleurs en vente dans certaines boutiques nantaises*, mais aussi... au Japon, « l’un de nos plus gros clients » ; dans les pays scandinaves dont les clients se retrouvent dans l’objet utile, esthétique et durable ; en Suisse, en Allemagne, en Grande-Bretagne... soit 40 % des ventes à l’étranger et 60 % en France. La vente directe, via le site Internet, représente 10 % des ventes. « On a maintenant une centaine de références. C’est notre vitrine », assure Jean- Baptiste.
En parallèle, la Brosserie Julio, qui emploie 10 salariés, continue de fournir ses brosses aux industriels. Et Andrée Jardin poursuit son développement, avec un chiffre d’affaires doublé en 6 ans, mais aussi en continuant de diversifier ses produits en bois de hêtres issus de forêts françaises éco-gérées, crins de chevaux d’Argentine, soies de cochon de Chine, poils de chèvre, plumes d’autruche... et chiendent. Comme dans le temps, mais avec le goût des nouveaux jours.

Gwenaëll Lyvinec

* À Nantes : Aux Arts de la Maison, La Cerise, Kiosko, Atelier du petit parc.

www.andreejardin.fr

mise à jour le 22 janvier 2016



Nantes Métropole — 2, Cours du champ de Mars — 44923 Nantes Cedex 9 | Tél. 02 40 99 48 48